Liste des adoptants de GNU/Linux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liste des adoptants de GNU/Linux
Le parlement français a migré ses ordinateurs de bureau vers Ubuntu courant 2008.
Le parlement français a migré ses ordinateurs de bureau vers Ubuntu courant 2008.

Type non gouvernementale

La liste des adoptants de GNU/Linux regroupe les organisations et individus qui sont passés à un système d'exploitation GNU/Linux.

Gouvernements et institutions[modifier | modifier le code]

Alors que les gouvernements sont soumis à la pression d'institutions[réf. nécessaire] comme l'OMC (Organisation mondiale du commerce) ou l' IIPA (en), certains ont choisi de migrer vers GNU/Linux ou autres logiciels libres afin d'avoir une alternative peu onéreuse et légale à l'utilisation illégale ou au coût parfois élevés des logiciels privateurs comme ceux de Microsoft, d'Apple et d'autres entreprises.

La diffusion de GNU/Linux (en offrant une option moins chère) permet d'augmenter le pouvoir de négociation des États face à des sociétés des pays développés lors de la négociation des contrats. GNU/Linux permet aussi d'utiliser une voie alternative de développement dans des pays comme l'Inde ou le Pakistan où une partie des citoyens ont des compétences en informatique mais ne peuvent investir dans les technologies aux prix « occidentaux »[1],[2],[3],[4].

