Maroussia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maroussia
Image illustrative de l'article Maroussia
Maroussia aux éditions Pierre-Jules Hetzel

Auteur Marko Vovtchok et P. J. Stahl
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Genre Drame psychologique pour la jeunesse
Version originale
Langue Ukrainien
Titre Маруся
Lieu de parution Saint-Pétersbourg
Date de parution 1871
Version française
Traducteur Marko Vovtchok
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Collection Bibliothèque d'éducation et de récréation
Lieu de parution Paris
Date de parution 1878
Illustrateur Théophile Schuler
Adolphe-François Pannemaker
Nombre de pages 272

Maroussia (titre original russe : Маруся) est une nouvelle de l'écrivaine russo-ukrainienne Marko Vovtchok publiée en 1871. En France, la nouvelle a été adaptée en roman par l'éditeur français Pierre-Jules Hetzel, roman qui a paru en 1878 sous le nom d'auteur P. J. Stahl (pseudonyme de l'éditeur). L'Académie française décernera au roman le Prix Montyon en 1879[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Maroussia, une des nouvelles ukrainiennes que Marko Vovtchok écrit en 1871, et qui est publié à Saint-Pétersbourg (Russie), fait connaître son auteur en France. Lors d'un de ses séjours à Paris, la jeune écrivaine rencontre l'éditeur Pierre-Jules Hetzel. Il va publier quelques-uns de ses contes dans son Journal de l'éducation et de divertissement, tels L'Ours de Sibérie, La Fille du Cosaque ou Le Songe (que l’éditeur rebaptisera Le Chemin glissant). Marko Vovtchok fait lire à Hetzel la traduction française de Maroussia. Touché par ce récit du tragique destin d'une petite fille ukrainienne, Hetzel va remanier le texte et l'adapter au goût français.

Maroussia paraît d'abord dans le journal Le Temps, du au , puis en 1878 dans le journal illustré d'Hetzel, Magasin d'éducation et de récréation, assorti cette fois de 46 illustrations du peintre alsacien Théophile Schuler. Jules Verne, qui a beaucoup aimé Maroussia (« Votre Maroussia, mon cher ami, est une perle (...) », écrit-il à Hetzel[2], persuade l'éditeur de publier l'histoire sous la forme de livre. Ce sera fait en 1878. Le roman paraît dans la collection « Bibliothèque d'éducation et de récréation » des éditions Hetzel, agrémenté de 61 illustrations de Théophile Schuler et de neuf autres de Charles Baudé.

Succès de librairie en France[modifier | modifier le code]

Maroussia est un très grand succès en France. Ce récit patriotique de la lutte ukrainienne contre l’envahisseur ennemi raconté via le personnage de l'attachante petite Maroussia, trouve un écho particulier en France à une époque où l'Alsace-Lorraine est occupée par les Prussiens (il trouvera un nouvel écho lors des deux guerres mondiales) : « Derrière l’Ukraine, il faut lire l’Alsace et la Lorraine envahie par la Prusse ; derrière Maroussia, il faut voir une petite Alsacienne. (...) Marko Vovtchok a écrit un récit militant. Utilisé comme œuvre de propagande, Maroussia a été transformée à tort en littérature de jeunesse, mais les enjeux étaient bien plus grands. »[3] La dernière gravure de l'édition française de Hetzel montre une Maroussia se tenant fièrement debout, le bras levé, telle la statue de la liberté ; la légende du dessin titre : « Il est malheureusement plus d’une Ukraine au monde ; veuille Dieu que, dans tous les pays que la force a soumis au joug de l’étranger, il naisse beaucoup de Maroussia capables de vivre et de mourir comme la petite Maroussia. »[4].

Le livre est encensé par les critiques littéraires et par les écrivains (Flaubert, Verne). En 1878, le quotidien La République française, dans sa revue des livres d'étrennes, qualifie Maroussia de « Jeanne d'Arc des steppes »[5]. Le Ministère de l'Éducation nationale (alors appelé Ministère de l'Instruction publique) recommandera le roman aux bibliothèques scolaires et municipales[6]. Le 30 mars 1879, Maroussia est couronné par l'Académie française[6] (le Prix sera décerné à Pierre-Jules Hetzel)[7]. Le roman est très vite traduit dans de nombreuses langues et sera publié à New York et au Brésil[8].

Division sur le nom de l'auteur[modifier | modifier le code]

Maroussia sera édité non pas sous le nom de Marko Vovtchok mais sous celui de P.-J. Stahl, le pseudonyme de Pierre-Jules Hetzel. La mention « d'après une légende de Markowovzok » figurera sur la couverture. Cela provoquera un conflit entre l'éditeur français et l'écrivain russe Ivan Tourgueniev, qui avait à cœur de défendre l’œuvre et les droits d’auteur de son amie Marko Vovtchok[9]. « J'y ai mis autant de moi que j'ai laissé de vous, il est bien à nous deux et de nous deux. » écrira Hetzel à Marko Vovtchok à propos de Maroussia, dans une lettre du 3 août 1875[10]. Nonobstant la déclamation d'Hetzel, Marko Vovtchok percevra trois fois moins de droits d'auteur que lui[11]. Cela n'empêchera pas leur collaboration de se poursuivre jusqu'en 1905. L'éditeur français fait d'elle la représentante de la maison Hetzel en Russie et lui confie la traduction en russe et en ukrainien des romans de Jules Verne.

En France, Maroussia sera régulièrement réédité avec le même succès jusqu’à la fin des années 1970 (après 1945, les rééditions seront souvent abrégées et adaptées), toujours sous le nom de P.-J. Stahl. La reprise des rééditions se fera en 1991 et coïncidera avec l'accession à l'indépendance de l'Ukraine après la chute du bloc communiste. La dernière réédition date de 1996[12], et en 2008, est paru un fac-simile de l'édition de P. J. Stahl[13].

