FertilityCare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FertilityCare est une méthode de planification familiale naturelle qui peut être utilisée comme méthode de régulation des grossesses. Utilisée parfois dans le but de favoriser les grossesses, elle prend alors le nom de Naprotechnologie. Ces deux approches forment le Modèle Creighton, fondé sur l'observation du cycle féminin et l'identification des périodes de fertilité par le suivi de l'état de la glaire cervicale.

Principe[modifier | modifier le code]

Le Modèle Creighton a été développé en 1976 par le Dr Thomas Hilgers, fondateur et directeur de l'Institut du pape Paul VI[1]. Hilgers décrit le Modèle Creighton comme reposant sur « une modification standardisée de la méthode de l'ovulation Billings », qui a été développé par John et Evelyn Billings , dans les années 1960[2]. Les époux Billings ont publié un document pour réfuter le lien entre la méthode Creighton et la méthode Billings. Pour eux, ce sont deux méthodes différentes et ne doivent pas être considérés comme interchangeables[3].

Efficacité[modifier | modifier le code]

En 1994, une étude menée sur plus de 1700 cycle a prouvé que cette méthode, à 12 mois d'utilisation, est efficace à 98,8% et à 98,0% en usage typique pour éviter la grossesse. Ce résultat est similaire aux études précédentes : Doud, 1985; Hilgers et aI., 1980; Howard, 1990. Une légère amélioration pourrait être due à l'amélioration de la formation. Pour cette étude, « Le modèle Creighton est une méthode efficace de planification familiale lorsqu'il est utilisé pour éviter ou pour réaliser une grossesse. Cependant, son efficacité dépend de son enseignement par des enseignants qualifiés. »[4].

Une étude de 1998 a trouvé un taux de défaillance dans la méthode Creighton pour éviter une grossesse, malgré un usage correct, de 0,5 % ; ce qui signifie que pour chaque année, sur 1000 couples ayant parfaitement suivi cette méthode, il y a 5 grossesses non désirées. Le taux de défaillance en usage typique est de 3,2 %[5].

Une nouvelle étude est en cours à l'université de l'Utah[6].

Taux d'échec en usage correct (%) Taux d'échec en usage typique (%) Notes Source
0.14 Non renseigné [7]
1.2 2 [4]
0.5 3.2 [5]

En termes de comparaison, le taux d'échec avec un usage correct de la pilule est de 0.8 et en usage typique de 8%[8]. Pour Howard, la plupart des échecs proviennent de couples qui se sont unis, en connaissance de cause, au cours d'une période correctement repérée par eux comme fertile[7].

Les études ont montré que les chances de grossesse en utilisant la méthode Naprotechnologie atteignent 52.8 % (pour 24 mois) par an. Ce chiffre est a peu prés équivalent aux méthodes de procréation médicalement assistée (PMA) tout en évitant le coût de celui-ci, l'aspect invasif, les risques pour la femme et pour l'enfant. Une connaissance du cycle permet d’être médicalement accompagné par des traitements adaptés[9] Une seconde étude atteint 66%. Dans cette étude, 42 couples sur les 43 diagnostiqués infertiles sans cause connue ont pu obtenir une explication à leur infertilité[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « D’où ça vient ? – FERTILITYCARE ET NAPROTECHNOLOGIE », sur fertilitycare.fr (consulté le 13 mars 2018)
  2. « CREIGHTON MODEL FertilityCare™ System », sur www.creightonmodel.com (consulté le 13 mars 2018)
  3. Some Clarifications Concerning NaProTECHNOLOGY and the Billings Ovulation Method « https://web.archive.org/web/20070928094134/http://www.woomb.org/omrrca/BOMvCrMS.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  4. a et b R. J. Fehring, D. Lawrence et C. Philpot, « Use effectiveness of the Creighton model ovulation method of natural family planning », Journal of obstetric, gynecologic, and neonatal nursing: JOGNN, vol. 23, no 4,‎ , p. 303–309 (ISSN 0884-2175, PMID 8057183, lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  5. a et b Hilgers, TW; Stanford, JB (1998). "Creighton Model NaProEducation Technology for avoiding pregnancy. Use effectiveness". The Journal of Reproductive Medicine. 43 (6): 495–502.
  6. (en) « CEIBA - University of Utah School of Medicine - | University of Utah », sur medicine.utah.edu (consulté le 14 mars 2018)
  7. a et b Howard MP, Stanford JB. Pregnancy probabilities during use of the Creighton model of FertilityCareTM system. Arch Fam Med. 1999;8(5):391–402
  8. Critères de recevabilité pour l'adoption et l'utilisation continue de méthodes contraceptives [archive], (4e édition, 2009), p.  4, tableau 1
  9. (en) Joseph B. Stanford, Tracey A. Parnell et Phil C. Boyle, « Outcomes From Treatment of Infertility With Natural Procreative Technology in an Irish General Practice », The Journal of the American Board of Family Medicine, vol. 21, no 5,‎ , p. 375–384 (ISSN 1557-2625 et 1558-7118, PMID 18772291, DOI 10.3122/jabfm.2008.05.070239, lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  10. Elizabeth Tham MD CCFP FCFP Karen Schliep PhD MSPH Joseph Stanford MD MSPH, "Natural procreative technology for infertility and recurrent miscarriage Outcomes in a Canadian family practice", Can Fam Physician 2012;58:e267-74

Liens externes[modifier | modifier le code]