  • Le gouvernement du Kerala, en Inde, a annoncé son soutien officiel aux logiciels libres dans sa politique numérique d'État de 2001 [5] qui a été formulée après la toute première conférence sur les logiciels libres en Inde, "Freedom First!" (La Liberté en premier), et qui a eu lieu en juillet 2001 à Trivandrum. C'est dans la capitale de Kerala que Richard Stallman a inauguré la "Free Software Foundation of India"[6]. Depuis, la politique numérique du Kerala a été fortement influencée par le logiciel libre et open source, avec plusieurs initiatives majeures. On peut notamment citer le Projet IT@School (en), qui est certainement le plus grand déploiement à usage unique de GNU/Linux dans le monde, et qui a mené à la formation de l'ICFOSS (en) en 2009[7].
  • En juillet 2001, la Maison-Blanche[8] a commencé à migrer ses serveurs web vers un système d'exploitation basé sur Red Hat Linux utilisant le Apache HTTP Server[9]. L'installation a été achevée en février 2009[10],[11]. En octobre 2009, les serveurs de la Maison Blanche ont adopté Drupal, un système de gestion de contenu open source[12],[13].
  • Le Brésil utilise PC Conectado (en), un programme utilisant GNU/Linux[14],[15].
  • La ville de Munich a choisi en 2003 de lancer le projet LiMux (en) : la migration de ses 14 000 ordinateurs de bureau vers la distribution GNU/Linux Debian[16]. Cinq ans plus tard (novembre 2008), les stations de travail étaient équipées à 80% de OpenOffice.org et à 100% de Firefox/Thunderbird[17] L'effort a été ensuite réorienté afin de se concentrer sur de plus petits déploiements et des gains sur les effectifs du programme. À la fin 2011, le programme a dépassé ses objectifs et migré plus de 9 000 postes sous GNU/Linux[18]. La ville de Munich a indiqué fin 2012 que la migration vers GNU/Linux était un grand succès et avait déjà permis à la ville d'économiser plus de 11 millions d'euros (14 millions de dollars US)[19].
  • Le Département de la Défense des États-Unis d'Amérique utilise GNU/Linux - « L'U.S. Army est "le" plus grand parc unitaire Red Hat Linux »[20] et la flotte sous-marine nucléaire de l'US Navy fonctionne avec GNU/Linux[21].
  • La ville de Vienne avait décidé de commencer la migration de ses ordinateurs de bureau vers une distribution basée sur Debian : Wienux (en)[22]. Cependant, l'idée a été abandonnée à cause de logiciels essentiels incompatibles avec GNU/Linux[23].
  • L'Espagne a été remarquée comme la plus avancée dans l'adoption de GNU/Linux en 2003[24], avec notamment la distribution GnuLinEx : le gouvernement de la région d'Estrémadure a décidé en avril 2002 de renoncer à Microsoft Windows dans les écoles et administrations et a investi 300 000 euros dans GnuLinEx. Il a ainsi économisé 20 millions d'euros en installant GnuLinEx dans les écoles[25],[26],[27]. Par la suite, le gouvernement d'Andalousie s'est lui aussi engagé en avril 2003 à favoriser les logiciels libres dans ses administrations et à collaborer à GnuLinEx (voir Guadalinex). Guadalinex a ainsi été installé sur 100 000 postes dans les écoles[28],[29],[30],[31].
  • En 2005, la banque publique « Banque industrielle et commerciale de Chine » (ICBC) a installé GNU/Linux dans ses 20 000 succursales comme socle pour ses serveurs web et sa base de terminaux[32].
  • En avril 2006, la Federal Aviation Administration a annoncé avoir complété une migration vers Red Hat Enterprise Linux en un tiers du temps prévu, et ainsi, avoir économisé 15 millions de dollars[33].
  • Le gouvernement du Pakistan a mis en place une Unité de Mobilisation de Ressource Technologique (en) en 2002 pour permettre aux groupes de professionnels d'échanger leurs points de vue, coordonner leurs secteurs d'activités et éduquer les utilisateurs sur les alternatives logicielles libres. GNU/Linux est une solution pour les pays pauvres qui ont peu de revenus pour l'investissement public ; le Pakistan utilise du logiciel libre dans les établissements scolaires publics et espère ensuite faire fonctionner tous les services gouvernementaux avec GNU/Linux[34].
  • L'Assemblée nationale Française a migré pour utiliser Ubuntu sur les PC de bureau en 2007[35],[36]. En revanche, il a été décidé en 2012 de laisser chaque député choisir entre Windows et GNU/Linux[37].
  • Le Bundesagentur für Arbeit (« Bureau Federal de l'Emploi ») en Allemagne a migré 13 000 postes de Windows NT à OpenSuse[38],[39].
  • La Czech Post (« La Poste Tchèque ») a migré 4 000 serveurs et 12 000 postes d'utilisateurs vers Novell Linux en 2005[40],[41].
  • Des étudiants de l'Université des Sciences Informatiques (es) ont lancé leur propre distribution GNU/Linux appelée Nova (en) pour promouvoir le remplacement de Microsoft Windows sur les ordinateurs citoyens et gouvernementaux. C'est un projet qui est aujourd'hui soutenu par le gouvernement cubain. Début 2011, l'Université des Sciences Informatiques a annoncé qu'elle allait migrer plus de 8 000 PC vers cette distribution[1],[2],[42].
  • Le Canton de Soleure en Suisse a décidé en 2001 de migrer ses serveurs sous GNU/Linux, mais en 2010 l'Autorité Suisse a fait volte-face en décidant d'utiliser Windows 7 pour les PC de bureau[43].
  • En France, la Gendarmerie nationale a commencé la migration de ses 90 000 postes de Windows XP vers Ubuntu en 2007. Ce choix s'explique par les frais de formation supplémentaires pour migrer à Windows Vista et par le succès rencontré par OpenOffice.org[44],[45]. La migration devrait se terminer en 2015. Cet effort a permis d'économiser environ 50 millions d'euros sur le coût de licences logicielles entre 2004 et 2008[46],[47],[48].
