Troia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Troia
Troia
La cathédrale la nuit
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Pouilles Pouilles 
Province Foggia 
Code postal 71029
Code ISTAT 071058
Code cadastral L447
Préfixe tel. 0881
Démographie
Gentilé troiani
Population 7 009 hab. (31-12-2019[1])
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 22′ 00″ nord, 15° 18′ 00″ est
Altitude Min. 439 m
Max. 439 m
Superficie 16 722 ha = 167,22 km2
Divers
Saint patron SS. Anastasio, Urbano, Secondino, Ponziano et Eleuterio
Fête patronale 19 juillet
Localisation
Localisation de Troia
Géolocalisation sur la carte : Pouilles
Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Troia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Troia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Troia
Liens
Site web http://www.comune.troia.fg.it/

Troia est une commune de la province de Foggia dans les Pouilles en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, Aecae, le nom de Troia dans l'Antiquité, aurait été fondée par le héros grec Diomède, après son retour de la guerre de Troie.

Aecae est mentionnée par Polybe et Tite-Live lors de l'affrontement militaire entre Hannibal Barca et Quintus Fabius Maximus Verrucosus en Apulie et semblerait à l'instar d'autres cités des Pouilles s'être rangée du côté des Carthaginois après la bataille de Cannes. La cité est retourna dans le giron romain grâce à Fabius Maximus en 214, sans coup férir (Pol. iii. 88; Tit. xxiv. 20.).

Le village fortifié qui constitue l'actuelle Troia a été fondé vers 1019 par le catépan byzantin Basil Boiannes[2], probablement sur le site de l'antique cité.

Il représente un verrou stratégique d'une série de places fortes protégeant l'Italie du Sud et notamment l'accès de Bari par la Via Traiana. Il est peuplée par des lombards attirés par l'octroi de privilèges fiscaux, reçoit le statut de civitas en 1024 et un évêque de rite latin[2].

En 1022, l'empereur Henri II prend la cité après quatre mois de siège puis l'abandonne peu après. Elle empêcha l'entrée des Normands dans la plaine d'Apulie mais tombe en 1048 aux mains d'Onfroi de Hauteville qui construit un castrum à Vaccarezza, puis soumises par Robert Guiscard en 1059, 1068, 1079 et 1082. Le , elle est détruite par le feu. A l'instigation du pape Honorius II, elle se révolte à nouveau en 1127, contre Roger II de Sicile, nouveau seigneur après la mort de Guillaume d'Apulie. Les habitants détruisent la citadelle et fortifient la ville. Ils résistent jusqu'à la fin de 1129, traite avec le roi de Sicile mais se soulèvent une fois encore, trois ans plus tard, au prix d'un arasement totale de la cité et d'une déportation des habitants le 1er août 1133, mais récidivent en 1138[2].

Avant que son influence ne s'estompe au profit de Foggia, Troia est encore été assiégé par l'empereur Frederic II.

Monuments[modifier | modifier le code]

Les nombreux trésors artistiques de Troia, font de cette ville médiévale l'une des plus intéressantes de l'Italie méridionale.

Églises[modifier | modifier le code]

  • La cathédrale (bâtie en 1093 et terminée au XIIIe siècle) est l'une des plus belles de style roman des Pouilles avec des influences pisanes, byzantines et musulmanes. C'est le seul édifice au monde qui possède une rosace à onze rayons. La rosace figurait sur les anciens billets de 5000 lires.
  • Basilique de San Basilio (XIe siècle)
  • Église de San Francesco, un exemple de l'art baroque
  • Sanctuaire de la Madone Médiatrice

Palais[modifier | modifier le code]

  • Palazzo dei principi D'Avalos
  • Palazzo Varo
  • Palazzo Siliceo
  • Palais de l'Évêché
  • Palais des Jésuites (XVIe siècle)

Musée[modifier | modifier le code]

  • Musée municipal : Ce musée est articulé en trois sections consacrées aux nombreuses découvertes gréco-romaines, aux découvertes archéologiques de l'époque paléochrétienne et à une intéressante collection de peintures d'art moderne pour la plupart signée par l'artiste Nicola Fiore.
  • Musée diocésain : Fondé en 1965, il est installé dans le couvent des Sœurs bénédictines du XVIIIe siècle. Il recueille des objets d'art sacré (peintures, statues et découvertes archéologiques) de 1200 à 1800.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
26 mai 2014 En cours Leonardo Cavalieri    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Borgo Giardinetto

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Biccari, Castelluccio dei Sauri, Castelluccio Valmaggiore, Celle di San Vito, Foggia, Lucera, Orsara di Puglia

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a b et c Léon-Robert Ménager, « Jean-Marie Martin. — Les chartes de Troia. Édition et étude critique des plus anciens documents conservés à l'Archivio Capitolare. I (1024-1266), 1976 », Cahiers de Civilisation Médiévale, vol. 22, no 88,‎ , p. 404–409 (lire en ligne, consulté le 19 février 2021)