Matthias Rath

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rath.
Matthias Rath
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Médecin, conspirationnisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Membre de
Alliance for Health, Peace and Social Justice (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Goldenes Brett (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Matthias Rath, né en 1955 à Stuttgart, en Allemagne, est un médecin allemand aux pratiques controversées et un chef d'entreprise qui produit des suppléments vitaminiques à vocation curative[1]. Selon son site internet, son entreprise de suppléments vitaminiques reverse la totalité de ses bénéfices à une fondation d'utilité publique intitulée Dr Rath Health Foundation[2].

Matthias Rath est une personnalité extrêmement controversée, notamment pour ses positions concernant la lutte contre le SIDA, proches des thèmes abordés dans le documentaire The House of Numbers de Brent Leung ; son action a fait plusieurs fois l'objet de procès en Afrique du Sud : il a été accusé d'avoir mené des essais cliniques non autorisés, utilisant des vitamines comme thérapie anti-VIH et entraînant la mort de malades. La Haute Cour d'Afrique du Sud a jugé les essais illégaux et a interdit à Rath et à sa fondation de mener des essais cliniques non autorisés, de faire de la publicité pour leur produit et a demandé des enquêtes sur ces essais. Sa fondation a été condamnée par un communiqué du programme des Nations unies contre le sida (UNAIDS), l'OMS et l'Unicef qui lui reprochent de pratiquer une publicité mensongère et de mener une communication irresponsable. L'organisation sud-africaine de lutte contre le sida Treatment Action Campaign, que Rath avait critiquée, et qui a gagné en justice contre lui, le qualifie de charlatan[3].

Un essai clinique en double aveugle publié en 2013 dans le JAMA montre qu'un supplément en vitamines et de sélénium est sans effets secondaires et réduit de manière significative le risque du déclin du système immunitaire et la morbidité. Un supplément en micronutriments peut être bénéfique quand il est commencé dans les premiers stades de la maladie HIV[4]. À la suite de cet article du JAMA en 2013, l'argument de charlatan à l'encontre de Matthias Rath peut être balayé par le fait que c'est une étude en double aveugle, effectuée par d'autres chercheurs...

Biographie[modifier | modifier le code]

Matthias Rath a étudié la médecine en Allemagne et a ensuite travaillé comme scientifique à l'hôpital universitaire de Hambourg et au centre allemand de cardiologie à Berlin.

En 1987, Matthias Rath a découvert la relation entre la carence en vitamine C et un nouveau facteur de risque de maladie cardiaque : la lipoprotéine. Après la publication de ces découvertes dans le journal de l'association cardiaque américaine Arteriosclerosis, le Dr Rath a accepté l'invitation du double prix Nobel Linus Pauling de le rejoindre. En 1990, il est parti aux États-Unis pour devenir le premier directeur de la recherche cardiovasculaire de l'institut Linus Pauling en Californie[réf. nécessaire].

Matthias Rath a travaillé avec Pauling dans divers domaines de la recherche nutritionnelle.

Aujourd'hui, Matthias Rath dirige un institut de recherche et développement en médecine nutritionnelle et cellulaire. Son institut conduit des études de recherche fondamentale et des études cliniques pour documenter scientifiquement les apports des micronutriments dans la lutte contre une multitude de maladies. Matthias Rath est le fondateur du concept scientifique de « médecine cellulaire », l'introduction systématique en médecine clinique de la connaissance biochimique du rôle des micronutriments en tant que « biocatalyseurs » dans une multitude de réactions métaboliques au niveau cellulaire. Lui et son équipe de chercheurs avancent qu'un apport quotidien synergique de micronutriments permettraient de lutter contre divers maux et maladies : artériosclérose, hypertension, insuffisance cardiaque, arythmie cardiaque, diabète, ostéoporose, de nombreuses formes de cancer et des déficiences immunitaires précurseurs de maladies infectieuses dont le VIH[5].

Matthias Rath suscite la controverse au sein de la communauté scientifique[6]. Il affirme mener un combat contre « l'hégémonisme et l'obscurantisme des grands groupes pharmaceutiques »[7] et remet fortement en question le traitement du cancer largement pratiqué aujourd'hui et qui est, selon lui, responsable de la mort de patients curables[8]. Son action en Afrique du Sud lui a valu des condamnations, et l'action de sa fondation a été très sévèrement critiquée par l'UNAIDS, l'OMS, l'Unicef et TAC[9],[10].