  • Une part importante des hôpitaux français migrent depuis 2013 leurs SIH (Systèmes d'Informations Hospitaliers) sur des plateformes GNU/Linux. Ces SIH contiennent notamment les dossiers patients, les informations financières et la gestion des ressources humaines. Les hôpitaux sont poussés dans cette démarche, non pas par le gouvernement, mais par l'abandon, par les principaux éditeurs, des plates-formes unix propriétaires (type AIX) ainsi que par les responsables informatiques internes qui sont de plus en plus sensibles aux logiciels libres.[réf. souhaitée]
  • En France, le ministère de l'agriculture utilise Mandriva Linux[49],[50]
  • Dans l'ancienne République yougoslave de Macédoine, le ministère de l'éducation et des sciences a installé plus de 180 000 ordinateurs dans les salles de classe sous Ubuntu, il encourage aussi tous les étudiants à utiliser Ubuntu sur leur ordinateur[51].
  • La République populaire de Chine utilise uniquement un système d'exploitation basé sur GNU/Linux pour leur famille de processeurs Loongson dans le but d'être indépendant[52].
  • Le Département de l'Énergie des États-Unis d'Amérique exploite le 10e superordinateur du monde, l'IBM Roadrunner, qui utilise les distributions GNU/Linux Red Hat Enterprise et Fedora comme systèmes d'exploitation[53].
  • L'agence Sud-Africaine de la sécurité sociale (en) (SASSA) a déployé, dans 50 sites ruraux, des postes informatiques sous GNU/Linux afin de faire face à des contraintes budgétaires et d'infrastructure[54].
  • Le gouvernement turc a décidé en 2003 de créer sa propre distribution GNU/Linux, Pardus, développée par (l'institut national de recherche en électronique et cryptologie). La version 1.0 de Pardus a été officiellement annoncée le 27 décembre 2005[55].
  • Les Philippines ont en 2010 mis en place un système de vote sous GNU/Linux basé sur la distribution Ubuntu[56].
  • La Malaisie a, en juillet 2010, fait basculer 703 des 724 agences gouvernementales sur des logiciels libres et gratuits basés sur un système d'exploitation GNU/Linux[3].Le Secrétaire Général du Gouvernement a cité : « l'acceptation générale de ses promesses de meilleure qualité, plus grande fiabilité, plus de souplesse et de moindre coût ».
  • À la fin de l'année 2010, Vladimir Poutine a signé un plan pour orienter le gouvernement fédéral russe vers les logiciels libres, notamment GNU/Linux au second trimestre 2012[57],[58].
  • La corporation municipale de Largo en Floride utilise GNU/Linux. Elle a été reconnue internationalement à l'occasion de cette implémentation en indiquant qu'elle permettait de "larges économies par rapport à des solutions comparables d'applications déployées à l'échelle de villes"[59].
  • L'Islande a annoncé en mars 2012 qu'elle souhaitait migrer ses institutions publiques vers les logiciels libres. Les écoles ont d'ores et déjà migré de Windows vers Ubuntu[60].
  • En juin 2012 la marine américaine a signé un contrat de plus de 27 millions de dollars avec Raytheon pour installer un logiciel de contrôle au sol tournant sous GNU/Linux pour sa flotte de drones à décollage et atterrissage verticaux Northrop-Grumman MQ8B Fire Scout. Le contrat implique la station aérienne navale de Patuxent River dans le Maryland qui a déjà investi plus de 5 millions de dollars dans la préparation pour les systèmes GNU/Linux[61].
  • En 2004 le gouvernement vénézuélien a approuvé le décret 3390[4], pour donner la préférence à l'utilisation des logiciels libres dans l'administration publique. L'un des résultats de cette politique est le développement de Canaima (operating system) (en), une distribution GNU/Linux basée sur Debian.
  • Depuis 2003, le Réseau d’Enquêtes et de Recherches Internet (nl) (iRN) de la Police néerlandaise (en) utilise exclusivement des logiciels libres basés sur des formats ouverts, développés publiquement et dont le code source est disponible sur Internet et auditable. Ils utilisent 2200 postes de travail Ubuntu[62].
  • Depuis 2001, la mairie de Fontaine (Isère, France) mène une migration de l'ensemble de son parc (~600 postes) vers une solution Libre basée sur GNU/Linux[63].
  • Depuis 2002, la ville de Mions (Rhône, France) mène une migration similaire à la mairie de Fontaine. 250 postes dont toutes les salles informatiques des écoles sous GNU/Linux depuis la rentrée 2014. Migration bureautique libre en 2002 pour les écoles et 2005 pour les postes de travail (1 licence MSO 2000 dans un coin pour modification de modèle d'un éditeur). Expérimentation en cours pour virtualisation de postes de travail en GNU/Linux via X2GO ou FOSS-Cloud... (suite arrêt Ulteo) permettant l'intégration des dernières applications ne fonctionnant que sous Windows en attendant de les remplacer. Par ailleurs, la ville s'investit fortement dans le monde du libre pour le diffuser autant que possible auprès de ses citoyens et d'autres collectivités : adhère et héberge l'association francophone pour la bureautique libre, La Mouette[64], membre du conseil d'administration de l'Adullact et adhérente de l'ALDIL[65] et partie prenante d'actions comme Edunathon et échanges avec d'autres collectivités.
  • Depuis 2012, l'ensemble des postes informatiques mis à la disposition du public (70 environ) de la médiathèque de Roubaix, La Grand Plage, sont sous Linux[réf. nécessaire].

