Matthieu Baumier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Matthieu Baumier
Naissance
Paris
Nationalité Français
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Matthieu Baumier, né le , est un romancier, essayiste, critique littéraire et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Matthieu Baumier a passé son enfance à Bagneux, dans l'ancienne « banlieue rouge » de Paris, ville où il a fait ses études, à l'université Paris VII. Il a vécu un temps au Ghana, à Accra.

Matthieu Baumier est l'auteur d'essais politiques et sociétaux, de romans, de recueils de nouvelles et de poésie[1]. Il a publié ses premiers textes en 1995 dans la revue Supérieur Inconnu alors dirigée par Sarane Alexandrian, avant d'en devenir membre du comité de rédaction. Une partie de son oeuvre de fiction appartient aux genres du fantastique et de l'anticipation[2].

Depuis, il publie dans divers journaux, magazines et revues : Causeur, Nouvelle Donne, La Revue des deux Mondes, Supérieur Inconnu, Immédiatement, Cancer !, Les Epées, L'Atelier du Roman, Le Figaro, Siècle 21, Fiction, Nunc, Le Monde, L'Homme Nouveau, Figaro Vox, Égards, La Nef, La Sœur de l'ange, Controverses, Recours au Poème, Famille Chrétienne, La Revue Littéraire, Arpa, Phoenix, L'Incorrect...

Des poèmes de Matthieu Baumier sont traduits en Anglais (États-Unis[3], Australie[4], Angleterre, Inde[5], Canada[6] ), Espagnol, Allemand et Serbo-Croate. Son premier recueil de poèmes est paru en 2013[7].

Il a mené des activités éditoriales diverses :

Co-fondateur avec le poète Gwen Garnier-Duguy et rédacteur en chef de la revue de poésie en ligne Recours au Poème, 2012-2016[8]. Dans ce cadre : édition de recueils de poésie sous forme de livres numériques[9].

En 2016, il co-dirige avec Gwen Garnier-Duguy l'anthologie de poètes contemporains Poème/Ultime recours, Recours au Poème éditeurs[10].

Éditeur pour les défuntes éditions À Contrario (romans), 2003-2005[11].

Co-fondateur et rédacteur en chef de la revue philosophique La Sœur de l'ange, 2003-2006[12].

Co-direction d'une Anthologie de l'Imaginaire en dix volumes (en compagnie du poète Paul Sanda), 2000-2001[13].

Travaux et critiques au sujet de l'écrivain[modifier | modifier le code]

En 2015, son essai La Démocratie totalitaire[14] a fait l'objet d'une thèse de sciences politiques à l'université de Durham (Royaume-Uni) par Johanna Katharina Schenner, thèse présentée ainsi : "The thesis deals with two different conceptions of post-democracy. Colin Crouch (2004) sees postdemocracy in the UK as the hollowing out of the state by economic interests while Baumier (2007) views post-democracy in France as the citizenry subjugated to illusions propagated by the Left". La thèse est consultable sur la page de l'université[15].

Durant l'année universitaire 2016/2017, ce même essai fait partie du programme d'études du séminaire d'ouverture donné par le professeur invité Adrian Pabst à Science Po Lille, cours intitulé Left and Right in Global Politics[16].

A propos de l'écrivain, Rémi Soulié a pu écrire : "Matthieu Baumier décrit un monde monstrueux et barbare dont nous n'avons pas fini d'explorer le tréfonds. Face aux désastres, il choisit de dresser la digue de l'Evangile et de l'Eglise en citant saint Thomas et saint Augustin, mais également le catéchisme et de nombreuses encycliques. La Démocratie totalitaire constitue un réquisitoire convaincant contre «le drame de l'humanisme athée» que décrivit jadis Henri de Lubac, et dont l'auteur rappelle les différentes scènes." , Le Figaro[17].