Recherches médicales[modifier | modifier le code]

Matthias Rath et ses collaborateurs, Aleksandra Niedzwiecky et M. Waheed Roomi, ont conduit des travaux portant sur l'apparition des maladies, leur prévention et leur traitement. Ils sont parvenus à la conclusion que la plupart d'entre elles trouvaient leur origine dans une carence en « bioénergie » indispensable au bon fonctionnement des cellules (carence en vitamines, minéraux, oligo-éléments et acides aminés) (voir références plus loin). Cette déficience associée à d'autres facteurs (hygiène de vie, stress, pollution, etc.) entraînerait à plus ou moins long terme des dysfonctionnements, voire des dégénérescences au niveau cellulaire. Les formules de la médecine orthomoléculaire, ou « médecine cellulaire »[11],[12],[13] pourraient en cela aider à prévenir ou à traiter la plupart de ces affections, y compris le cancer[14],[15],[16],[17].

Toutefois, il existe plusieurs synergies de micronutriments en fonction de la pathologie. Il n'y a pas de posologie standard, chaque organisme ayant des besoins différents et spécifiques, alors que les résultats d'analyses de laboratoire, par exemple, sont identiques : marqueurs tumoraux lors de cancer, ou lipoproteine A, homocystéine lors de pathologies cardiovasculaires. Il faut également tenir compte des paramètres de chacun (facteurs héréditaires, mode de vie, environnement, etc.).

Les nutriments cellulaires essentiels spécifiques dans le cancer selon Matthias Rath[modifier | modifier le code]

Les mécanismes-clés du cancer[modifier | modifier le code]

Selon le Dr Matthias Rath, le mécanismes-clés du cancer sont les suivants :

1. Diffusion des cellules cancéreuses et formation de métastases par deux voies métaboliques :

les cellules cancéreuses produisent un activateur tissulaire du plasminogène qui lui-même stimule la production des métalloprotéines qui détruisent la matrice de collagène ; les cellules cancéreuses produisent directement des métalloprotéines qui détruisent la matrice de collagène ;

2. Multiplication des cellules cancéreuses et développement de la tumeur ;

3. Formation de nouveaux vaisseaux sanguins (= angiogénèse) qui apportent la nourriture à la masse cancéreuse ;

4. Inhibition de la mort cellulaire (= apoptose).

En bloquant un ou plusieurs de ces mécanismes-clés responsables du cancer, il est possible d'agir sur le cancer.

Pour contrôler le cancer, il existe plusieurs modes d'action possibles et des molécules :

- soutien de la production de tissu conjonctif et maintien de sa stabilité : vitamine C, lysine, proline, cuivre, manganèse;

- inhibition de la dégradation du tissu conjonctif[18]: vitamine C, lysine, proline, N-acétylcystéine, épigallocatéchine gallate (tiré du thé vert), sélénium ;

- inhibition de l'angiogénèse : épigallocatéchine gallate, N-acétylcystéine ;

- induction de l'apoptose : vitamine C, épigallocatéchine gallate, N-acétylcystéine, sélénium, arginine, proline.

Les différentes molécules dans la thérapie anticancéreuse selon la médecine cellulaire[modifier | modifier le code]

La vitamine C[modifier | modifier le code]

Dans notre organisme, la vitamine C a deux caractéristiques :

- nous ne savons pas la synthétiser[19] ;

- nous n'avons pas d'organes où la stocker (contrairement à d'autres vitamines[20]).

La vitamine C sous forme de palmitate permet de contrecarrer ces deux caractéristiques, tel que présente dans les formules de la fondation Rath.

Ainsi, elle peut donc jouer son rôle dans nos cellules :

- d'antioxydante ;

- d'anticancéreux en tant inducteur d'apoptose[21] et productrice de peroxyde d'hydrogène (H2O2) (le peroxyde d'hydrogène est toxique pour la cellule cancéreuse[22])

- de cofacteur des enzymes productrices de collagène[19],[23]

- etc.

Les flavonoïdes[modifier | modifier le code]

Ce sont des molécules antioxydantes qui potentialisent l'action des autres micronutriments.

L'épigallocatéchine gallate[modifier | modifier le code]

L'épigallocatéchine gallate est une molécule extraite du thé vert.

L'épigallocatéchine gallate est le plus puissant anticancéreux que la nature nous a donnée.

- elle est un inducteur d'apoptose (comme la vitamine C et la vitamine D);

- elle diminue également l'angiogénèse induite par la VEGF[24].

L'épigallocatéchine gallate est un inhibiteur de plusieurs enzymes, dont entre autres:

- l'histone acétyltransférase[25];

- l'ADN méthyltransférase[26];

- l'acide gras synthase[27];

- la glutamate déshydrogénase[28];

- les ADN topoisomérases I et II [29].