Éducation[modifier | modifier le code]

CD d'installation Edubuntu.

GNU/Linux est également utilisé dans des disciplines techniques au sein des universités et centres de recherche. Ceci est le fruit de différents facteurs, au nombre desquels la disponibilité gratuite de GNU/Linux ainsi que d'un large éventail de logiciels libres.

Dans une certaine mesure, les compétences techniques en informatique et ingénierie logicielle de ces institutions contribuent à la stabilité, la maintenance et aux évolutions de GNU/Linux[66]. IBM a démarré une campagne publicitaire intitulée « Linux is Education » évoquant un jeune garçon supposé être « Linux »[67].

Voici quelques exemples d'adoption à grande échelle du système GNU/Linux dans le secteur de l'éducation :

  • Le « One Laptop per Child » (OLPC, précédemment appelé MIT $100 laptop et The Children's Machine) est un ordinateur portable à bas coût incluant GNU/Linux, qui doit être distribué à des millions d'enfants au sein du projet One Laptop per Child, principalement dans les pays en voie de développement[68].
  • En décembre 2005, la République de Macédoine (pays) a déployé 5 000 postes avec Ubuntu comme système d'exploitation dans 468 écoles publiques et 182 laboratoires informatiques. Cette opération est suivie, en 2007, par le déploiement de 180 000 autres clients légers équipés d'Ubuntu[69],[70].
  • En septembre 2005, les établissements scolaires de Bolzano en Italie, qui accueillent plus de 16 000 étudiants, ont basculé vers une distribution personnalisée de GNU/Linux (FUSS Soledad GNU/Linux) en septembre 2005[71].
  • Au Brésil, 35 millions d'élèves et étudiants dans plus de 50 000 écoles utilisent 523 400 stations de travail sous GNU/Linux[72].
  • Le gouvernement officiel de Kerala en Inde, a annoncé qu'il allait utiliser uniquement des logiciels libres sur des plateformes utilisant le système GNU/Linux, pour l'enseignement de l'informatique en commençant par les 2 650 établissements du gouvernement et sous contrats[73].
  • 22 000 élèves de l'Indiana aux États-Unis avaient accès à des stations de travail GNU/Linux au lycée en 2006[74].
  • L'Allemagne a annoncé que 560 000 étudiants de 33 universités allaient migrer vers GNU/Linux[75].
  • La république des Philippines a déployé 13 000 ordinateurs de bureau équipés de Fedora ; les dix mille premiers ordinateurs ont été livrés en décembre 2007 par Advanced Solutions Inc. Dix mille autres ordinateurs de bureau équipés d'Edubuntu et Kubuntu sont prévus[76].
  • En octobre 2007, la Russie annonce que tous ses équipements scolaires seront équipés de GNU/Linux[77]. Ceci pour éviter les coûts de licence des logiciels qui sont actuellement sans licence.
  • En 2004, la Géorgie entame la migration de tous les ordinateurs de ses établissements scolaires et de ses clients légers LTSP sous GNU/Linux, en utilisant principalement les distributions Kubuntu, Ubuntu et une version épurée de Fedora.
  • Dès 2008, le Département de l'instruction publique du canton de Genève (Suisse) promeut formellement les bénéfices des standards ouverts et des logiciels libres [78]. Plus récemment, les écoles primaires du canton de Genève passent en mode libre[79]. L'informatique pédagogique de toutes les écoles primaires (170 écoles, plus de 2 000 PC en tout) du canton de Genève (Suisse) utilise une distribution GNU/Linux. La migration de la plupart des PC dans les Cycle d'orientation (3 dernières années de l'enseignement obligatoire) est planifiée pour l'année scolaire 2014-2015.
  • En 2008, l'État indien de Tamil Nadu annonce son intention de distribuer 100 000 PC portables équipés de GNU/Linux à ses étudiants[80].
  • Le gouvernement chinois, dans son plan pour supporter l'industrie domestique, a acheté 1,5 million de PC équipés de GNU/Linux Loongson. De plus, la province de Jiangsu a installé près de 150 000 PC équipés de GNU/Linux, utilisant des processeurs Loongson dans ses écoles rurales depuis 2009[81].
  • Initiative du gouvernement indien de fournir des tablettes pour les étudiants avec GNU/Linux comme système d'exploitation afin de les produire à moins de 1 500 roupies (17,68 €)[82].
  • En 2012, le Leibniz Rechenzentrum (centre de données et de calcul de Leibniz) (LRZ) de l'Académie bavaroise des sciences dévoile son SuperMUC, alors l'un des quatre supercalculateurs les plus puissants au monde. Cet ordinateur possède une architecture x86 et 155 000 cœurs de processeurs permettant une vitesse de calcul de 3 petaflops et 324 téraoctets de RAM. Son système d'exploitation est SUSE Linux Enterprise Server[83].
  • En 2009, le ministère vénézuélien de l'éducation lance un projet appelé Canaima educativo (en) pour fournir des portables « Canaimita » aux élèves et étudiants du système public équipés du système d'exploitation Canaima educativo (en) basé sur la distribution Debian ainsi que des ressources éducatives libres[84].
  • En 2013, l'école secondaire pour fille Westcliff (en) en Grande-Bretagne opère avec succès sa migration de Windows à OpenSUSE[85].
  • Depuis 2011, la région française de La Réunion, dans le cadre du plan POP[86], donne aux lycéens de la Réunion des ordinateurs avec GNU/Linux d'installé.