Dans le quotidien canadien Le Devoir, le journaliste et écrivain Louis Cornellier écrit en 2006 au sujet de Matthieu Baumier et de L'anti-traite d'athéologie : "Jeune essayiste et romancier qui se présente comme catholique, le Français Matthieu Baumier, dans son solide Anti-Traité d'athéologie, réplique coup pour coup aux attaques de Michel Onfray. Le Dieu vengeur et indifférent aux souffrances humaines dépeint par le pamphlétaire, écrit-il dans une petite leçon de théologie pour les nuls, n'est pas celui des catholiques qui font l'effort de penser: « Et ce Dieu en même temps absent (ou retiré, aux dires de Hans Jonas) et faisant partie de l'histoire des hommes est le Dieu qui, par amour, crée le monde et l'homme afin que la liberté humaine puisse être librement, en dehors de toute Providence. Voilà le Dieu des chrétiens, celui de la kénose, mystère de la négation de la toute-puissance divine au nom de l'Amour.» Réfutation assez savante, et souvent brillante, de la vision simpliste de Michel Onfray qui attribue au christianisme une haine de la femme, de l'intelligence et de la science, L'Anti-Traité d'athéologie de Baumier démolit aussi avec brio cette idée folle d'un christianisme habité par la pulsion de mort. Ainsi, il met en perspective le caractère pleinement philosophique de la réflexion chrétienne sur la finitude, passage obligé vers une vie avec la pensée. Montaigne n'écrivait-il pas que « philosopher, c'est apprendre à mourir » ? Pour convaincre de ce qu'il affirme pourtant être une évidence — c'est-à-dire que les monothéistes sont délirants —, Onfray, allant contre presque toutes les recherches historiques récentes, met en cause l'existence même de Jésus, qu'il qualifie de personnage conceptuel, et pousse l'outrance jusqu'à postuler un « mariage d'amour entre l'Église catholique et le nazisme ». Dans les pages les plus fortes de sa réplique, Baumier, preuves à l'appui, montre le ridicule, voire la malhonnêteté, de semblables assertions. L'Anti-Traité d'athéologie de Matthieu Baumier, de même que le Dieu avec esprit - Réponse à Michel Onfray d'Irène Fernandez sur lequel il faudra revenir, n'obtiendra pas le même succès commercial que le pamphlet de Michel Onfray. Cela, qui est bien dommage, montre que l'ouverture d'esprit des ardents candidats à l'athéisme reste trop souvent à sens unique." [18]

Au sujet du poète, le critique et universitaire Jean-Paul Gavard-Perret écrit : " Au fil des ans par les différents genres qu'il aborde Matthieu Baumier crée le « poème de la pensée ». Philosophe mais surtout écrivain il descend au plus profond de l‘aventure poétique-existentielle (...) Et la poésie semble sinon sauver du moins indiquer une voie. Cela est rare. Après René Char, Roberto Juarroz et Edmond Jabès mais par d’autres voies et à côté d’un Zéno Bianu, Baumier est un des seuls poètes du temps à la porter si haut. Cherchant l’autre côté des apparences l’auteur est resté totalement dans la poésie. .Philosophie et spiritualité ne l’écrasent pas, elles sont soulevées par le langage en sa quête organique (...) L’auteur se dégage de cette peur afin d’atteindre une forme d’aurore au sein d’un combat poétique et vital. Il fait parler le silence afin qu'une fois en mots l’être chargé de ses origines et de son universalité puisse s’exprimer le plus près possible de son intégralité"[19].

Le Figaro Magazine a publié des "bonnes feuilles" de son essai L’anti-traité d’athéologie au moment de sa sortie en librairies[20].

Publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Voyage au bout des ruines libérales libertaires, Pierre-Guillaume de Roux éditeur, 2019.
  • Peter Handke, dans Réprouvés, bannis, infréquentables (Angie David dir.), éditions Léo Scheer, 2018[21].
  • Vincent de Paul, biographie, collection Chemins d’éternité, Pygmalion/Flammarion, 2008 [22].
  • La démocratie totalitaire. Penser la modernité post-démocratique, Presses de la Renaissance/Plon,2007 |traductions : Italie, Portugal][23].
  • L’anti-traité d’athéologie. Le système Onfray mis à nu, Presses de la Renaissance/Plon, 2005 [traduction [24] : Italie] [25],[26]
  • Secrets d'immortalité. la mort dans l'Alchimie médiévale, paru dans La mort et l'immortalité. Encyclopédie des connaissances et des savoirs, sous la direction de Frédéric Lenoir et Jean-Philippe de Tonnac, Bayard, 2004.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Nova Roma, écrit avec Gwen Garnier-Duguy, Rivière Blanche, SF, 2009.
  • Le manuscrit Louise B, Les Belles Lettres, 2005.
  • Les Apôtres du néant, Flammarion, 2002 (réédition J’ai Lu).
  • Une matinée glaciale, Pétrelle, 1998[27].