La lycin et la prolysine[modifier | modifier le code]

La lycine et la prolysine sont des acides aminés nécessaires pour reconstituer la matrice de collagène.

En donnant ces acides aminés (et avec la vitamine C), cela permet la régression des métastases[30],[31],[32],[33].

La vitamine D3[modifier | modifier le code]

La vitamine D3 est connue pour ses actions[34]

- sur le métabolisme osseux : induit l'absorption de calcium dans l'intestin, fixe le calcium dans les os ;

- sur la prévention de 4 maladies osseuses :

-- l'ostéopénie et l'ostéoporose chez l'adulte ;

-- le rachitisme et l'ostéomalacie chez l'enfant ;

- antioxydant ;

- anticancéreux[35] par son action inductrice de l'apoptose ;

- immunostimulante[34].

En conclusions :

Les micronutriments peuvent

- diminuer de façon significative la formation de métastases[32];

- inhiber la néoangiogénèse[36],[37],[38] et donc diminuer la croissance tumorale ;

- inhiber la formation de vaisseaux sanguins induite par les cellules endothéliales humaines ;

- inhiber la multiplication des cellules cancéreuses[39],[40];

- déclencher les processus cellulaires qui entraînent la mort naturelle (= apoptose) des cellules cancéreuses[30].

La synergie des préparations[modifier | modifier le code]

Chaque substance peut avoir une action individuelle (cf supra).

Elles peuvent également agir en synergie[41] pour inhiber la propagation des cellules cancéreuses[42],[43],[44]

Les différentes combinaisons de micronutrients[modifier | modifier le code]

Il existe de profondes différences d'action entre différentes combinaisons de micronutriments : celles contenant de la vitamine C, de la lysine, de la proline, de l'arginine, de l'extrait de thé vert, de la quercétine, du sélénium, du cuivre, du manganèse montrent le maximum de mort des cellules cancéreuses[45].

Les nutriments cellulaires essentiels spécifiques dans les maladies cardiovasculaires selon Matthias Rath[modifier | modifier le code]

Les mécanismes-clés des maladies cardiovasculaires[modifier | modifier le code]

Selon les travaux du Dr Rath, le primum movens de nombreuses maladies cardiovasculaires est un scorbut ignoré (involontairement) par la médecine et les médecins[46],[47],[48],[49],[50],[51]

Les différentes molécules dans la thérapie des maladies cardiovasculaires selon la médecine cellulaire[modifier | modifier le code]

Afin d'éviter le maximum de maladies cardiovasculaires, il propose plusieurs vitamines et minéraux, etc. dont voici un panel :

- Vitamine C : protection et guérison naturelle de la paroi artérielle, diminution des plaques, réduction de la prolifération des cellules des muscles lisses de la paroi artérielle, une des causes les plus fréquentes de complications de l'angioplastie[52], transporteur d'énergie pour le métabolisme cellulaire, chargement en énergie des molécules de transport des vitamines du groupe B, diminution de 40 à 50 % du taux de maladies cardiaque et augmentation de l'espérance de vie[53], diminution des risques d'obstruction des artères coronaires après une angioplastie (synergie avec la vitamine E)[54]

- Vitamine E : protection anti-oxydante, en particulier protection des membranes cellulaires, diminution de 15% des resténoses après angioplastie[55], diminution des risques d'obstruction des artères coronaires après une angioplastie (synergie avec la vitamine E)[56]

- Vitamine D : optimisation du métabolisme du calcium, diminution des dépôts de calcium dans les parois artérielles.

- Vitamine B1 ( = thiamine) : amélioration de la fonction de pompe du coeur chez le patient souffrant d'insuffisance cardiaque[57]

- Vitamine B8 ( = biotine): cofacteur du pyrophosphate ( = un des biocatalyseurs les plus importants dans le métabolisme cellulaire), protection contre le taux élevé d'homocystéine, en combinaison avec de la vitamine B6, de la vitamine B12 et de la vitamine B9.

- Vitamine B9 ( = acide folique) : protection contre le taux élevé d'homocystéine, en combinaison avec la vitamine B6, la vitamine B12 et la vitamine B8.

- béta-carotène (= provitamine A) : vitamine liposoluble anti-oxydante, réduction du risque de formation de caillot.

- Coenzyme Q10 : élément le plus important de la chaîne respiratoire au niveau des mitochondries[58], amélioration de la fonction du myocarde[59],[60],[61]

- L-Carnitine : molécule de transport de l'énergie dans nos cellules musculaires, amélioration de la survie cardio-vasculaire[62],[63],[64], action antiarythmique [65],[66]

- Proline: production de collagène, stabilité de la paroi artérielle, diminution des plaques.

