Méthode symptothermique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La méthode symptothermique ou Symptothermie est une méthode de planification familiale naturelle qui complète la méthode des températures. Elle permet de détecter l'ovulation et donc les périodes de fertilité féminine et qui peut donc être utilisée pour favoriser les grossesses ou comme méthode contraceptive. La MAO (méthode d'auto-observation enseignée par le CLER en France), Sensiplan (enseignée par le NFP en Belgique) ou l'école SymptoTherm (en Suisse) sont des enseignants de la méthode symptothermique.

Description[modifier | modifier le code]

L’utilisation de la symptothermie demande d’observer et de noter quotidiennement, sur un graphique, les signes de fertilité féminine[1] :

La combinaison d'au moins deux de ces observations permet alors d'identifier trois phases du cycle[1] :

  • infertilité préovulatoire certaine ;
  • fertilité faible et forte ;
  • infertilité postovulatoire certaine.

Le couple choisit alors d’avoir ou non des relations sexuelles pendant la période fertile, selon son désir d’éviter ou de favoriser une grossesse. En cas de contraception naturelle, la symptothermie peut être combinée avec une méthode de barrière pendant la phase fertile.

La symptothermie peut être utilisée tout au long de la vie reproductive de la femme, incluant les périodes d’allaitement et de préménopause. Son apprentissage procure aux couples utilisateurs une connaissance plus complète de leur propre corps, une confiance en eux et une grande autonomie dans la gestion de leur fertilité.

Fenêtre de fertilité[modifier | modifier le code]

La fenêtre de fertilité dure environ huit jours. Elle se calcule en tenant compte de la durée de vie des spermatozoïdes dans la glaire cervicale, soit environ six jours, et la durée de vie de l'ovule dans la trompe utérine, soit 12 à 24 heures, donc environ un jour. Elle s'ouvre, selon la symptothermie complète, lorsque la femme repère l'arrivée de la glaire, même une humidité vaginale. Le second critère et déterminé par le jour Döring : côté température, les jours les plus importants sont ceux de la montée, et dans la montée, celui de la première température haute. La valeur Döring-Rötzer, nommée d'après deux médecins chercheurs, renvoie d'abord au jour de la première montée, très proche de l'ovulation. On repère donc ce jour en tant que le plus précoce par rapport à tous les cycles passés. Ensuite, on peut calculer le jour Döring/Rötzer : le jour de la première montée la plus précoce de tous les cycles précédents moins sept jours. La fertilité préovulatoire commence au plus tard ce jour-là, pour autant qu'aucune glaire n'ait été observée de vie avant cette date. Ainsi, les jours infertiles préovulatoires peuvent se prolonger au-delà du cinquième jour après 12 cycles observés jusqu'au jour Döring/Rötzer. L'intérêt de ce jour est donc de mieux cerner la fenêtre de fertilité sans diminuer la sécurité optimale et de « faire gagner » quelques jours infertiles préovulatoires par rapport à la méthode standard[1].

Dans le manuel La Symptothermie complète, la fermeture de la fenêtre de fertilité est déterminée également grâce aux deux critères (glaire et température), mais ce qui vient en dernier peut retarder cette fermeture : soit la troisième température haute soit le 3e jour après le Jour sommet[1],[2]. Dans le système de Rötzer, il faut toujours 3 températures hautes après le Jour sommet.

Efficacité[modifier | modifier le code]

L'efficacité de la méthode symptothermique est bonne puisque seul 0,4% des couples l'utilisant de façon correcte et régulière ont une grossesse non désirée au cours de la première année d'utilisation selon l'HAS.[3]

Néanmoins selon le même document, dans une utilisation typique de la méthode, le taux de grossesse non désirée au cours de la première année d'utilisation est en France de 8%.

La démarche recommandée par chacune des écoles étant de suivre une formation au démarrage, avec une conseillère ou un couple moniteur.

Avantages[modifier | modifier le code]

Les avantages de cette méthode sont son efficacité (voir section précédente) et ses aspects écologique et économique[1].

Elle est fondée sur la coopération du couple.

L’utilisation de la méthode symptothermique permet une meilleure connaissance du cycle féminin et aussi de :

  • Déterminer la période d'ovulation ;
  • Détecter les causes possibles d’infertilité ;
  • Identifier les périodes d’infertilité naturelle ;
  • Prédire les menstruations ;
  • Découvrir les irrégularités du cycle ;
  • Reconnaître le retour des cycles ovulatoires après l’utilisation de contraceptifs hormonaux, après l’accouchement et pendant l’allaitement ;
  • Confirmer une grossesse à ses débuts ;
  • Détecter les premiers symptômes de la préménopause ;
  • Suivre l'évolution des cycles tout au long de la préménopause, même lorsqu'ils deviennent très longs.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

La symptothermie demande un temps d'apprentissage, de la rigueur et un bon dialogue de couple. Elle est moins efficace sans l’acceptation et l’engagement continu des deux partenaires[1].

La période d’apprentissage requiert en moyenne trois à six cycles pour apprendre à identifier correctement la période fertile, appelée "fenêtre de fertilité".

Groupes associés[modifier | modifier le code]

Seréna Québec est un OBNL (organisme à but non lucratif) basé à Montréal et présent dans plusieurs régions du Québec, qui offre l'enseignement gratuit de la méthode symptothermique, de même qu'un suivi assuré par un médecin-conseil.

SymptoTherm[4] est une fondation suisse basée à Lully, près de Lausanne, qui met gratuitement à disposition un manuel complet de la symptothermie[5], et dont la vocation est la démocratisation et la divulgation de cette méthode par un didacticiel qui existe en huit langues. Elle est aussi l'auteur de deux études comparatives sur les applications mobiles qui utilisent les règles de la symptothermie complète[6]. Son application mobile sympto a été classée numéro 1 parmi les applications basées sur la méthode symptothermique, par l'étude Facts[7] du 7 juillet 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Explication détaillée
  2. Natürliche Familienplangung heute, Für Aerzte, Berater und interessierte Anwender, E. Raith, P. Frank, G. Freundl, 3e éd. Springer 1999
  3. HAS, État des lieux des pratiques contraceptives et des freins à l’accès et au choix d’une contraception adaptée, (lire en ligne), p. 27
  4. SymptoTherm
  5. Manuel de la méthode symptothermique
  6. Les meilleures applis symptothermiques sur AppStore et GooglePlay, étude de septembre 2013
  7. (en) Marguerite Duane (http://www.factsaboutfertility.org), Alison Contreras, Elizabeth T. Jensen et Amina White, « The Performance of Fertility Awareness-based Method Apps Marketed to Avoid Pregnancy », The Journal of the American Board of Family Medicine, vol. 29,‎ , p. 508–511 (ISSN 1557-2625 et 1558-7118, DOI 10.3122/jabfm.2016.04.160022, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Harri Wettstein et Christine Bourgeois, La Symptothermie complète, 2014 (ISBN 978-2-9700-4476-5)
  • Frances Kavanagh Jazrawy et Suzanne Parenteau-Carreau, Précis de la méthode sympto-thermique, 128 p. 1986
  • Solange Lefebvre-Pageau, Contrôle naturel des naissances par la méthode sympto-thermique, éditions Intermonde, 1980, 194 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]