McGeorge Bundy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bundy.
McGeorge Bundy
McGeorge Bundy.jpg

McGeorge Bundy en 1967.

Fonction
Conseiller à la sécurité nationale
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière du Mont Auburn (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Conflits
Distinction

McGeorge Bundy, né le à Boston et mort le dans la même ville, est un homme politique américain membre du Parti démocrate, 6e conseiller à la sécurité nationale des États-Unis. En poste sous les présidents John Kennedy et Lyndon Johnson de 1961 à 1966, il joua un rôle majeur lors du débarquement de la baie des Cochons, de la crise des missiles de Cuba et de la guerre du Viêt Nam. Il a été le président de la Fondation Ford de 1966 à 1979.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1953, Bundy devient doyen de l'université Harvard. Kennedy le choisit comme conseiller à la sécurité en 1961[1],[2].

Gordon Goldstein, qui a rédigé les mémoires de McBundy (« Lessons in Disaster »), le décrit comme soutenant fermement le déploiement de troupes au Viêt Nam. À la fin de sa vie cependant, Bundy regrette d'avoir fait partie des faucons des administrations Kennedy et Johnson et considère que les États-Unis n'auraient pas dû s'engager militairement au Viêt Nam. Il considère aussi que Kennedy, s'il avait vécu, aurait choisi de quitter le Viêt Nam, contrairement à Johnson[3],[2].

Il a été membre de la Skull and Bones, société d'étudiants de l'université Yale. Il est enterré au Mount Auburn Cemetery, dans son État natal du Massachusetts.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. À l'époque le poste était intitulé « assistant to the president for national security affairs ».
  2. a et b (en) The Doves Were Right, Richard Holbrooke, New York Times, 28 novembre 2008.
  3. (en) The Must-Read Book for Obama's War Team, George's Bottom Line, 22 septembre 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]