- Lysine : production de collagène, stabilité de la paroi artérielle, diminution des plaques.

- Taurine : sa carence dans les cellules du myocarde est une cause fréquente d'insuffisance cardiaque

- Cuivre : stabilité de la paroi artérielle par le renforcement des liens croisés entre les molécules de collagène.

- Sulfate de chondroïtine : stabilité de la paroi artérielle grâce à son rôle de " ciment " du tissu conjonctif de cette paroi.

- N-Acétylglucosamine : stabilité de la paroi artérielle grâce à son rôle de " ciment " du tissu conjonctif de cette paroi.

- Pycnogénol : biocatalyseur pour une utilisation optimale de la vitamine C, contribution à la stabilité des parois artérielles.

- Magnésium : antiarythmique, diminution de la mortalité cardiaque par infarctus du myocarde[67],[68],[69]

Controverse[modifier | modifier le code]

Frank Ulrich Montgomery (de) de la fédération des médecins allemands et Michael Bamberg de la fondation allemande contre le cancer ont entamé des procédures légales contre le Matthias Rath à la suite du décès d'un enfant (Dominik Feld) souffrant d'un cancer des os avec métastases aux poumons. Les parents de l'enfant, avant sa mort, avaient fait abandonner la chimiothérapie de leur fils et l'avaient mis sous la thérapie de supplémentation nutritionnelle de Matthias Rath. Ce dernier se défend en avançant le fait que sa mort a été due aux erreurs dans la prise en charge du patient là où il était hospitalisé, ce qui fut prouvé par la suite lors d'un procès. Le BMJ dut s'excuser auprès du Dr Rath pour avoir publié de fausses allégations[70].

Les actions entreprises par Matthias Rath afin de persuader les Sud-Africains d'utiliser ses compléments vitaminiques pour renforcer le système immunitaire restent également controversées, d'autant qu'il préconise l'arrêt des traitements antirétroviraux pour soigner le SIDA. Il prétend notamment que certaines personnes, dont le test de dépistage du VIH est positif, ne développeraient jamais de symptômes et resteraient en vie s'ils n'étaient pas traités par les antirétroviraux. Il affirme par ailleurs que si ces personnes étaient traitées par antirétroviraux, ces dernières finiraient systématiquement par développer le SIDA[71]. Il remet ainsi en cause la toxicité des traitements antirétroviraux, qu'il accuse de détruire le système immunitaire. Cette attitude est majoritairement condamnée par la communauté scientifique[72],[73],[74],[75],[76].

Par ailleurs, la Société suisse de lutte contre le cancer a attiré l'attention sur les faiblesses du dossier scientifique de Matthias Rath, ainsi que sur les possibles dangers des dosages des préparations qu'il propose[77].

Le « programme de Chemnitz »[modifier | modifier le code]

Le , à la salle des fêtes de Chemnitz, Matthias Rath a tenu un discours concernant le programme de Chemnitz. Au cours de ce discours, il a fustigé le soutien apporté par le gouvernement allemand à la « Commission Codex Alimentarius », qu'il présente comme une initiative de l'industrie pharmaceutique visant, selon lui, à interdire au niveau mondial toute information en matière de santé en rapport avec des vitamines et autres thérapies naturelles[78].

Position[modifier | modifier le code]

Matthias Rath se considère médecin et scientifique dévoué à la recherche pour la santé et le bien-être. Il perçoit les groupes industriels pharmaceutiques comme des entreprises principalement intéressées à propager des maladies pour mieux vendre leurs solutions pharmaceutiques (« manœuvres de tromperie et de fraude ») et parle de « cartel pharmaceutique »[79]. Il se considère donc comme une menace pour l'industrie pharmaceutique qui cherche à défendre son pré carré[79].

