Matthew Garrett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Matthew Garrett
Description de cette image, également commentée ci-après
Matthew Garrett à la linux.conf.au 2009 en train de tenir une conférence
Alias
mjg59
Naissance Drapeau de l'Irlande Galway (Irlande)
Profession
Activité principale
Formation
Distinctions

Matthew Garrett, né à Galway (Irlande), est un programmeur principalement connu pour son implication dans le mouvement du logiciel libre. Il est notamment un contributeur majeur du noyau Linux, de GNOME, et des distributions Debian, Ubuntu et Red Hat[1]. Il a reçu en 2013 le prix du logiciel libre pour son travail sur Secure Boot, UEFI, et le noyau Linux[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Garrett affirme qu'il est né à Galway en Irlande[3],[4], et est titulaire d'un doctorat en génétique de l'université de Cambridge[5]. Il est l'auteur de plusieurs articles sur la génétique de la Drosophila melanogaster (couramment nommé mouche du vinaigre)[6],[7],[8].

Garrett a été un contributeur des projets GNOME et Debian[9],[10], a été l'un des premiers à participer au développement d'Ubuntu, a été un des membres initiaux du conseil technique d'Ubuntu et a travaillé chez Canonical Ltd. et Red Hat[1]. Dans ces deux entreprises, il a notamment travaillé sur l’amélioration du power management au sein de Linux[11]. Chez Red Hat, il a aussi œuvré à la résolution des problèmes d'intégration autour des systèmes Secure Boot et UEFI avec le noyau Linux, pour préserver la capacité des utilisateurs d'utiliser le système d'exploitation de leur choix sur des équipements informatiques implémentant Secure Boot[12]. Ce travail a été l'une des raisons pour laquelle la Free Software Foundation lui a décerné le prix du logiciel libre 2013[2].

Garrett travaille actuellement chez CoreOS (en), une entreprise de Cloud computing[13].

Engagement[modifier | modifier le code]

Garrett est un ardent défenseur des logiciels libres et du respect de la Licence publique générale GNU (GPL) dans le noyau Linux. Il a notamment déposé une plainte auprès de la United States Customs Service contre Fusion Garage (en) en raison d'une violation de leur part de la GPL[14],[15].

En , Garrett a déclaré sur son blog qu'il ne contribuera plus aux changements du noyau Linux en lien avec du matériel d'Intel, à la suite d'une de leurs campagnes publicitaires sur Gamasutra durant la controverse du Gamergate[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gareth Greenaway, « INTERVIEW: Matthew Garrett », SCALE, (consulté le 6 avril 2016)
  2. a et b (en) Free Software Foundation, « Matthew Garrett, GNOME Foundation's Outreach Program for Women are Free Software Award winners », (consulté le 8 avril 2016)
  3. Matthew Garrett, « birthplace », sur mjg59's journal,
  4. (en) Stewart Smith, « Where Matthew was born », sur Ramblings, (consulté le 8 avril 2016)
  5. (en) Matthew James Garrett, « Comparative genomic analysis as a tool for locating novel functional elements in D. melanogaster », Université de Cambridge, Cambridge, UK,‎
  6. (en) Matthew Garrett, Ane Fullaondo, Larent Troxler, Gos Micklem et David Gubb, « Identification and analysis of serpin-family genes by homology and synteny across the 12 sequenced Drosophilid genomes », BMC Genomics, vol. 10, no 1,‎ , p. 489 (ISSN 1471-2164, PMID 19849829, PMCID 2770083, DOI 10.1186/1471-2164-10-489, lire en ligne)
  7. (en) Stephanie G. Hudson, Matthew J. Garrett, Joseph W. Carlson, Gos Micklem, Susan E. Celniker, Elliott S. Goldstein et Stuart J. Newfeld, « Phylogenetic and Genomewide Analyses Suggest a Functional Relationship Between kayak, the Drosophila Fos Homolog, and fig, a Predicted Protein Phosphatase 2C Nested Within a kayak Intron », Genetics, vol. 177, no 3,‎ , p. 1349–1361 (ISSN 0016-6731, PMID 18039871, PMCID 2147949, DOI 10.1534/genetics.107.071670, lire en ligne)
  8. (en) Jiannan Guo, Matthew Garrett, Gos Micklem et Saverio Brogna, « Poly(A) Signals Located near the 5′ End of Genes Are Silenced by a General Mechanism That Prevents Premature 3′-End Processing », Molecular and Cellular Biology, vol. 31, no 4,‎ , p. 639–651 (ISSN 0270-7306, PMID 21135120, PMCID 3028650, DOI 10.1128/MCB.00919-10, lire en ligne)
  9. (en) Matthew Garrett, « Application from Matthew Garrett », sur Liste de diffusion de la GNOME Foundation,
  10. (en) Matthew Garrett, « Application from Matthew Garrett », sur Liste de diffusion de la GNOME Foundation,
  11. (en) « Intel's Rapid Start Technology Will Soon Hit Linux », Electronics For You,‎
  12. (en) « Microsoft, Red Hat spar over secure boot-loading tech », Computer News Middle East,‎
  13. (en) Dr Brooke Magnanti, « Could the UK really block internet porn? », sur Telegraph.co.uk (consulté le 8 avril 2015)
  14. (en) « Matthew Garrett files case with US Customs against Fusion Garage », sur LWN.net,
  15. (en) Heather J. Meeker, « Open Source and the Age of Enforcement », Hastings Science & Technology Law Journal, vol. 4, no 267,‎
  16. (en) « Actions have consequences (or: why I'm not fixing Intel's bugs any more) », sur Matthew Garrett blog (consulté le 8 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :