Planification familiale naturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PFN.

La planification familiale naturelle ou régulation naturelle des naissances est un ensemble de méthodes de contrôle des naissances qui permettent de favoriser une grossesse, ou au contraire l'absence de grossesse. Ces méthodes constituent à ce titre des moyens de contraception[1]. Il existe des méthodes fondées sur l'observation du cycle menstruel féminin, sur l'allaitement maternel ou sur le retrait masculin. Ces méthodes sont égalements regroupées sous l'appelation de méthodes naturelles de contraception. L'appelation de planification familiale naturelle, au sens strict, s'applique aux méthodes d'auto-observation[2].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Méthodes basées sur le cycle menstruel féminin[modifier | modifier le code]

L'observation du cycle menstruel de la femme permet soit de s'abstenir de rapports sexuels reproductifs (coït vaginal) durant la période fertile pour éviter une grossesse, soit d'augmenter son activité sexuelle pendant cette période pour accroître les chances de conception. Les méthodes varient dans la manière de déterminer la période fertile.

Les méthodes d'auto-observation[modifier | modifier le code]

Les méthodes d'auto-observation reposent sur la collecte d'informations des signes de la fertilité :

  • la température basale, qui augmente lors de l'ovulation : méthode des températures ;
  • la glaire cervicale :
    • méthode simple faisable même par des populations analphabètes, déjà très répandue dans le monde : méthode Billings ;
    • méthode plus scientifique, nécessitant une formation plus poussée : méthode Creighton ;
    • méthode très simple: la méthode des deux jours.
  • La méthode symptothermique de double contrôle, pour la fin de la phase relativement infertile préovulatoire elle utilise un calcul basé sur les cycles antérieurs confirmé par l'absence de glaire et tient compte du premier indice de fertilité, et pour le début de la phase infertile post-ovulatoire le contrôle 3 jours après le pic de glaire et 3 jours de température haute (en tenant compte du dernier indice si les deux ne coincident pas le même jour). Cette méthode combine la meilleure efficacité et le plus de jours diagnostiqués infertiles par cycle. Les analphabètes peuvent aussi l'utiliser comme la démontré l'étude a Calcutta en 1978 publiée en 1982 sur plus de 20000 utilisateurs.
  • la position du col de l'utérus, observable par auto-palpation, jamais utilisée comme seul indice.
  • les tests d'ovulation.

À partir de ces signes, on est en mesure de situer précisément la période fertile du cycle. À l'inverse de la méthode du calendrier, qui repose sur un calcul probabiliste, l'observation des signes de fertilité est fiable : quelle que soit la durée du cycle, on est en mesure de détecter précisément l'ovulation.

Si la méthode symptothermique est utilisée correctement, la probabilité de grossesse non désirée (indice de Pearl) est de 0, 3 à 0,6%[3],[4].

La méthode du calendrier[modifier | modifier le code]

La méthode du calendrier, parfois appelée méthode Ogino et Knaus du nom de ses concepteurs, est basée sur l'observation de la longueur des derniers cycles. C'est la plus ancienne et la moins efficace des méthodes de planification familiale naturelle. Il y a consensus pour en déconseiller l'utilisation, à moins qu'aucune autre méthode ne soit envisageable.

On calcule la période fertile prédite par la méthode du calendrier de la manière suivante :

  • Premier jour de la période fertile = 10 + longueur du cycle le plus court observé au cours des 12 derniers cycles - 28 ;
  • Dernier jour de la période fertile = 17 + longueur du cycle le plus long - 28.

La méthode repose sur un principe probabiliste : cette période du cycle est le plus souvent la période non fertile, donc la probabilité d'être fertile entre ces deux dates est faible. Sa simplicité est cependant sa faiblesse. En effet, dans la réalité, la période fertile peut tout à fait se situer en dehors des prédictions de la méthode du calendrier. La probabilité de grossesse non désirée est assez élevée : l'indice de Pearl est de 9 %.

Méthode de l'allaitement maternel et de l'aménorrhée[modifier | modifier le code]

La méthode de l'allaitement maternel et de l'aménorrhée repose sur la physiologie de l'allaitement maternel. Elle est destinée à la femme parturiente lorsqu'elle vient d'accoucher.

Cette méthode requiert l'observation de trois critères :

  1. la femme est en aménorrhée : elle n'a pas eu de retour des règles depuis l'accouchement ;
  2. elle allaite complètement son enfant, qui ne reçoit pas d'autre nourriture, à raison de six tétées par jour au moins ;
  3. l'accouchement a eu lieu il y a moins de six mois.

Si ces trois critères sont respectés, la probabilité de grossesse (indice de Pearl) est de l'ordre de 2 % pendant les trois premiers mois[5].

Méthode du retrait[modifier | modifier le code]

Article détaillé : coït interrompu.

La méthode du retrait constitue un moyen d'éviter une grossesse. Il s'agit simplement, au cours d'un rapport sexuel, du retrait du pénis avant que survienne l'éjaculation.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Avec un objectif de contraception[modifier | modifier le code]

Avec un objectif de fécondité[modifier | modifier le code]

Les Dr. Barrett et Marshall ont montré que sans planification des rapports, les chances de grossesse sont de 24 % par cycle. Cette même étude a indiqué que les chances de grossesse atteignent 68 % de chances par cycle lorsque les rapports ont lieu pendant la période fertile comme détecté par la courbe de température.

L'utilisation de la méthode Billings ou de la méthode symptothermique permet d'obtenir des résultats similaires, voire supérieurs, si les rapports ont lieu le jour « optimal ». Il existe des tests d'ovulation qui permettent de détecter la date d'ovulation et donc de planifier des rapports sexuels dans le but de concevoir[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Haute autorité de santé, Fiches mémo : Contraception chez l'homme et chez la femme, Document de travail, 2013 (site de la HAS).
  2. Organisation mondiale de la santé, département Santé et recherches génésiques, Planification familiale - Un manuel à l’intention des prestataires de services du monde entier, 2011, ISBN 978-0-9788563-0-4 ([PDF] lire en ligne), chapitre 17 « Méthodes basées sur la connaissance de la fertilité »
  3. Frank-Herrmann & ot. The effectiveness of a fertility awareness based method to avoid pregnancy in relation to a couple's sexual behaviour during the fertile time: A prospective longitudinal study. Hum Reprodd 2007;22:1310-19
  4. Ghosh Ak. & ot. Symptothermia vis a vis fertility control The J. of Obst. & gyn. of India 1982;32 (3): 443-447
  5. Description sur k4health.org
  6. (en) Ryder, R. (1993), Natural family planning: effective birth control supported by the Catholic Church. BMJ 307 (6906) : 723–6. PMID 8401097.
  7. (en) Hilgers T, Daly K, Prebil A, Hilgers S (Oct 1992) : « Cumulative pregnancy rates in patients with apparently normal fertility and fertility-focused intercourse ». J Reprod Med 37 (10): 864–6. PMID 1479570.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle et Didier Nicolas, méthodes naturelles de régulation des naissances, Éditions de l'Emmanuel (ISBN 2914083246)
  • Isabelle et Didier Nicolas, Vivre autrement sa sexualité - Découvrir les méthodes naturelles de régulation des naissances, Éditions de l'Emmanuel,‎ (ISBN 9782353892099)
  • Planification familiale Un manuel à l’intention des prestataires de services du monde entier (mise à jour 2011) OMS
  • Josef Rötzer, L'art de vivre sa fertilité Méthode sympto-thermique de régulation naturelle des naissances Christine Bourgeois Nouvelle Cité 1999 (ISBN: 2-85313-357-5)

Lien externe[modifier | modifier le code]