Son premier constat vis-à-vis de l'infarctus fut que, si un taux de cholestérol élevé menait vraiment à un infarctus du cœur ou du cerveau, tous les autres organes du corps humain devraient être impactés de la même manière, or ce n'est pas le cas[79]. Il constata ensuite que les animaux produisent leur propre apport en vitamine C (collagène), bénéficiant donc d'un système sanguin stable, et sont très rarement victimes d'infarctus, alors que le corps humain semble être incapable de le faire et que les infarctus constituent une des principales causes de décès chez l'homme[79].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est le Dr Matthias Rath ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Alliance-du-dr-rath-pour-la-sante.org.
  2. Dr Rath Health Foundation.
  3. (en) « The Wrongs of Matthias Rath ».
  4. (en) Marianna K. Baum, Adriana Campa, Shenghan Lai et al., « Effect of Micronutrient Supplementation on Disease Progression in Asymptomatic, Antiretroviral-Naive, HIV-Infected Adults in Botswana. A Randomized Clinical Trial », JAMA, vol. 310, no 20,‎ , p. 2154-2163 (DOI 10.1001/jama.2013.280923, lire en ligne)
  5. (en) « Biographie de Matthias Rath (version anglaise) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF].
  6. (en) Watson J, « Vitamin guru provokes wRath of scientists, activists », Nat. Med., vol. 11, no 6,‎ , p. 581 PMID 15937452.
  7. « Les hommes de main du cartel pharmaceutique avivent l'hystérie anti-vitamines »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF].
  8. « Stopping Cancer Naturally »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (version française).
  9. (en) « South African court bans AIDS vitamin trials »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Reuters, .
  10. (en) « UN bodies slam Rath Foundation »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), .
  11. « Cours de base sur la médecine cellulaire »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF]
  12. « Étude clinique pilote sur la diminution naturelle du taux de cholestérol »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF]
  13. « ABC de la médecine cellulaire »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF]
  14. « Avancée de la recherche cellulaire dans la lutte contre le cancer »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  15. « Cancer book (anglais) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. (en) Roomi MW, Ivanov V, Kalinovsky T, Niedzwiecki A, Rath M., « In vivo antitumor effect of ascorbic acid, lysine, proline and green tea extract on human prostate cancer PC-3 xenografts in nude mice: evaluation of tumor growth and immunohistochemistry », In Vivo, vol. 19, no 1,‎ , p. 179-183 (lire en ligne). PMID 15796171
  17. (en) Harakeh S, Diab-Assaf M, Khalife JC, Abu-el-Ardat KA, Baydoun E, Niedzwiecki A, El-Sabban ME, Rath M., « Ascorbic acid induces apoptosis in adult T-cell leukemia », Anticancer Res., vol. 27, no 1A,‎ , p. 289-98 (lire en ligne). PMID 17352246
  18. L'inhibition de la destruction du tissu conjonctif est une des conditions indispensable à la propagation des cellules cancéreuses.
  19. a et b (en) Gerhard Michal et Dietmar Schomburg, Biochemical pathways, an atlas of biochemistry and molecular biology, éd. John Wiley and sons, , p. 145.
  20. Par exemple, la vitamine K est stockée dans le foie.
  21. L'apoptose est la mort programmée de la cellule. Avoir une substance inductrice - d'apoptose est une stratégie intéressante et physiologique pour détruire des cellules cancéreuses.
  22. La cellule cancéreuse, contrairement à la cellule normale, n'a pas de catalase nécessaire à la détoxication du peroxyde d'hydrogène. Cet apport en péroxyde d'hydrogène pour la cellule cancéreuse est mortellement toxique pour elle alors que celle n'entraîne aucune conséquence mortelle pour la cellule non-tumorale.
  23. Les cellules cancéreuses sécrètent des métalloprotéines qui désagrègent la matrice de collagène des tissus conjonctifs, favorisant la prolifération de métastases. La vitamine C permet de reconstituer cette matrice de collagène et donc empêche la prolifération des métastases. Elle fait donc régresser les métastases dans l'organisme.