Cadre domestique[modifier | modifier le code]

Domaine économique et associatif[modifier | modifier le code]

Ernie Ball a migré toutes ses plateformes sous Red Hat Entreprise Linux en 2000 à la suite d'un désaccord avec Microsoft à propos de licences.

GNU/Linux est utilisé depuis longtemps sur les serveurs dans le monde de la finance. GNU/Linux est également utilisé dans les entreprises pour les employés grâce notamment à des offres commerciales telles que celles de Red Hat Entreprise Linux, de SUSE Linux Enterprise Desktop et d'Ubuntu.

  • Burlington Coat Factory (en) utilise exclusivement GNU/Linux depuis 1999[100].
  • Ernie Ball, connu pour ses célèbres cordes de guitare Super Slinky, utilise GNU/Linux depuis l'an 2000 à la suite d'un désaccord avec Microsoft sur les licences[101].
  • Novell a commencé sa migration vers GNU/Linux. Sur ses 5 500 employés, 50% d'entre eux avaient migré avec succès au mois d'avril en 2006. Cette part devrait avoir atteint 80% au mois de novembre de la même année[102].
  • Wotif (en), site australien de réservation d'hôtel, a migré ses serveurs Windows vers GNU/Linux pour pouvoir continuer à gérer la croissance de ses affaires[103].
  • L'Union Bank de Californie (en) annonçait en janvier 2007 qu'elle standardiserait ses infrastructures IT (réseau) avec Red Hat Entreprise Linux afin de réduire ses coûts[104].
  • Peugeot, le constructeur automobile français, dévoilait en 2007 un plan de déploiement de 20 000 postes équipés de GNU/Linux Novell ou SUSE Linux Enterprise Desktop, ainsi que 2 500 serveurs équipés de SUSE Linux Enterprise Server[105],[106],[107].
  • La SSII Mindbridge, développeur logiciels, déclarait en septembre 2007 qu'elle avait remplacé un grand nombre de ses serveurs Windows par un plus petit nombre de serveurs GNU/Linux et quelques serveurs BSD. Elle prétend avoir ainsi économisé « une sacrée somme d'argent »[108].
  • Virgin America, compagnie aérienne low-cost américaine, utilise GNU/Linux pour gérer son offre de services multimédia RED pour ses passagers[109].
  • Amazon.com, le célèbre site de vente en ligne américain, utilise GNU/Linux pour « presque toutes les facettes de son activité »[110].
  • Google utilise une version d'Ubuntu surnommée en interne Goobuntu[111],[112],[113],[114].
  • IBM fournit un effort intensif de développement au profit de GNU/Linux qu'il utilise en interne sur des postes de travail et des serveurs[115]. La compagnie est également à l'origine d'une campagne de publicité à la télévision intitulée IBM supporte GNU/Linux à 100 %[116].
  • Wikipédia a choisi de faire tourner ses serveurs avec Ubuntu vers la fin de 2008, après avoir au préalable utilisé une combinaison de serveurs sous Red Hat Linux et Fedora[117].
  • DreamWorks Animation a adopté GNU/Linux dès 2001 et utilise actuellement plus de 1 000 postes de travail et plus de 3 000 serveurs sous GNU/Linux[118],[119].
  • La bourse de Chicago emploie une infrastructure de calcul entièrement basée sur GNU/Linux qui lui a permis de traiter des transactions financières pour plus d'un un million de milliards de dollars[120],[121].
  • Le marché boursier européen Chi-X fait tourner sa plate-forme logicielle de gestion des échanges commerciaux MarketPrizm sous GNU/Linux[122].
  • La Bourse de Londres utilise le logiciel de MillenniumIT (en) « Millennium Exchange » basé sous GNU/Linux pour gérer les échanges commerciaux et prévoit que la migration de Windows à un système GNU/Linux permettra d'économiser au moins 10 millions de livres sterling (14,7 millions de dollars) à partir de 2011-12[123],[124].
  • Les applications de la bourse de New-York fonctionnent sous GNU/Linux[125],[126],[127].
  • En 2009, le compositeur américain de musique électronique Kim Cascone (en) change son système Apple pour un système basé sur Ubuntu, que ce soit pour la scène, ses studios ou les bureaux[128].
  • Laughing Boy Records, sous la direction de son propriétaire Geoff Beasley migre de Windows à GNU/Linux pour faire ses enregistrements audios en 2004, en raison des logiciels espions dont Windows était victime[129].
  • Le nouveau système de planification des vols de la compagnie aérienne Nav Canada, déployé en 2011, est programmé en Python et tourne sous Red Hat Linux[130].
  • Les compagnies aériennes spécialisées dans les vols charters DukeJets LLC (USA) and Duke Jets Ltd. (Canada) ont migré de Windows à GNU/Linux en 2012 lorsqu'elles ont décidé d'adopter, comme nouveau système de gestion, la solution logicielle en ligne AirManager qu'elles avaient aidé à concevoir[131].
  • Electrolux au Brésil a annoncé la sortie (2010) de Infinity i-kitchen une version embarquée de GNU/Linux[132].
  • La Banco do Brasil, plus grande banque du Brésil, a décidé d'utiliser un système d'exploitation basé sur GNU/Linux pour tous ses ordinateurs de bureau, à l'exception de quelques machines nécessaires au bon fonctionnement d'un matériel spécialisé. Elle a commencé la migration de ses serveurs sous GNU/Linux en 2002. Les serveurs de ses agences et les distributeurs d'argent tournent tous sous GNU/Linux. Ils utilisent la distribution openSUSE 11.2[133],[134].
  • La compagnie aérienne royale néerlandaise KLM utilise GNU/Linux pour faire tourner KLM WebFarm version basée sur des logiciels « Open Source »[135] .
  • Le supermarché en ligne Ocado (en) utilise GNU/Linux dans ses centres de traitement des données[136].
  • Les effets spéciaux du film Titanic ont été réalisés sur un cluster utilisant GNU/Linux[137].
  • La FIDH a migré 75 % de son parc informatique depuis 2004 vers GNU/Linux pour plus de stabilité, de sécurité et d'économies. Le système GNU/Linux, comme le souligne Richard Stallman aka rms, est à la périphérie des droits humains et peut être considéré comme un bouclier contre les systèmes privateurs et liberticides portant préjudice aux défenseurs des droits de l'Homme et plus généralement aux utilisateurs.

Institutions scientifiques[modifier | modifier le code]

Le supercalculateur d'IBM (Roadrunner), superordinateur le plus rapide en 2009[138],[139], géré par le Département de l'Énergie des États-Unis, utilise Red Hat Enterprise Linux et Fedora comme système d'exploitation.
  • La NASA a décidé de basculer les ordinateurs portables de la Station spatiale internationale qui tournaient jusque là sous Windows XP vers la distribution Debian 6[140],[141].
  • Le CERN et le Fermilab utilisent la distribution «Scientific Linux» dans toutes leurs activités ; celles-ci incluent le fonctionnement du Grand Collisionneur de hadrons ou la caméra « DECam» ou encore les 20 000 serveurs internes du CERN[142],[143].
  • Le plus grand calculateur du Canada, le iDataPlex de IBM de l'Université de Toronto, utilise GNU/Linux comme système d'exploitation[144],[145].
  • L'organisation Internet Archive utilise des centaines de serveurs x86 pour archiver des pages internet et tous fonctionnent grâce à GNU/Linux[146].
  • Le bateau autonome ASV Roboat fonctionne avec GNU/Linux[147],[148].
  • Tianhe-I, le supercalculateur le plus rapide au monde en octobre 2010, situé au National Supercomputing Center, à Tianjin en Chine, tourne sous GNU/Linux[149],[150].
  • L'Université de Portsmouth au Royaume-Uni a déployé un ordinateur haute performance avec un bon rapport coût/efficacité qui sera utilisé pour l'analyse des données des télescopes autour du monde, pour faire tourner des simulations et aussi tester les théories actuelles sur l'Univers. Son système d'exploitation est «Scientific Linux». Le Docteur David Bacon de l'université de Portsmouth a dit : « Notre institut de Cosmologie est bien placé pour utiliser cet ordinateur haute performance afin de produire des avancées dans la compréhension de notre univers notamment par l'analyse des dernières observations astronomiques et par le calcul des conséquences de nouvelles théories extraordinaires... En sélectionnant les produits standards de Dell et des logiciels libres nous avons pu récupérer des budgets qui auraient normalement été dépensés en licences et les réinvestir. »[151]
  • En septembre 2011, dix drones ont été lancés par le laboratoire des systèmes intelligents de l'École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse. Ces drones se repèrent les uns les autres et contrôlent leur propre vol en relation avec les autres, chacun d'eux est équipé d'un processeur et tourne sous GNU/Linux[152].