Résumé[modifier | modifier le code]

Œuvre engagée condamnant l’occupation russe en Petite Russie (Ukraine), le roman relate l'histoire, au XVIIe siècle, de la petite Maroussia, fille de Cosaque ukrainien : elle aide un chef indépendantiste recherché qui, avec les siens, lutte pour libérer le pays écartelé entre les emprises polonaises et russes.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive extraite de la Bibliothèque nationale de France)

  • 1878 : Maroussia, sous-titré : Par P.-J. Stahl, d'après une légende de Markowovzok - Dessins par Théophile Schuler, gravures par Adolphe-François Pannemaker ; Paris : J. Hetzel, collection : Bibliothèque d'éducation et de récréation, 272 p.  Lire en ligne ;
  • 1926 : Maroussia, par P. J. Stahl - Paris : Hachette, collection : Bibliothèque verte : nouvelle bibliothèque d'éducation et de récréation, 245 p.  (version abrégée)[14] ;
  • 1954 : Maroussia, par P. J. Stahl - Adaptation de Jean Perrot - Paris : F. Nathan, collection : « Œuvres célèbres pour la jeunesse », 191 p.  (version abrégée) ;
  • 1955 : Maroussia, par P. J. Stahl - Illustrations de Pierre Le Guen, Paris : Éditions G. P., collection « Bibliothèque rouge et or », no 88, 192 p. p.  (version abrégée) ;
  • 1960 : Maroussia, par P. J. Stahl - Adaptation de A. Dupuis, Paris : O.D.E.J., Collection : « Nouvelle vogue », 128 p.  (version abrégée) ;
  • 2008 : Maroussia, sous-titré : Texte inédit de Marko Vovtchok... ; présenté par I. Dmytrychyn ; Paris : L'Harmattan, collection : « Présence ukrainienne », 272 p. p.  (contient le fac-similé de Maroussia par P. J. Stahl) (ISBN 978-2-296-07566-5).

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cécile Compère, Maroussia, sœur de Michel Strogoff, Bulletin de la Société Jules-Verne no 26, 1973, p. 52-61
  • A. Parménie, C Bonnier de la Chapelle, Histoire d'un éditeur et de ses auteurs : P.-J. Hetzel, Albin Michel, 1985, p. 573-594
  • L'Ukraine et la France au XIXe siècle: actes du colloque organisé à la Sorbonne les 21 et 22 mars 1986, Université de la Sorbonne nouvelle, 1987, p. 120-131
  • L'Image de la Russie dans le roman français, 1859-1900 de Janine Neboit-Mombet, 2005 (ISBN 2-84516-275-8). Cf. chapitre consacré à Maroussia (p. 226-235) Lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site officiel de l'Académie française
  2. Cf. page 27 de l'introduction de l’édition de 2008 de Maroussia parue aux éditions L'Harmattan
  3. Citation extraite du site : Marko Vovtchok et son œuvre en France
  4. Commentaire et image tirées du site : Vovtchok et son œuvre en France
  5. Cf. page 42 de l'introduction de l’édition de 2008 de Maroussia parue aux éditions L'Harmattan.
  6. a et b Cf. page 43 de l'introduction de l’édition de 2008 de Maroussia parue aux éditions L'Harmattan
  7. Infos figurant dans l'introduction de la dernière réédition de 2008 de Maroussia publiée par L'Harmattan, et qui présente la version de Pierre-Jules Hetzel et le texte original écrit par Marko Vovtchok. (ISBN 978-2-296-07566-5). Cf. notice n°: FRBNF41407486 de la Bibliothèque nationale de France
  8. Infos figurant dans l'introduction de la dernière réédition de 2008 de Maroussia publiée aux éditions L'Harmattan, et qui présente la version de Pierre-Jules Hetzel et le texte original de Marko Vovtchok. (ISBN 978-2-296-07566-5). Cf. notice n°: FRBNF41407486 de la Bibliothèque nationale de France
  9. Pierre-Jules Hetzel a plusieurs fois adapté des œuvres étrangères qu'il a ensuite publiées sous son pseudonyme de P. J. Stahl : avant Maroussia, il y a eu Les Patins d'argent de Mary Mapes Dodge (publié par Hetzel en 1875), puis en 1880 : Les Quatre Filles du docteur March de Louisa May Alcott, et en 1885 : La Petite Rose, ses six tantes et ses sept cousins (qui paraîtra plus tard sous le nouveau titre de Rose et ses sept cousins), autre roman de Louisa May Alcott
  10. P.-J. Hetzel - M. Vovtchok, 3 août 1875. BNFRichelieu, NAF 16977, fol.480
  11. Cf. l'introduction de l’édition de 2008 de Maroussia parue aux éditions L'Harmattan
  12. Cf. notice n°: FRBNF35826019 de la Bibliothèque nationale de France (catalogue général)
  13. Maroussia, texte inédit de Marko Vovtchok et fac-similé de P. J. Stahl ; L'Harmattan, 272 p. (ISBN 978-2-296-07566-5). Cf. notice n°: FRBNF41407486 de la Bibliothèque nationale de France
  14. Cf. L'Image de la Russie dans le roman français, 1859-1900 de Janine Neboit-Mombet, 2005 (ISBN 2-84516-275-8). Cf. chapitre consacré à Maroussia (p. 226-235) Lire en ligne)
  15. Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.4, Océanie, CTHS, 2003, p. 300

Liens externes[modifier | modifier le code]