Marc Alexander Hayek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hayek.
Marc Alexander Hayek
Naissance (46 ans)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession
Directeur de Blancpain, membre de la direction générale du Swatch Group
Formation
Docteur h.c. de l'European University de Montreux, formation en économie et marketing
Ascendants
Nayla Hayek (mère), Roland Weber (père), Nick Hayek (oncle), Nicolas Hayek (grand-père)

Marc A. Hayek, né le , est une personnalité du monde économique suisse. Il est le fils de Nayla Hayek, la fille de Nicolas Hayek, et de Roland Weber, industriel argovien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Hayek a fait une maturité commerciale puis des études en économie et marketing[1]. Il est également titulaire d'un doctorat honoris causa de l'European University de Montreux[1]. Il a également un diplôme en œnologie[2]. Il a commencé sa carrière dans le groupe en 1992[3] au service Relations publiques de Swatch et au Marketing de Certina[1]. En 1996, il a ouvert un restaurant le « Colors » à Zurich[1],[3]. Actuellement, Marc Hayek est directeur des sociétés horlogères Blancpain, Breguet et Jaquet Droz[4], qui représentent un chiffre d'affaires de près d'un milliard de francs suisses en 2013[5]. Ces trois marques produisent environ 54 000 pièces par années, dont 20 000 pour Blancpain, 30 000 pour Breguet et 4 000 pour Jaquet Droz[2].

Marc Hayek a fait partie de la Direction générale élargie du Swatch Group depuis 2002, avant d'intégrer la Direction générale en 2005[1].

Sports mécaniques[modifier | modifier le code]

Marc Hayek a commencé les sports motorisés très jeune[6]. Il pratiquait la moto à 6 ans et a commencé les compétitions à 10 ans[6]. Il a pratiqué le karting et le Superbike jusqu'à 24 ans[6]. Il s'intéresse aux sports automobiles depuis 2007[6] et a également été actif dans les courses automobiles dans l'écurie Lamborghini Blancpain Super Trofeo / Reiter Engineering[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Homme de l'année par le magazine « Révolution »[8]
  • 2012 : Homme de l'année par le magazine « Révolution »[8]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Swatch Group, « Biographie officielle de Marc Hayek sur le site du Swatch Group » (consulté le 20 février 2014)
  2. a et b (de) Klaus Ahrens, « Der Uhrenprinz (litt. Le prince des Montres" », sur manager-magazin.de, Manager Magazin, (consulté le 20 février 2014)
  3. a et b (en) Haig Simonian, « Marc Hayek : Mystery man behing a Calvinist classic », sur ft.com, Financial Times, (consulté le 20 février 2014)
  4. Pierre-François Besson, « Baselworld : Le bonheur presque total de Marc Alexander Hayek », sur lematin.ch, Le Matin, (consulté le 28 février 2014)
  5. « En attendant son heure, l’héritier du groupe Swatch affûte ses griffes », sur capital.fr, (consulté le 20 février 2014)
  6. a, b, c et d Brice Lechevalier, « Marc Hayek - Blancpain », sur gmtmag.com, Great Magazine of Timepieces, (consulté le 28 février 2014)
  7. (en) « Site officiel de Reiter Enginnering », sur reiter-engineering.com (consulté le 28 février 2014)
  8. a et b « Breguet et son Président à l'honneur à Genève », sur worldtempus.com, (consulté le 28 février 2014)