  24. Gilles L'Allemain, « Les multiples actions de l’EGCG, anti-oxydant tiré du thé vert », Bulletin du cancer, vol. 86, no 9,‎ , p. 721-724.
  25. (en) Kyung-Chul Choi, Myung Gu Jung, Yoo-Hyun Lee, Joo Chun Yoon, Seung Hyun Kwon, Hee-Bum Kang, Mi-Jeong Kim, Jeong-Heon Cha, Young Jun Kim, Woo Jin Jun, Jae Myun Lee et Ho-Geun Yoon, « Epigallocatechin-3-Gallate, a Histone Acetyltransferase Inhibitor, Inhibits EBV-Induced B Lymphocyte Transformation via Suppression of RelA Acetylation », Cancer Research, vol. 69, no 2,‎ .
  26. (en) Won Jun Lee, Joong-Youn Shim et Bao Ting Zhu, « Mechanisms for the Inhibition of DNA Methyltransferases by Tea Catechins and Bioflavonoids », Molecular Pharmacology, vol. 68, no 4,‎ , p. 1018-1030.
  27. (en) Antonella Baron, Toshiro Migita, Dan Tang et Massimo Loda, « Fatty acid synthase : a metabolic oncogene in prostate cancer », Journal of Cellular Biochemistry, vol. 91, no 1,‎ , p. 47-53.
  28. (en) Changhong Li, Aron Allen, Jae Kwagh, Nicolai M. Doliba, Wei Qin, Habiba Najafi, Heather W. Collins, Franz M. Matschinsky, Charles A. Stanley et Thomas J. Smith, « Green Tea Polyphenols Modulate Insulin Secretion by Inhibiting Glutamate Dehydrogenase », Journal of Biological Chemistry, vol. 281, no 15,‎ , p. 10214-10221.
  29. (en) Keitarou Suzuki, Shoji Yahara, Fumio Hashimoto et Masaru Uyeda, « Inhibitory Activities of (−)-Epigallocatechin-3-O-gallate against Topoisomerases I and II », Biological and Pharmaceutical Bulletin, vol. 24, no 9,‎ , p. 1088-1090.
  30. a et b (en) A. Niedzwiecki, M.W. Roomi, T. Kalinovsky et M. Rath, « Micronutrient Synergy – a New Tool in Effective Control of Metastasis and Other Key Mechanisms of Cancer », Cancer and Metastasis Reviews, vol. 29, no 3,‎ , p. 529-542.
  31. (en) M.W. Roomi, T. Kalinovsky, N.W. Roomi, V. Ivanov, M. Rath et A. Niedzwiecki, « Suppression of growth and hepatic metastasis of murine B16FO melanoma cells by a novel nutrient mixture », Oncology Reports, vol. 20, no 4,‎ , p. 809-817.
  32. a et b (en) M.W. Roomi, T. Kalinovsky, N.W. Roomi, J. Monterrery, M. Rath et A. Niedzwiecki, « A nutrient mixture suppresses hepatic metastasis in athymic nude mice injected with murine B16FO melanoma cells », BioFactors, vol. 33, no 3,‎ , p. 181-189.
  33. (en) M.W. Roomi, N. Roomi, V. Ivanov, T. Kalinovsky, A. Niedzwiecki et M. Rath, « Inhibition of Pulmonary Metatasis of Melanoma B16FO Cells in C57BL/6 Mice by a Nutrient Mixture Consisting of Ascorbic Acid, Lysine, Proline, Arginine, and Green Tea Extract », Experimental Lung Research, vol. 32, no 10,‎ , p. 517-530.
  34. a et b (en) Michael Holick, « Vitamine D deficiency », N. Engl. J. Med., vol. 357,‎ , p. 266- 281.
  35. (en) Lappe JM, Travers-Gustafson D, Davies, KM, Recker RR, Heaney RP, « Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk: results of a randomized trial », Am J Clin Nutr, vol. 85,‎ , p. 1586-91.
  36. (en) M.W. Roomi, T. Kalinovsky, A. Niedzwiecki et M. Rath, « Antiangiogenic properties of a nutrient mixture in a model of hemangioma », Experimental Oncology, vol. 31, no 4,‎ , p. 214-219.
  37. (en) Waheed Roomi, Nusrath Roomi, Vadim Ivanov, Tatiana Kalinovsky, Alexksandra Niedzwiecki et Matthias Rath, « Inhibitory effect of a mixture containing ascorbic acid, lysin, proline and green tea extract on critical parameters in angiogenesis », Oncology reports, vol. 14, no 3,‎ , p. 807-815.
  38. (en) M.W. Roomi, V. Ivanov, T. Kalinovsky, A. Niedzwiecki et M. Rath, « A novel mixture containing ascorbic acid, lysine, proline, and green tea extracts inhibits critical parameters in angiogenesis », dans Losso JN, Shahidi F, Bagchi D (eds), Anti-Angiogenic Functional and Medicinal Foods, Boca Raton, London, New York, CRC Press, , p. 561-580.
  39. (en) Waheed Roomi, Tatiana Kalinovsky, Aleksandra Niedzwiecki et Matthias Rath, « Modulation of u-PA, MMPs and their inhibitors by a novel nutrient mixture in human lung cancer and mesothelioma cell lines », International Journal of Oncology,‎ (DOI 10.3892/ijo.2013.1880)