Célébrités[modifier | modifier le code]

  • L'acteur britannique Stephen Fry a annoncé en août 2012 qu'il utilisait GNU/Linux. « Est-ce que j'utilise Linux sur l'un de mes ordinateurs ? Oui, j'utilise Ubuntu en ce moment ; cela semble être le plus convivial[153]. »
  • En 2008, Jamie Hyneman, co-animateur de la série télévisée américaine MythBusters, a préconisé les systèmes d'exploitation basés sur GNU/Linux comme solution à la tendance des autres systèmes à nécessiter toujours plus de ressources[154].
  • L'écrivain de science-fiction Cory Doctorow est passé d'un usage de Mac à Linux[155].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Frente al bloqueo de Windows, NOVA sí va (Spanish language)
  2. a et b Cuba launches own Linux variant to counter US
  3. a et b (en) Chinmoy Kanjilal, « Malaysian Government Uses 97% Open Source Software », Techie Buzz (consulté le 28 juin 2009)
  4. a et b « decreto 3390 » (consulté le 30 avril 2014)
  5. (en) « "Role of Open or Free Software", Section 15, page 20, of the State IT Policy (2001) of the Government of Kerala, copy available at the UN Public Administration Network (UNPAN) site » (consulté le 30 avril 2014)
  6. (en) « Article de presse du Projet GNU, Juillet 2001 » (consulté le 30 avril 2014)
  7. « ICFOSS »
  8. (en) « White House Web site moves to Linux », The Register (consulté le 30 avril 2014)
  9. Savio Rodrigues, « How Whitehouse.gov Will Bring Open Source To The American Spotlight », LinuxProNews.com (consulté le 26 août 2011)
  10. (en) Steven J. Vaughan-Nichols, « Obama Invites Open Source into the White House », PC World (consulté le 26 août 2011)
  11. (en) « OS, Web Server and Hosting History for whitehouse.gov », Netcraft (consulté le 26 août 2011)
  12. (en) OSTP Director John P. Holdren, « Office of Science & Technology - Open Government Plan », The White House (consulté le 26 août 2011)
  13. (en) Justin Ryan, « Oval Office Goes Open Source », Linux Journal (consulté le 26 août 2011)
  14. (en) « Linux PC Conectado : du libre pour le peuple », Linux FR
  15. (en) « Le logiciel libre remporte la bataille du PC à bas prix au Brésil », L'Express-L'Expansion
  16. Munich picks its Linux distro - ZDNet UK
  17. « LiMux : la grosse migration open source est bouclée »
  18. « Munich Linux Migration Project LiMux Reports Success » (consulté le 8 janvier 2012)
  19. (en) « Switching to Linux saves Munich over €11 million ( - Software - Government ) », News.idg.no (consulté le 21 mars 2013)
  20. (en) « Open Technology within DoD, Intel Systems » (consulté le 18 octobre 2008)
  21. (en) « Special 301: FOSS users. Now we're all Communists and Criminals » (consulté le 8 mars 2010)
  22. Vienna to softly embrace Linux - ZDNet UK
  23. (en) « Vienna failed to migrate to [[GNU/Linux]]: why? », freesoftwaremagazine.com (consulté le 26 septembre 2010)
  24. Linux in Spain
  25. [1]
  26. Spain's Extremadura region switches 40,000 PCs to Linux and open source software
  27. L’Estrémadure migre 40 000 stations de travail sous Debian
  28. L’Andalousie se prépare à l’adoption de Linux
  29. Communauté Nouvelles d'Espagne : Estrémadure & Andalousie
  30. Guadalinex, Logiciel Libre dans les écoles d’Andalousie 2003-2008
  31. (en) « Guadalinex » (consulté le 23 juin 2009)
  32. Microsoft Fights Piracy In China, Linux Wins - Linux - InformationWeek
  33. LA FAA (Federal Aviation Administration) économise 15 millions de dollars en choisissant de migrer vers Red Hat Enterprise Linux
  34. Pakistan Government Looks to the Linux Users Group
  35. French parliament dumping Windows for Linux | Tech News on ZDNet
  36. (en) « Members of Parliament have easily adapted to Open Source desktop »
  37. « Les prochains députés devront choisir entre Ubuntu et Windows », Next INpact, (consulté le 16 avril 2014)
  38. Federal Employment Office switches to Linux
  39. German Federal Employment Agency Saves Money and Energy with Open Server Architecture and SUSE
  40. (en) « EUROPA - IDABC - Czech post successfully migrates to Linux »
  41. Linux is mission critical for Czechs - ZDNet.co.uk
  42. « Cuba: 8000 computadoras de la Universidad de Ciencias Informáticas migraran a Nova [[GNU/Linux]] (Spanish language) » (consulté le 15 février 2011)
  43. (en) Andrea Müller, « A crash landing for Linux? », www.h-online.com, (consulté le 26 septembre 2010)
  44. La gendarmerie poursuit sa migration vers Linux
  45. La Gendarmerie Nationale passe à Linux
  46. (en) « Open Source Leads Gendarme to Arrest Spending » (consulté le 12 mars 2009)
