Luis Carlos Galán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galan.
Luis Carlos Galán
Illustration.
Luis Carlos Galán, Rodrigo Lara Bonilla et Nancy Restrepo de Lara.
Fonctions
Ministère de l'Éducation nationale de Colombie
Président Misael Pastrana
Prédécesseur Fernando Hinestrosa Forero
Successeur Juan Jacobo Muñoz
Biographie
Nom de naissance Luis Carlos Galán Sarmiento
Date de naissance
Lieu de naissance Bucaramanga, Santander
Drapeau de la Colombie Colombie
Date de décès (à 45 ans)
Lieu de décès Bogota, Cundinamarca
Nature du décès Assassinat
Parti politique Parti libéral colombien
Diplômé de Université pontificale Javeriana
Profession Journaliste, diplomate
Religion Catholicisme

Luis Carlos Galán Sarmiento, né le à Bucaramanga (Santander) et abattu le [1] à Soacha (Cundinamarca), est un journaliste et homme politique libéral colombien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Luis Carlos Galán s'est présenté à deux reprises à la présidence de la Colombie, la première fois en tant que représentant du parti libéral en 1982 où il a perdu face à Belisario Betancur Cuartas. Ces résultats défavorables l'ont encouragé à concentrer ses aspirations dans son mouvement politique appelé « Nuevo Liberalismo » (Nouveau Libéralisme) qu'il avait fondé en 1979. La seconde fois, il est candidat à l'élection présidentielle de 1990, mais il est assassiné en août 1989 et César Gaviria est élu[2].

Luis Carlos Galán s'est déclaré l'ennemi des dangereux et influents cartels de la drogue colombiens qui corrompaient la société colombienne à tous les niveaux, tels que le cartel de Medellín fondé par Pablo Escobar, qui avait fait partie de Nuevo Liberalismo, et par José Gonzalo Rodríguez Gacha surnommé « El Mexicano », entre autres.

Après avoir reçu plusieurs menaces de mort, le , pendant un meeting dans la ville de Soacha, Luis Carlos Galán est abattu par des tueurs à gages embauchés par les cartels de la drogue. Jhon Jairo Velásquez, un des fidèles lieutenants de Pablo Escobar, a admis avoir organisé l'assassinat de Luis Carlos Galán[3]. Ce dernier, touché par plusieurs balles, a été transporté à l’hôpital Kennedy de Bogota où il a succombé suite à ses blessures.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Colombie. Vingt ans après l'assassinat de Galán », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  2. Marcello Casal, « Le 18 août 1989, le cancer de la mafia colombienne faisait des métastases », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  3. Marie Delcas, « "Popeye", le chef des tueurs d'Escobar, recouvre la liberté », Le Monde,‎ (lire en ligne).