Maurice Cordier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cordier (homonymie).

Maurice Cordier, né le et mort le , est un prêtre catholique et résistant français. Il a été aumônier général des anciens de la 2e Division Blindée du général Leclerc[1] au sein de laquelle il a servi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Cordier passe toute sa jeunesse à Vincennes (aujourd'hui dans le Val-de-Marne). Étudiant en mathématiques spéciales, il entre au séminaire en 1939, juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale[2].

Il rallie l'Afrique du Nord par l’Espagne, en franchissant les Pyrénées puis rejoint les rangs, comme lieutenant, de la 2e division blindée (2e DB}) du général Leclerc, et participe à la libération de Paris le 25 août 1944. Il poursuivra la guerre jusqu’à Berchtesgaden en avril 1945[3].

Après la guerre il retourne au séminaire pour y achever ses études. Ordonné prêtre, il devient l'aumônier général des anciens de la 2e DB. Il est incardiné au diocèse de Créteil. Maurice Cordier est le président de la Confédération nationale des anciens combattants français évadés de France et des internés en Espagne. Il est chapelain magistral de l’Ordre de Malte, et vice-président des « Amitiés de la Résistance »[4]. | Le , il prononce l’homélie des funérailles du Général de Gaulle à Colombey-les-deux-Églises[2].

Il meurt le à l’âge de 93 ans. Dans un communiqué, le Président de la République, François Hollande, « rend hommage à un grand personnage de l'épopée de la Libération, un homme qui a marqué ses compagnons, la Résistance mais aussi toute l’après-guerre[5]. »

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]