Marcel Brillouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Brillouin
Marcel Louis Brillouin.jpg

Marcel Brillouin

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
A travaillé pour
Membre de
Étudiant de thèse

Louis Marcel Brillouin, né à Saint-Martin-lès-Melle (Deux-Sèvres) le et mort à Paris le , est un mathématicien et physicien français.

Carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Marcel Brillouin naît le au château de Chaillé[1], où résident ses parents Louis-Georges Brillouin, fils d'un percepteur de Saint-Jean-d'Angély[2] et artiste peintre, et son épouse Marie Andrault[3].

Premier prix de mathématiques élémentaires du Concours général en 1873 et prix d'honneur de mathématiques spéciales en 1874, Marcel Brillouin entre la même année à l'École normale supérieure (ENS). Licencié ès sciences physiques, il est reçu au concours d'agrégation de sciences physiques de 1877. Il est ensuite préparateur du cours de physique expérimentale au Collège de France de 1877 à 1880 et reçu docteur ès sciences mathématiques en 1880 (Intégration des équations différentielles auxquelles conduit l'étude des phénomènes d'induction dans les circuits dérivés) et docteur ès sciences physiques en 1882 (comparaison des coefficients d'induction).

Il est maître de conférences à Nancy de 1880 à 1882, chargé du cours de physique à la faculté des sciences de Dijon en 1882-1883 puis à Toulouse en 1883, où il devient professeur titulaire en 1884. Maître de conférence de physique à l'ENS de 1887 à 1900, il sera également directeur adjoint du laboratoire de physique de l'ENS et professeur à l'Institut agronomique.

Après avoir été remplaçant puis suppléant de Mascart au Collège de France entre 1887 et 1900, il devient professeur titulaire de la chaire de physique générale et mathématique en novembre 1900[4]. Lors du premier congrès Solvay, en 1911, il est, avec Maurice de Broglie, Paul Langevin, Jean-Baptiste Perrin, Marie Curie et Henri Poincaré, l'un des six physiciens français invités[5].

Il est élu membre de l'Académie des sciences le [6].

Marcel Brillouin repose aux côtés de sa famille maternelle au cimetière de Saint-Martin-lès-Melle[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Marcel Brillouin est le gendre d’Éleuthère Mascart et le père de Léon Brillouin, qui sera à son tour professeur de physique théorique au Collège de France, à partir de 1932.

Distinction[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Animations Marcel Brillouin », sur stmartinlesmelle (consulté le 28 décembre 2015)
  2. Michel Montoux, « 2009 : résumés des conférences et visites », sur deux-sevres (consulté le 28 décembre 2015)
  3. a et b « Notice no 19800035/176/22722 », base Léonore, ministère français de la Culture
  4. « Dossiers personnels des professeurs nés entre 1789 et 1958 », sur Salamandre (consulté le 28 décembre 2015)
  5. (en) Gérard P. Michon, « Two Legendary Solvay Conferences : 1911 and 1927 », sur Numericana (consulté le 26 décembre 2015)
  6. « Les membres du passé dont le nom commence par B », sur Académie des sciences (consulté le 28 décembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Paul Langevin, Allocution au Jubilé scientifique de Marcel Brillouin,‎ .
  • Henri Villat, « Notice nécrologique sur M. Marcel Brillouin », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. 226, no 25,‎ , p. 130 (lire en ligne).