  40. (en) S.P. Netke, M.W. Roomi, V. IVANOV, A. Niedzwiecki et M. Rath, « A specific combination of ascorbic acid, lysine, proline and epigallocatechin gallate inhibits proliferation and extracellular matrix Invasion of various human cancer cell lines », Research Communications in Pharmacology and Toxicology, Emerging Drugs, vol. II,‎ , p. IV37-IV50
  41. « Le principe de synergie est un principe central de la nutrithérapie mis en avant dès 1968 par Roger Williams sous le nom de « principe de l'orchestre ». Jean Paul Curtay, La nutrithérapie, bases scientifiques et pratique médicale, éd. Boiron, , p. 107.
  42. (en) M.W. Roomi, J.C. Monterry, T. Kalinovsky, M. Rath et A. Niedzwiecki, « Comparative Effects of EGCG, Green Tea, and a Nutrient Mixture on the Patterns of MMP-2 and MMP-9 Expression in Cancer Cell Lines », Onc Rep, vol. 24,‎ , p. 747-757.
  43. (en) M.W. Roomi, N. Roomi, V. Ivanov, T. Kalinovsky, A. Niedzwiecki et M. Rath, « Inhibitory Effect of a Mixture Containing Ascorbic Acid, Lysine, Proline, and Green Tea Extract on Critical Parameters in Angiogenesis », Oncology Reports, vol. 14, no 4,‎ , p. 807-815.
  44. (en) M.W. Roomi, N. Roomi, V. Ivanov, T. Kalinovsky, A. Niedzwiecki et M. Rath, « Antiangiogenic Effects of a Nutrient Mixture on Human Umbilical Vein Endothelial Cells », Oncology Reports, vol. 14, no 6,‎ , p. 1399-1404.
  45. (en) M. Chatterjee, S. Ivanova, V. Ivanov, A. Niedzwiecki et M. Rath, « Comparison of the antioxidant efficacy and cellular protection by several categories of nutritional supplements on the market », Jnl of cell med and natural health,‎ (lire en ligne).
  46. (en) M. Rath, « Lipoprotein (a) Is a Surrogate for Ascorbate », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 87,‎ , p. 6204-6207.
  47. M. Rath, « Immunological Evidence for the Accumulation of Lipoprotein(a) in the Atherosclerotic Lesion of the Hypoascorbemic Guinea Pig » Proceedings of the National Academy of Sciences 1990, 87: 9388-9390
  48. (en) M. Rath et L. Pauling, « Solution to the Puzzle of Human Cardiovascular Disease: Its Primary Cause Is Ascorbate Deficiency, Leading to the Deposition of Lipoprotein(a) and Fibrinogen/Fibrin in the Vascular Wall », Journal of Orthomolecular Medicine, vol. 6,‎ , p. 125-134.
  49. (en) M. Rath et L. Pauling, « Unified Theory of Human Cardiovascular Disease Leading the Way to the Abolition of This Disease as a Cause for Human Mortality », Journal of Orthomolecular Medicine, vol. 7,‎ , p. 5-15.
  50. (en) John Cha, Aleksandra Niedzwiecki et Matthias Rath, « Hypoascorbemia induces atherosclerosis and vascular deposition of lipoprotein(a) in transgenic mice », American Journal of Cardiovascular Medicine, vol. 5, no 1,‎ , p. 53-62.
  51. (en) Vadim Ivanov, Svetlana Ivanova, Aleksandra Niedzwiecki et Matthias Rath, « Effects of Various Multi-Nutrient Supplements on the Production and Extracellular Deposition of Collagen I and IV by Human Aortic Smooth Muscle Cells », Journal of Cellular Medicine and Natural Health,‎ .
  52. A. Niedzwiecki, V. Ivanov, « Direct and extracellular matrix mediated effect of ascorbate on vascular smooth muscle cell proliferation », 24th AAA (age) and 9th American College of Clinical Gerontology Meeting Washington DC.
  53. (en) J.E. Enstrom, L.E. Kanim et M.A. Klein, « Vitamin C intake and mortality among a sample ou the United States population », Epidemiology, vol. 3 ,‎ , p. 194-202.
  54. (en) Nunes GL, D.S. Sgoutas, R.A. Redden, R.A. Sigman, M.B. Gravanis, S.B. King et B.C. Berk, « Combination of Vitamine C and E alters the response to coronary balloon injury in the pig », Arteriosclerosis, Thrombosis and Vascular Biology, vol. 15 ,‎ , p. 156-165.
  55. (en) SJ DeMaio, SB King, NJ Lembo, GS Roubin, JA Hearn, HN Bhagavan et Sgoutas DS, « Vitamin E supplementation, plasma lipids and incidence of restenosis after percutaneous transluminal coronary angioplasty (PTCA) », J Am Coll Nutr., vol. 11, no 1,‎ , p. 68-73.
  56. Nunes op. cit.