Recueils de poèmes et de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le Silence des pierres, poèmes, préface de Françoise Bonardel, Nouvel Athanor, 2014.
  • L’épopée des fous, récit poétique, Le Grand Souffle, 2004.
  • Les bibliothèques endormies, nouvelles, À Contrario, 2004.
  • Bâtiment désespoir, prose poétique, Syllepse, collection Libre espace, 2002.
  • Les sourires de la faucheuse, nouvelles, éditinter, 2001.
  • La fête des cendres, nouvelles, préface de Sarane Alexandrian, Rafael de Surtis, 1999.
  • Souvenirs d'un œil brisé, nouvelle, Rafael de Surtis, 1999.
  • Les parfaits et autres histoires, préface de Paul Sanda, 1998.

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Molière, Dom Juan, Pocket, 2005.
  • Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Pocket, 2005.
  • Emile Zola, Thérèse Raquin, Pocket, 2005.

Choix de textes[modifier | modifier le code]

  • L’après Heidegger/Gadamer ou la lucide fin des Lumières, dans La Revue Littéraire, 2017.
  • Lire en ligne des poèmes traduits dans la revue Sand n° 8, Berlin, 2014[28].
  • Une lecture d’Eusèbe de Césarée dans L’Homme a-t-il besoin du Christ ?, sous la direction de Jacques de Guillebon, Via Romana, 2012.
  • Conan, étrange barbare, dans Les nombreuses vies de Conan, sous la direction de Simon Sanahujas, Les Moutons électriques, 2009.
  • Contribution à L’Enquête sur le roman dirigée par Arnaud Bordes et Stephan Carbonnaux, Le Grand Souflfe, 2007.
  • Du sang en mon âme, nouvelle, dans Tatouages, sous la direction d’Alain Pozzuoli, Les Belles Lettres, 2007.
  • Salut à Alexandre Zinoviev, essai, dans La Revue des deux Mondes, décembre 2006[29].
  • Interdits bourgeois, nouvelle, dans Histoires de Paris, sous la direction d’Alain Pozzuoli, Sortilèges, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], Notice d'autorité BNF.
  2. Matthieu Baumier sur le site NooSFere
  3. [2], poèmes traduits en Anglais (Etats-Unis) dans la revue littéraire Painted Bride Quaterly.
  4. [3], poèmes traduits en Anglais (Australie) dans la revue Cordite.
  5. [4], poèmes dans The Indian review (Inde)
  6. [5], poèmes dans la revue Ditch Poetry (Canada)
  7. Sabine Huynh, « Matthieu Baumier et le silence des pierres », Revue de poésie Terres de femmes,‎ (lire en ligne)
  8. [6], Notice d'autorité de la BNF
  9. [7], présentation de Recours au poème éditeurs par la revue de poésie Terre à Ciel.
  10. [8], présentation de cette anthologie dans la revue de poésie Terres de femmes.
  11. [9], présentation de quelques titres.
  12. [10], présentation de la revue.
  13. [11], Notice d'autorité BDFI.
  14. [12], page de l'écrivain sur le site de l'éditeur.
  15. [13], Thèse au format PDF.
  16. [14], descriptif du séminaire du professeur Pabst
  17. Rémi Soulié, « La démocratie totalitaire », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  18. Louis Cornellier, « Lire religieux - Contre l'athéisme vulgaire de Michel Onfray », Le Devoir,‎ (ISSN 0319-0722, lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017)
  19. [15], article de Jean-Paul Gavart-Perret dans la revue de littérature Belge Traversées.
  20. « Bonnes feuilles de L'Anti Traité d'Athéologie de Matthieu Baumier », Figaro Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2017)
  21. « Editions Léo Scheer : Réprouvés, bannis, infréquentables ( Collectif) », sur leoscheer.com (consulté le 20 janvier 2018)
  22. Marie-Catherine d'Hausen, « Le saint Vincent de Paul de Matthieu Baumier », Famille Chrétienne,‎ (lire en ligne)
  23. Jean-Yves Calvez, « La démocratie totalitaire. Penser la modernité post-démocratique. », Revue Projet,‎ (lire en ligne)
  24. Matthieu Baumier, page Wikipédia en italien
  25. Matthieu BAUMIER, L'anti traité d'athéologie. Le système Onfray mis à nu, edi8, (ISBN 9782750906788, lire en ligne)
  26. « Les contradicteurs d'Onfray réagissent », sur la-croix.com, (consulté le 12 décembre 2017).
  27. Matthieu (1968- ) Auteur du texte Baumier, Une matinée glaciale : roman / Matthieu Baumier, Éd. Pétrelle, (lire en ligne)
  28. lire en ligne
  29. Matthieu Baumier, « Salut à Alexandre Zinoviev », Revue des deux Mondes,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]