Manfredonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manfredonia
Manfredonia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Pouilles Pouilles 
Province Foggia 
Code postal 71043
Code ISTAT 071029
Code cadastral E885
Préfixe tel. 0884
Démographie
Gentilé manfredoniani o sipontini
Population 56 414 hab. (30-06-2019[1])
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 38′ 00″ nord, 15° 55′ 00″ est
Altitude Min. 5 m
Max. 5 m
Superficie 35 100 ha = 351 km2
Divers
Saint patron San Lorenzo Maiorano
Fête patronale 7 février
Localisation
Localisation de Manfredonia
Localisation dans la province de Foggia.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Manfredonia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Manfredonia
Géolocalisation sur la carte : Pouilles
Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Manfredonia
Liens
Site web site officiel

Manfredonia (autrefois en français, Manfredoine[2]) est une ville italienne de la province de Foggia dans la région des Pouilles en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Municipio
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Manfredonia est située sur la côte adriatique au sud du Gargano, elle donne son nom au golfe qui la borde.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Manfredonia actuelle est habitée dès l'antiquité par les Grecs, et fondée par Diomède: Σιπιούς, Sipontum, Siponto. La colonie florissante tombe aux mains des Samnites, est reprise vers 335 av. J.-C. par le roi Alexandre Ier d'Épire, oncle d'Alexandre le Grand.

En 189 av. J.-C., Sipontum est conquise par les Romains et devient une colonie de citoyens, avec un port à la jonction de la route qui suit la côte adriatique avec la Via Appia.

En l'an 663, elle est prise et détruite par les Slaves. Au IXe siècle, Sipontum passe pour un temps aux mains des Sarrasins.

En 1042, les Normands en font le siège d'un de leurs douze comtés, tandis que le Monte Gargano reste byzantin. Les Normands, y remportent une victoire décisive sur le général byzantin Argyrus en 1052. Siponto est alors un archevêché dans le Comté d'Apulie.

Devenue insalubre en raison de la stagnation de l'eau dans les lagunes, Siponto est abandonnée après le tremblement de terre de 1223.

La ville moderne de Manfredonia est construite par le roi Manfred Ier de Sicile entre 1256 et 1263, à quelques kilomètres au nord des ruines de l'ancienne Sipontum. Les Angevins, qui ont battu Manfred et lui ont ôté le royaume de Sicile, baptisent la ville Sypontum Novellum, mais ce nom ne s'est jamais imposé.

En 1528, Manfredonia résiste à une attaque française menée par le vicomte de Lautrec. En 1620, elle est détruite par les Turcs, qui ne laissent que le château et une partie des murs.

Culture[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château médiéval, commencé par les Hohenstaufen et complété par les Angevins, et des parties de murs de la ville sont toujours bien conservés. Le château a reçu une nouvelle ligne de remparts au XVe siècle.

Dans l'église San Domenico, la chapelle de la Maddalena contient des peintures du XIVe siècle. Trois kilomètres au sud-ouest se trouve l'ancienne cathédrale de Siponto, aujourd'hui basilique de Siponto, construite en 1117 dans le style roman, avec un dôme et une crypte. À sept kilomètres au sud-ouest se trouve l'ancienne abbaye San Leonardo.

Manfredonia est aussi le siège de l'archevêché de Manfredonia-Vieste. S. Giovanni Rotondo, la cathédrale fut reconstruite vers 1600 après la destruction par les Turcs de la précédente du XIIIe siècle.

