Indice de Pearl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'Indice de Pearl est un outil statistique utilisé dans les essais cliniques pour mesurer l'efficacité des méthodes de contraception. Il est calculé en divisant le nombre moyen de grossesses non planifiées par le nombre de mois d'utilisation d'une méthode de contraception particulière dont on veut mesurer l'efficacité et en multipliant le résultat par 1200. Cela correspond au nombre de grossesses observées pour 100 femmes utilisant une contraception donnée durant un an.

L'indice de Pearl mesure la fiabilité d'une méthode contraceptive utilisée de façon optimale. Il convient de tenir compte de l'utilisation réelle de ces différentes méthodes, avec les erreurs possibles et accidents possibles comme l'oubli de la pilule ou la déchirure du préservatif par exemple.

Cet indice a été contesté car donnant une moyenne statistique parfois trompeuses. En effet, le taux d'échec d'une méthode contraceptive est généralement supérieur la première année de son utilisation, et décroit avec l'expérience. Il minore donc la perception des risques de grossesse la première année. Un autre outil statistique est donc quelquefois utilisé en remplacement. Il se fonde sur des données statistiques mois par mois de grossesse en fonction du type de contraception utilisé, et permet de calculer le risque de grossesse pour les premiers mois d'utilisation d'une méthode, généralement pour 12 mois[1].

Pour l'indice de Pearl des principales méthodes, voir l'article Efficacité des méthodes contraceptives.

Cet indice doit son nom à Raymond Pearl (en) qui l'introduisit en 1933.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) Helen Varney, Jan M. Kriebs et Carolyn L. Gegor, Varney's Midwifery, Jones & Bartlett Learning, (ISBN 978-0-7637-1856-5, lire en ligne), p. 466.