YunoHost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

YunoHost
Logo
Interface utilisateur des applications.
Interface utilisateur des applications.

Famille GNU/Linux, basée sur Debian
Langues MultilingueVoir et modifier les données sur Wikidata
État du projet Actif
Dépôt github.com/YunoHost/yunohostVoir et modifier les données sur Wikidata
Plates-formes X86 et architecture ARMVoir et modifier les données sur Wikidata
Licence GNU Affero General Public LicenseVoir et modifier les données sur Wikidata
Écrit en Python, JavaScript, script shell et LuaVoir et modifier les données sur Wikidata
Première version [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version stable 4.2 ()[2],[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Environnement de bureau Interface web
Gestionnaire de paquets Apt/Dpkg et le système d'apps de YunoHost
Site web yunohost.org/#/index_fr et yunohost.org/#/index_enVoir et modifier les données sur Wikidata

YunoHost est une distribution basée sur Debian[4] GNU/Linux composée de logiciels libres et ayant pour objectif de faciliter la pratique de l’auto-hébergement au sens large.

Autrement dit, YunoHost permet d'installer et d'utiliser son propre serveur dans le but d'héberger, le plus souvent chez soi, des services tels que des boites de courriers électroniques, des sites web, des outils de synchronisation de fichiers, de messagerie instantanée, etc[5].

Le nom YunoHost vient de l'anglais Y-U-No-Host (Why you no host?), signifiant familièrement « Pourquoi t'héberges pas ? ». Il s'agit d'un jeu de mot issu du mème internet « Y U NO »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet YunoHost a été initié en 2012 par Alexis Gavoty et Adrien Beudin, deux Français qui pratiquaient tous les deux l'auto-hébergement. En février 2012, Alexis Gavoty entreprend de reconfigurer son serveur mail en recopiant la configuration de celui d'Adrien Beudin. Développeur de métier, il décide d'automatiser le processus en créant une interface d'administration[7], ce qui les mène à la sortie d'une première version beta le 31 mai. Le lendemain, elle fait l'objet d'un article sur le blog de Korben[8]. La version 1.0 stable sort finalement le 22 août 2012[9].

Entre 2012 et 2014, de nouveaux contributeurs réguliers rejoignent le projet et YunoHost fera l'objet d'une réécriture complète en Python dans le cadre de la version 2.0.

A cette époque, le contexte de l'auto-hébergement s'élargit avec l'arrivée des premières carte ARM via Raspberry Pi. YunoHost s'inscrit de fait dans la lignée du projet FreedomBox théorisé en 2010 par Eben Moglen lors de son discours "Freedom in the Cloud."[10]. En 2014, en lien avec les FAI associatifs français de la Fédération FDN, naît La Brique Internet, croisement d'une carte ARM, de YunoHost et d'un VPN, qui permet entre autres de simplifier le procédé d'installation en contournant les interfaces et restrictions des box des FAI commerciaux [11],[12].

En 2015, Alexis Gavoty qui validait, jusque-là, la majeure partie des contributions passe la main aux autres contributeurs[7]. De façon organique, Jérôme Lebleu prend le relais étant la personne apportant le plus de contributions à cette époque[13]. Puis, fin 2016, le projet est à l'arrêt depuis six mois faute de personnes se chargeant de l'intégration des contributions[7]. Constatant le poids des responsabilités induites par ce rôle, les contributeurs essaient de définir un cadre pour éclater cette responsabilité entre plusieurs personnes au travers d'un document formalisant le fonctionnement du collectif. Le projet redémarre alors, puis finalement un autre contributeur principal apparaît en la personne d'Alexandre Aubin.

En 2017, l'association Framasoft apporte son soutien en aidant à empaqueter les applications de la campagne Dégooglisons Internet[14].

Le 25 août 2018 est créée l'association Support Self-Hosting dans le but de soutenir financièrement le projet YunoHost et la pratique de l'auto-hébergement en général[15]. Le projet reçoit alors un financement de la fondation NlNet[16].

En 2021, YunoHost comptabilise plus de 5500 serveurs principalement en France[17] mais aussi plus récemment en Allemagne à la suite de quelques parutions allemandes[18],[19]. La solution commence depuis à être adoptée par des hébergeurs comme Scaleway[20].

Philosophie[modifier | modifier le code]

YunoHost est une distribution qui vise à simplifier le plus possible les étapes nécessaires pour s'auto-héberger en faisant l'hypothèse que si une part importante de la population est capable d'utiliser en autonomie un ordinateur ou un smartphone, il pourrait en être de même pour des serveurs[21].

Comparativement à d'autres projets comme Synology, Cloudron, Sandstorm, Cozy Cloud ou FreedomBox, YunoHost a fait le choix de :

  • publier son code sous licences libres et restreindre le catalogue officiel aux applications libres
  • être multi-utilisateurs et muti-domaines
  • sélectionner des dépendances comme une fondation pour les applications (nginx, postfix, dnsmasq, etc.)[22]
  • créer son propre format de paquet afin de répondre aux besoins spécifiques du déploiement d'applications web plutôt que d'utiliser docker ou un format existant comme les .deb
  • supporter des dispositifs légers tels que des cartes ARM avec 512Mo de RAM

Organisation du projet[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de structure éditrice, YunoHost est porté par des personnes qui contribuent via le développement, l'empaquetage d'applications, les traductions ou encore la documentation. L'association Support Self-Hosting n'est présente qu'en soutien financier et administratif[15].