  57. (en) I. Shimon, S. Almog, Z. Vered, H. Seligmann, M. Shefi, E. Peleg, T. Rosenthal, M. Motro, H. Halkin et D. Ezra, « Improved left ventricular function after thiamine supplementation in patients with congestive heart failure receiving long-term furosemide therapy », Am J Med, vol. 98, no 5,‎ , p. 485-90.
  58. (en) S.L. Molyneux, C.M. Florkowski, P.M. George, A.P. Pilbrow, C.M. Frampton, M. Lever et A.M. Richards, « Coenzyme Q10: An independent predictor of mortality in chronic heart failure. », J. Am. Coll. Cardiol., vol. 52,‎ , p. 1435–1441.
  59. K. Folkers et Y Yamamura, Biochemical and clinical aspects of coenzyme Q, éd. Elsevier,
  60. (en) K. Folkers, S. Vadhanavikit et S.A. Mortensen, « Biochemical rationale and myocardial tissue data on the effective therapy of cardiomyopathy with coenzyme Q10, », PNAS,, vol. 82,‎ , p. 901–904.
  61. (en) T. Kamikawa, A. Kobayashi, T. Emaciate, H. Hayashi et N. Yamazaki, « Effects of coenzyme Q10 on exercise tolerance in chronic stable angina pectoris », Amer J of Cardiology, vol. 56 ,‎ , p. 247-251.
  62. (en) P.H. Langsjoen, K. Folkers, K. Lyson, K. Muratsu, T. Lyson et P. Langstoen, « Pronounced increased of survival of patients with cardiomyopathy when treated with coenzyme Q10 and conventional therapy », International Journal of Tissue reactions, vol. XIII, no 3,‎ , p. 163-168.
  63. (en) Ioannis Rizos, « Three-year survival of patients with heart failure caused by dilated cardiomyopathy and L-carnitine administration », Am Heart J, vol. 139, no 2, supplément 2,‎ , S120-S123.
  64. (en) O. Ghidini, M. Azzurro, G. Vita et G. Sartori, « Evaluation of the therapeutic efficacy of L-carnitine in congestive heart failure », Int J Clin Pharmacol Ther Toxicol., vol. 26, no 4,‎ , p. 217-20.
  65. (en) P. Rizzon, G. Biasco, M. Di Biase, U, Boscia Rizzo, F. Minafra, A. Bortone et al., « High doses of L-carnitine in acute myocardial infarction : metabolic and antiarrhythmic effect », European Heart Journal, vol. 10,‎ , p. 502-508.
  66. (en) R. Ferrari, F. Cucchini et O, Visioli, « The metabolic effects of L-carnitine in angina pectoris », International Journal of Cardiology, vol. 5,‎ , p. 213–216.
  67. (en) M. England, « Magnesium administration and dysrythmias after cardiac surgery : a placebo-controlled, doubleblind randomized trial », JAMA, vol. 268,‎ , p. 2395-2402.
  68. (en) P. Turlapaty et B.M. Altura, « Magnesium deficiency produces spasms of coronary arteries : relationship to etiology of sudden death ischemic heart disease », Science, vol. 208 ,‎ , p. 198-200.
  69. (en) K.K. Teo et Y. Salim, « Role of magnesium in reducing mortality in acute myocardial infarction : a review of the evidence », Drugs, vol. 46, no 3,‎ , p. 347–359.
  70. (en) Anonymous « Dr Matthias Rath: an apology » BMJ 2006; 333(7569): 621. DOI:10.1136/bmj.333.7569.621-b PMC 1570804
  71. Rath X, p. 66. [PDF]
  72. (en) « Denying science », Nat Med., vol. 12, no 4,‎ , p. 369 (PMID 16598265)
  73. (en) « The Denialists: The dangerous attacks on the consensus about H.I.V. and AIDS », The New Yorker, 12 mars 2007.
  74. (en) « A New All-time Low  », sur The Guardian, .
  75. « Death by Denial »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur The New Republic,
  76. (en) Sarah Boseley, « Fall of the doctor who said his vitamins would cure Aids. Promoter of nutritional pills drops libel action against Guardian », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  77. « Document de la ligue contre le cancer Suisse sur les études du Dr Rath et la vitamine C »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF].
  78. « Le programme de Chemnitz », sur www4fr.dr-rath-foundation.org.
  79. a b c et d « Interview du Dr Matthias Rath », sur Liberterre.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Souccar, La révolution des vitamines, First, 1995.
  • Thierry Souccar, Le nouveau guide des vitamines, Seuil, 1999.
  • Matthias RATH et Aleksandra NIEDZWIECKI, Cancer, la fin d'une maladie de civilisation, livre I – La percée scientifique, éd. Dr RATH HEALTH FOUNDATION, 2011

Bibliographie des articles publiés par Matthias Rath[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mars 2019). Découvrez comment la « wikifier ».


Liens externes[modifier | modifier le code]