Saint-Martin-lès-Melle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.

Saint-Martin-lès-Melle
Saint-Martin-lès-Melle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Niort
Canton Canton de Melle
Intercommunalité Communauté de communes Mellois en Poitou
Statut Commune déléguée
Maire délégué Bertrand Devineau
Code postal 79500
Code commune 79279
Démographie
Population 873 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 18″ nord, 0° 09′ 50″ ouest
Altitude Min. 80 m
Max. 152 m
Superficie 9,16 km2
Historique
Date de fusion 2019
Commune(s) d’intégration Melle
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 15.svg
Saint-Martin-lès-Melle

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 15.svg
Saint-Martin-lès-Melle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Martin-lès-Melle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Martin-lès-Melle

Saint-Martin-lès-Melle est une commune déléguée de la commune de Melle dans le Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-lès-Melle se situe à l'ouest de Melle. La commune est formée de plateaux coupés par les vallées de la Béronne et de son petit affluent l'Argentière, qui prend sa source près de Chaillé.

  • Hameaux : Rabalot, la Nègrerie, le Bouchet du Nac, Nègressauve et le Bassiou.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille une trentaine d’entreprises dans des secteurs d’activités variées : artisans du bâtiment, restauration, service à la personne, garages automobile, commerces, industrie, transport...

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , la commune fusionne avec Mazières-sur-Béronne, Melle, Paizay-le-Tort et Saint-Léger-de-la-Martinière pour former la commune nouvelle de Melle dont la création est actée par un arrêté préfectoral du [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Paul Grégoire PS Conseiller général du Canton de Melle (1994-2015)
mars 2008 En cours Bertrand Devineau[2]   Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Saint-Martin-lès-Melle, cela correspond à 2008, 2013, 2018[3], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405363421414494557537519518
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
556514493466496517550574530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
518520538455435450432414398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
401386479511630709823840856
2013 2016 - - - - - - -
877873-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le prieuré Saint-Martin (propriété privée) : fondé au Moyen Âge, le domaine est composé actuellement d'une maison de maître construite vers 1830, qui remplace le logis prieural. Après la démolition partielle de l'église, un logement secondaire, des communs et une serre sont construits. Il est également possible de voir au cœur du prieuré, un lavoir de 1880 et un pigeonnier pouvant dater du XVIIe siècle.

Le prieuré entièrement clos possède un jardin à l'anglaise.

  • Les lavoirs : La commune compte plusieurs lavoirs anciens à Chaillé, Rabalot et un autre à côté de l'école. Ce dernier a été rénové en juillet 2003, dans le cadre de "chantiers internationaux", grâce au concours de jeunes volontaires venus des quatre coins du monde. Assistés d’un employé communal, ils ont travaillé à la réhabilitation du lavoir situé en bordure de la route de Negressauve. Ces jeunes ont vécu durant ces trois semaines au rythme de la commune puisque chaque habitant pouvait, selon ses envies, s’associer à ce groupe : visite ponctuelle, partage d’un repas etc. Une occasion pour tous de côtoyer d’autres cultures, tout en respectant le patrimoine de Saint-Martin-lès-Melle.
  • Le château de Chaillé : a été construit de 1603 à 1604 sur les vestiges d'un ancien château médiéval. Les dépendances sont certainement antérieures à la construction du château et ont été restaurées en 1650 et 1658. La face sud du château est remarquable grâce à ces deux galeries à arcades superposées, placées du côté des terrasses et des deux autres cours. Cette originalité architecturale est peut-être due à l'influence italienne.

Après avoir été un entrepôt de grain et une prison pendant la Révolution française, le château est aujourd'hui une maison de retraite.

  • la vallée de l’Argentière : calme et paisible, c'est un lieu représentatif de la commune de Saint-Martin-lès-Melle. Depuis quelques années, de nombreux travaux ont été réalisés dans le but de sécuriser, d’aménager et de fleurir la vallée.

L’Argentière est un petit affluent des vallées de la Béronne qui traversent Saint-Martin. Le ruisseau prend sa source près de Chaillé, lieu attaché à l’Histoire de la commune. À noter également : la présence du magnifique platane situé à la source du ruisseau, bicentenaire, il est imposant avec une hauteur de 40 mètres et une circonférence de 5 mètres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marcel Brillouin fut un éminent physicien, un des grands savants du début du XXe siècle, qui siégea lors des congrès internationaux, aux côtés d'Albert Einstein, Marie Curie, Paul Langevin... Né le au château de Chaillé, il passe son enfance à parcourir les chemins de Saint-Martin, Melle et Saint-Romans avant d'entamer ses études au lycée Condorcet à Paris. La guerre de 1870 ramène la famille à Chaillé et Marcel Brillouin relate combien cette année-là fut la plus importante de sa vie : « Là, je trouvais à lire, toute une vieille bibliothèque, remontant à plusieurs générations bourgeoises du XVIIIe siècle : un exemplaire de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert ; quelques ouvrages de philosophie sociale de la même époque ; peu de Voltaire, mais Rousseau. Et aussi, la collection de la Revue des Deux-Mondes ; j'y trouvais aussi des articles de vulgarisation scientifique que je dévorais, comme j'avais dévoré plusieurs volumes de la Bibliothèque des Merveilles, Que n'ai-je lu cette année-là !»[réf. souhaitée].
  • Jean Chauvin (1889-1976) : sculpteur, y est mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Melle », Recueil des actes administratifs de la préfecture des Deux-Sèvres,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 26 avril 2012)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.