Lyfing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'évêque de Worcester, voir Lyfing de Winchester.
Lyfing
Biographie
Décès 12 juin 1020
Évêque de l’Église catholique
Archevêque de Cantorbéry
1013 – 1020
Évêque de Wells
Autres fonctions
Fonction religieuse

Lyfing est un prélat anglo-saxon mort le . Il est évêque de Wells jusqu'en 1013, puis archevêque de Cantorbéry jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ælfstan, il choisit en entrant en religion le nom Lyfing, dont l'étymologie est leof-carus, soit « bien-aimé ». Il commence sa carrière monastique dans l'abbaye bénédictine de Glastonbury.

En 989, il devient abbé du monastère de Chertsey, puis évêque de Wells en 998 ou 999[1]. Le roi Æthelred le Malavisé le nomme archevêque de Cantorbéry en 1013. Il succède à l'archevêque Alphège, assassiné par les Vikings qui l'avaient capturé l'année précédente. Dans les années qui suivent, il procède au sacre des deux successeurs d'Æthelred : son fils Edmond Côte-de-Fer en 1016, puis le Danois Knut le Grand en 1017[2].

Les troubles que traverse l'Angleterre à cette époque empêchent Lyfing de se rendre à Rome pour y recevoir le pallium qui symbolise sa charge, et c'est donc l'archevêque d'York Wulfstan qui procède au sacre des nouveaux évêques anglais dans un premier temps[3]. Lorsqu'il finit par effectuer le voyage, il rentre avec une lettre du pape Benoît VIII, qui invite Knut à rétablir l'ordre dans son royaume. Durant ses sept années à la tête de Cantorbéry, Lyfing obtient la confirmation des libertés de la communauté monastique de Christ Church et procède à des travaux dans la cathédrale, durement touchée par les attaques des Vikings[2].

Lyfing meurt le . Il est enterré dans la cathédrale de Cantorbéry, près de l'autel de saint Martin[2]. Son successeur, Æthelnoth, est le premier archevêque de Cantorbéry issu de Christ Church.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Keynes 2014, p. 552.
  2. a, b et c Mason 2004.
  3. Williams 2003, p. 111.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]