Versions[modifier | modifier le code]

  • Anciennes versions non maintenues
  • Anciennes versions maintenues
  • Version actuelle
  • Versions avancées
Version (nom) Date de sortie Debian Changements majeurs
1.0 [9] Squeeze
2.0 Wheezy Passage à python2 et nginx
2.2 Wheezy Compatibilité Jessie
2.4 Jessie Outils de restaurations natifs
2.5 (Chelsea Manning) Jessie Support de Let's Encrypt
2.6 (Aaron Swartz) Jessie Changement d'URL des apps
2.7 (Eben Moglen) Jessie Mécanisme de migration
3.0 Stretch Passage à Stretch
3.1 Stretch Autoconfiguration des mails
3.2 Stretch Partage de logs pour le support
3.3 Stretch Indicateur de qualité des apps
3.4 Stretch Correctifs de sécurité
3.5 Stretch Thèmes pour le portail utilisateur
3.6 Stretch Fin du concept d'apps officielles
3.7 Stretch Gestion des groupes
3.8 Stretch Système de diagnostique
4.0 [23] Buster Passage à Buster
4.1 Buster Relais mail + groupes v2
4.2 [24], Buster Passage en Python3 et à VueJS
11.0 Bullseye

Critique[modifier | modifier le code]

En 2017, Aeris, développeur chez Cozy Cloud, a tenu une conférence pour parler de la sécurité et de la fiabilité des systèmes d'auto-hébergement comme YunoHost ou la Brique Internet. Il considère que le manque de régularité de la part des utilisateurs pour faire les mises à jour risque de compromettre la sécurité des serveurs ainsi créés, voire d'aboutir à la constitution de botnet[25]. En outre, il pointe du doigt le manque de fiabilité des cartes SD couramment utilisées avec les dispositifs basés sur des cartes ARM comme la Brique Internet.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://yunohost.org/#/whatsyunohost_en »
  2. « YunoHost 4.2 release / Sortie de YunoHost 4.2 », (consulté le )
  3. (de) « YunoHost 4.2 veröffentlicht », (consulté le )
  4. « Derivatives/Census/YunoHost - Debian Wiki », sur wiki.debian.org (consulté le )
  5. Guénaël Pépin, « « Dégooglisons Internet » : on fait le point avec Luc Didry, administrateur système de Framasoft », (consulté le ).
  6. « "Y U NO" Guy », Know Your Meme,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a b et c https://toulibre.org/pub/2016-11-19-capitole-du-libre/videos/communaute-du-libre/bram-1-an-et-demi-de-brique-internet.mp4, Conférence "1 an et demi de brique internet" au Capitole du Libre 2016
  8. Korben, « Une distribution Linux spéciale auto-hébergement », sur Korben, (consulté le )
  9. a et b (en) « update version 1.0 final · YunoHost/cd_build_v1@09b28af », sur GitHub (consulté le )
  10. « Highlights of Eben Moglen’s Freedom in the Cloud Talk - Software Freedom Law Center », sur softwarefreedom.org (consulté le )
  11. Par Louis Adam | Modifié le mercredi 25 nov 2015 à 11:22, « La Brique Internet : nouvelle offensive des FAI indépendants ? », sur ZDNet France (consulté le )
  12. https://www.youtube.com/watch?v=32OZusFsBzU Épisode sur la Brique Internet de Tracks produit par arte
  13. (en) « YunoHost/yunohost », sur GitHub (consulté le )
  14. « Après « Dégooglisons Internet », Framasoft lance sa nouvelle campagne Contributopia », sur nextinpact.com,
  15. a et b « Résultats de recherche | Associations | journal-officiel.gouv.fr », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le )
  16. « YunoHost and the Internet Cube »
  17. (en) « Shodan Search », sur www.shodan.io (consulté le )
  18. (de) Von Tim Schürmann, « Mit Yunohost einen schlüsselfertigen (Heim-)Server für Web-Apps aufsetzen », sur heise.de,
  19. (de) « Tests: YunoHost », IT Administrator,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Operating Systems for your Dedibox Dedicated Servers », sur Scaleway (consulté le )
  21. « PSES 2017 – Construire l’Internet du Futur avec YunoHost – Aleks, ljf », sur YunoHost Cinema (consulté le )
  22. (en) Ferdinand Thommes, « Self-hosting solution YunoHost for the private cloud », Linux Magazine,‎ (lire en ligne)
  23. NextImpact, « YunoHost 4.0 passe en bêta, la migration vers Debian 10 (Buster) pour bientôt », sur nextinpact.com,
  24. (de) Lioh Möller, « YunoHost 4.2 veröffentlicht », (consulté le )
  25. « Auto-hébergement, fausse bonne idée - aeris | April », sur april.org (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]