  47. (en) « Gendarmerie saves millions with open desktop and web applications », Open Source Observatory, (consulté le 20 février 2011)
  48. (en) « French police: we saved millions of euros by adopting Ubuntu » (consulté le 12 mars 2009)
  49. Linux: Mandriva retenu par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche
  50. Le Ministère de l'Agriculture passe sous Linux
  51. (en) « Every Student in the Republic of Macedonia to Use Ubuntu-Powered Computer Workstations » (consulté le 22 mars 2009)
  52. (en) « A Chinese Challenge to Intel »
  53. (en) « Open MPI: 10^15 Flops Can't Be Wrong », Open MPI (consulté le 22 novembre 2008)
  54. (en) « SASSA cuts costs and improves service delivery in rural areas with Novell and Userful Multiplier », Omni Technology Solutions (consulté le 25 juin 2009)
  55. (en) « Welcome to the mirror for Pardus Linux »
  56. (en) « Philippines use Ubuntu-based voting machines in recent election » (consulté le 13 mai 2010)
  57. [ru:http://open.cnews.ru/news/top/index.shtml?2010/12/27/421556 Путин распорядился перевести власти на Linux (Russian language)]
  58. Putin Orders Russian Move to GNU/Linux, Glyn Moody
  59. (en) « Information technology » (consulté le 14 mars 2011)
  60. (en) « Linux News: Community: Iceland Has the Hots for FOSS », Linuxinsider.com (consulté le 3 avril 2012)
  61. (en) « US Navy buys Linux to guide drone fleet »
  62. « 'Open source only' at Dutch police Internet forensics » (consulté le 12 décembre 2013)
  63. « La Mairie de FONTAINE migre six cents ordinateurs sous GNU/Linux » (consulté le 5 avril 2016)
  64. « Bienvenue », sur www.lamouette.org (consulté le 12 avril 2016)
  65. « Disparition de Yves Badel — Site de l'ALDIL », sur aldil.org (consulté le 12 avril 2016)
  66. [PDF]LA POLITIQUE DES LOGICIELS DE LA GENDARMERIE NATIONALE (page 18)
  67. (en) « YouTube - IBM Linux commercial: NOSMax »
  68. (en) « Site des nouvelles du projet OLPC »
  69. (en) « The GNOME Journal: Macedonia Deploys 5,000 GNOME Desktops in Public Schools »
  70. (en) « Every Student in the Republic of Macedonia to Use Ubuntu-Powered Computer Workstations », Ubuntu (consulté le 3 avril 2012)
  71. (it) « Free Upgrade in SouthTyrol's Schools »
  72. (en) « Userful Case Study: Brazil », Userful.com (consulté le 23 mars 2013)
  73. (en) « Kerala logs Microsoft out of schools »
  74. (en) « Hoosier Daddy? In Indiana Schools, It's Linux »
  75. (en) « German universities migrate to Linux », sur ComputerWeekly.com,
  76. (en) « Computerworld - 23,000 Linux PCs forge education revolution in Philippines »
  77. (en) « Russian schools move to Linux »
  78. - directive "Transition vers les standards ouverts et logiciels libres"
  79. - Annonce de migration vers Linux
  80. (fr)"Journal Electronics Corporation of Tamil Nadu Choisi SuSE Linux Enterprise pour plus de 30 000 postes"
  81. (en) « China economic revue : Soon Loongson in 1.5 million computers »
  82. (en) « India's $35 tablet--how low can it go? » (consulté le 14 juillet 2010)
  83. (en) « SUSE Linux powers 147,456-core German supercomputer », Ars Technica (consulté le 27 juillet 2012)
  84. (es) ¿Qué es el proyecto Canaima Educativo?
  85. « British school switches students' computers to Linux, reducing costs and improving computing knowledge » (consulté le 11 janvier 2014)
  86. « POP : Le Plan Ordinateur Portable »
  87. « Yellow Dog Linux launches for PS3 » (consulté le 29 août 2007)
  88. « PS3 Firmware (v3.21) Update » (consulté le 4 mai 2010)
  89. « Small is beautiful » (consulté le 27 décembre 2008)
  90. (en) « Ubuntu Keeps Getting Better » (consulté le 27 décembre 2008)
  91. (en) « Google Chromebook sales soar in face of PC decline », Daily Telegraph (consulté le 3 septembre 2013)
  92. « Android dominates 81 percent of world smartphone market » (consulté le 3 janvier 2014)
  93. « IDC estimates 221m tablets shipped in 2013; Android top with 61%, then iOS 35% and Windows 3% », (consulté le 3 janvier 2014)
  94. (en) « News – Steam for Linux Now Available »
  95. « Valve reveals Steam Machines » (consulté le 30 septembre 2013)
  96. « Valve announces SteamOS as it renews living room push » (consulté le 28 septembre 2013)
  97. « SteamOs »
  98. « SteamOS »
  99. « Valve open-sources its DirectX to OpenGL translation software: Here come the SteamOS and Linux games? »
  100. « Dell, Linux win Burlington Coat computer order », sur cnn.com, (consulté le 3 août 2010)
  101. Rockin' on without Microsoft
  102. Slashdot | Novell Still Runs Windows
  103. Migration news: Windows to Linux, and vice versa: Insight - Software - ZDNet Australia