Sport[modifier | modifier le code]

La ville dispose de son propre stade de football, le Stade Miramare, qui sert d'enceinte à domicile au principal club de la ville, le Manfredonia Calcio 1932.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
août 1946 novembre 1946 Alfonso Rossignoli   commissaire préfectoral
décembre 1946 août 1948 Nunzio Casalino Parti communiste italien  
septembre 1948 janvier 1949 Felice Cafarelli   commissaire préfectoral
janvier 1949 mai 1949 Francesco Puglisi   commissaire préfectoral
mai 1949 novembre 1958 Giuseppe Brigida Démocratie chrétienne  
novembre 1958 décembre 1960 Pietro Montesanti   commissaire préfectoral
décembre 1960 décembre 1961 Alfonso Mario De Padova    
décembre 1961 septembre 1962 Leopoldo Carneglia   commissaire préfectoral
octobre 1962 décembre 1966 Nicola Ferrara Démocratie chrétienne  
décembre 1966 novembre 1968 Antonio Valente    
novembre 1968 juillet 1969 Francesco Latilla   commissaire préfectoral
juillet 1969 juin 1975 Nicola D'Andrea Parti communiste italien  
juin 1975 janvier 1982 Michele Magno (it) Parti communiste italien  
janvier 1982 août 1985 Girolamo Campo Parti communiste italien  
août 1985 avril 1987 Enrico Carmone centre-gauche  
avril 1987 août 1989 Matteo Quitadamo Démocratie chrétienne  
août 1989 février 1990 Agostino Ricucci   commissaire préfectoral
févier 1990 octobre 1990 Michele Spinelli Parti communiste italien  
octobre 1990 juin 1992 Francesco Castriotta Parti communiste italien - Parti démocrate de la gauche  
juin 1992 juin 1993 Agostino Ricucci   commissaire préfectoral
juin 1993 juin 1994 Giuseppe Sinigallia centre-gauche  
juin 1994 juin 1995 Giuseppe Dicembrino Centre chrétien-démocrate  
juin 1995 novembre 1995 Orazio Ciliberti   commissaire préfectoral
novembre 1995 mai 2000 Gaetano Prencipe Populaires pour Prodi  
mai 2000 mars 2010 Francesco Paolo Campo Parti démocrate de la gauche - Parti démocrate  
avril 2010 avril 2019 Angelo Riccardi Parti démocrate  
avril 2019 octobre 2019 Vittorio Piscitelli   commissaire préfectoral
octobre 2019 novembre 2021 Vittorio Piscitelli, Francesca Anna Maria Crea, Alfonso Agostino Soloperto commission extraordinaire  
novembre 2021 En cours Giovanni "Gianni" Rotice centre-droit  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Siponto, Riviera Sud, San Salvatore, Pastini, Tomaiuolo, Ruggiano

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carapelle, Cerignola, Foggia, Monte Sant'Angelo, San Giovanni Rotondo, San Marco in Lamis, Zapponeta


Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

En Italie, un grand dauphin surnommé Filippo s'est installé dans les eaux du port de Manfredonia, de 1998 jusqu'à sa mort en 2004. L'animal se montrait amical envers les humains, mais ce choix apparent de s'éloigner de ses semblables afin de vivre à proximité des humains est inhabituel et devint l'objet de recherche scientifique afin de mieux comprendre l'éthologie des populations de grands dauphins dans la méditerranée. Filippo a été retrouvé mort en août 2004 de cause inconnue[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Michel Antoine Baudrand et Du Puis, Dictionaire géographique et historique contenant une description exacte de tous les etats, royaumes, provinces, villes, bourgs, montagnes, caps, isles, presq'isles, lacs, mers, golfes, détroits, fleuves, et rivieres de l'univers : la situation, l'etendue, les limites, les distances, la qualité de chaque pays, les forces, le nombre, les mœurs, et le commerce de ses habitans : et le rapport de la geographie ancienne avec la moderne : tirée des meilleurs auteurs, et des relations des plus fideles voyageurs : avec une table latine et francoise des noms anciens et modernes de chaque lieu, pour la facilité de ceux qui lisent les auteurs latins. Par Michel-Antoine Baudrand,..., , 1158 p. (lire en ligne), p. 456.
  3. (it) « Storia segreta del delfino Filippo » (consulté le )