Pierre-Guillaume de Roux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Guillaume de Roux
PG profil 20140401 144332.jpg
Pierre-Guillaume de Roux en 2014.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Pierre-Guillaume Louis Ferdinand Marie Michel de RouxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Mère
Jacqueline Brusset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Laurence Varaut (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Membre de
Société des lecteurs de Dominique de Roux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Pierre-Guillaume de Roux est un éditeur français né le et mort le à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Né le [2] à Paris, Pierre-Guillaume Louis-Ferdinand Marie Michel Gédéon de Roux[3] est le fils de Jacqueline Brusset et de l'écrivain et éditeur Dominique de Roux.

Il est membre du comité directeur de la Société des lecteurs de Dominique de Roux[4][Quand ?].

Il s'est converti à l'orthodoxie[5] en 1986, avec sa première épouse Laurence Varaut[6].

Carrière éditoriale[modifier | modifier le code]

En 1984, il est nommé à la direction littéraire[7] des éditions de la Table ronde.

En 1990, au sein du groupe Media Participations, il participe à la création des éditions Critérion[8] où il fera notamment connaître le courant littéraire de la Nouvelle Fiction[9].

En 1992, il rejoint les éditions Julliard à la direction littéraire, vingt-cinq ans après son père[10].

Il devient, en 1995, directeur éditorial des éditions Bartillat[11].

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix »[12], lancée par le collectif Non à la guerre[13]. La même année, il fonde les éditions des Syrtes[14] avec Serge de Pahlen[15], qu'il quitte en 2001[16].

Il est directeur littéraire des éditions du Rocher de 2001 à 2006, puis en assure la direction éditoriale jusqu'en , moment où il quitte définitivement cette maison pour cause de désaccord sur sa politique éditoriale[17].

En 2010, il crée sa propre maison d'édition où il publie notamment plusieurs ouvrages de Richard Millet. L'essai de Millet Langue fantôme suivi d'Éloge littéraire d'Anders Breivik (2012) provoque une levée de boucliers dans le milieu littéraire et la presse, mais l'éditeur assume son choix.

Il meurt le [1].

Décoration[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'édition française en deuil », sur lincorrect.org.
  2. Dominique de Roux (éd. Jean-Luc Barré), Il faut partir : correspondances inédites : 1953-1977, Paris, Fayard, , 415 p. (ISBN 978-2-213-62826-4), p. 190.
  3. Voir sur lemonde.fr.
  4. Voir sur ausignedelalicorne.com.
  5. La mort de l’éditeur Pierre-Guillaume de Roux, Le Monde
  6. Bulletin de la Crypte, no 4, 2021, p. 94, n. 24.
  7. Olivier François, « Le sectarisme est souvent nourri par l'inculture », L'incorrect, no 16,‎ , p. 16.
  8. « Des nouveaux, du nouveau Les derniers-nés de l'édition française », sur lemonde.fr, .
  9. Avec les publications suivantes : Patrick Carré, D'Elis à Taxila : Éloge de la vacuité, 1991; Hubert Haddad, Le secret de l'immortalité, 1991; Marc Petit, Rue de la mort et autres histoires, 1992; Lettre de l'antiméridien, 1992; et le livre fondateur de Jean-Luc Moreau, La Nouvelle Fiction, 1992. Dans un article de la revue Europe (2014), Jean-Luc Moreau rend hommage à « Pierre-Guillaume de Roux, témoin et acteur sans lequel la Nouvelle Fiction n'aurait pu se manifester en tant que mouvement ». Voir : Jean-Luc Moreau, FICTION SUR FICTION - Frédérick Tristan et le « mouvement de la Nouvelle Fiction », in : Europe, 92e année, No 1027-1028, Novembre/Décembre 2014, p. 270 et suiv.. Plus généralement, voir : Frank Baert, Dominique Viart, La littérature française contemporaine: questions et perspectives, Presses Universitaires de Louvain, 1993, p. 158
  10. « Julliard : deux directeurs littéraires et pas de patron », sur lemonde.fr, .
  11. « Renouveau éditorial chez Christian de Bartillat », sur lemonde.fr, .
  12. « Liste des personnalités signataires de l'Appel », sur nonguerre.chez.com.
  13. Renaud Dély, « L'extrême droite ratisse large contre les frappes de l'Otan. Le «Collectif non à la guerre» a tenu une réunion proserbe hier soir », sur liberation.fr, .
  14. « En bref », sur lemonde.fr, .
  15. Émilie Grangeray, « Naissance des Syrtes », sur lemonde.fr, .
  16. Émilie Grangeray, « Le virage des Syrtes », sur lemonde.fr, .
  17. « Le Rocher », sur lemonde.fr, .
  18. « Nominations dans l'ordre des Arts et des Lettres de janvier 2007 », sur culture.gouv.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]