  104. « California's Union Bank Migrates to Red Hat Enterprise Linux » (consulté le 21 mai 2011)
  105. Novell Lands Major Linux Desktop Contract in France
  106. PSA Peugeot Citroën Chooses SUSE Linux Enterprise Desktop from Novell
  107. PSA Peugeot Citroen / Novell SuSE Linux : 20 000 PC en Open Source
  108. Mindbridge switches to Linux, saves "bunches of money"
  109. (en) « An interview with Charles Ogilvie, Virgin America’s head of In-Flight Entertainment », crunchgear.com (consulté le 7 avril 2008)
  110. "Amazon details Linux usage" (Stephen Shankland, CNET News.com. Published: 23 January 2004)
  111. The Register reports: Google at work on Linux
  112. Slashdot reports: "GoogleOS Scenarios"
  113. Slashdot reports: "Google Working on Desktop Linux"
  114. Shuttleworth's Blog post: Absolutely no truth to the rumour
  115. (en) « IBM launches biggest Linux lineup ever », IBM
  116. (en) « IBM supports Linux 100% » (consulté le 10 mars 2009)
  117. (en) Ryan Paul, « Wikipedia adopts Ubuntu for its server infrastructure », (consulté le 12 mars 2009)
  118. (en) « DreamWorks Feature Linux and Animation » (consulté le 30 août 2010)
  119. (en) « DreamWorks Animation "Shrek the Third": Linux Feeds an Ogre » (consulté le 20 juillet 2011)
  120. (en) « Linux Foundation CEO: Linux is "fastest growing platform" » (consulté le 9 avril 2009)
  121. (en) « London Stock Exchange to abandon failed Windows platform » (consulté le 2 juillet 2009)
  122. PrizmX Technical Features
  123. « London Stock Exchange dumps Windows for Linux » (consulté le 31 octobre 2010)
  124. « The London Stock Exchange moves to Novell Linux » (consulté le 24 octobre 2011)
  125. How Linux Mastered Wall Street
  126. New York Stock Exchange Runs Trades On Red Hat Linux
  127. N.Y.S.E. Places Buy on Linux, Hold on Unix
  128. (en) « Linux Music Workflow: Switching from Mac OS X to Ubuntu with Kim Cascone » (consulté le 6 août 2009)
  129. (en) « From Windows to Linux: a sound decision » (consulté le 15 février 2010)
  130. (en) « Nav Canada To Roll Out New Internet Flight Planning » (consulté le 30 octobre 2010)
  131. (en) « Avianis – AirChatter, AirManager, JetVizor, Avinode, Charter X, WYVERN » (consulté le 16 octobre 2012)
  132. « Cool News: Now Your Fridge Can Run Linux » (consulté le 27 novembre 2010)
  133. (en) « Can the GCC learn from Banco do Brasil? | Linux », AMEinfo.com
  134. (en) « Major Brazilian Bank votes for Big Blue, Linux », The Inquirer (consulté le 20 novembre 2012)
  135. (en) « KLM Royal Dutch Airlines: Accenture helps KLM streamline IT costs and drive efficiency using open-source software solutions », Accenture (consulté le 20 mai 2013)
  136. (en) « Leading UK Online Grocer Ocado Selects QuickTransit to Accelerate Delivery of Applications to Fresh New Platforms » (consulté le 7 septembre 2013)
  137. Linux Helps Bring Titanic to Life
  138. « Supercalculateurs : le top 10 mondial en images »
  139. (en) « Top500 List - June 2009 »
  140. (en) Nancy Owano, « International Space Station making laptop migration from Windows XP to Debian 6 », Phys.org, (consulté le 24 mai 2013)
  141. (en) Steven J. Vaughan-Nichols, « To the space station and beyond with Linux », ZDnet, (consulté le 13 novembre 2013)
  142. (en) « The Large Hadron Collider switches on. If it's the end of the world, it will be powered by [[GNU/Linux]] »
  143. (en) « Scientific Linux »
  144. « Canada's monster computer roars to life » (consulté le 18 juin 2009)
  145. (en) « GPC - xSeries iDataPlex, Xeon E5540 4C 2.53GHz, Infiniband »
  146. (en) « Internet Archive - Frequently Asked Questions », Internet Archive (consulté le 23 juillet 2009)
  147. (en) « Autonomous Linux Sailboat to Research Whales », Linux Magazine (consulté le 20 janvier 2010)
  148. (en) « ASV Roboat Technology »
  149. (en) « China's supercomputer called world's fastest - Tianhe-1 can make 2,507 trillion calculations per second », CBC News, (consulté le 14 octobre 2010)
  150. (en) « Nearly every supercomputer runs Linux », srlinuxx, (consulté le 28 octobre 2010)
  151. (en) « Universe studying Linux supercomputer powered up » (consulté le 17 avril 2011)
  152. (en) « Autonomous Flying Robots Flock Like Birds » (consulté le 27 septembre 2011)
  153. (en) Joey Sneddon, « Stephen Fry: "I Use Ubuntu" », OMG! Ubuntu!, (consulté en 1re septembre 2012)
  154. (en) « MythBusters: 7 Tech Headaches—and How to Fix Them », Hearst (consulté le 10 juin 2013)
  155. (en) K. Thomas, A. Channelle et J. Sicam, Beginning Ubuntu Linux, Apress, (ISBN 978-1-4302-1999-6), xxxii