Lucien Aimé-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lucien Aime-Blanc)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanc.

Lucien Aimé-Blanc

Naissance 23 mars 1935 (79 ans)
Marseille
Nationalité Drapeau de la France France
Profession directeur adjoint de la brigade de recherche et d'intervention (Antigang)
directeur adjoint de la brigade des stupéfiants
directeur de l'OCRB

Lucien Aimé-Blanc, né le 23 mars 1935 à Marseille, est un policier connu pour avoir participé à la traque de Jacques Mesrine. Il a terminé sa carrière comme Contrôleur Général de la Police Nationale. Il fut directeur adjoint de la brigade de recherche et d'intervention (Antigang), directeur adjoint de la brigade des stupéfiants. Il dirigea l'OCRB. Il est considéré comme un Grand Flic. Son père fut un résistant déporté et mort à Dachau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré dans la police en 1961, il est nommé en 1964 commissaire-adjoint de la brigade mondaine à Paris. Suite aux conséquences de l'affaire Ben Barka, la brigade mondaine est dissoute. En avril 1966, il est nommé commissaire à la Brigade de Recherche et d'Intervention (BRI) dite brigade antigang, en tant qu'adjoint du commissaire Le Moël. Dans cette brigade, en 1974, il dirige la brigade des stupéfiants de Marseille, luttant contre les réseaux de la French Connection.

Plus tard, à la tête de l'OCRB, il se confronta au Commissaire Broussard alors que les deux hommes cherchaient à arrêter Jacques Mesrine. Aimé-Blanc, réussit à localiser l'ennemi public n°1 après une enquête tortueuse et rocambolesque, qu'il raconte dans un livre publié en 2002 avec Jean-Michel Caradec'h, "La chasse à l'homme. La vérité sur la mort de Mesrine" aux éditions Plon. Il y raconte également les circonstances dans lesquels son ami, le journaliste Jacques Tillier, qui rêvait d'interviewer Mesrine, fut enlevé et grièvement blessé par Mesrine et un de ses complices. Cette "chasse à Mesrine" fut un épisode symptomatique de la guerre des polices. Il est à noter que, dans cette affaire, Lucien Aimé-Blanc fut aidé par certains collaborateurs notamment Emmanuel Farrugia (Commandant de Police, Affecté à l'OCRB), Charles Pellégrini (Chef de Groupe à l'OCRB) ou encore Paul Rément (capitaine de police, affecté à l'OCRB).

En 1982, Il est nommé chef de la 4ème section de la Direction centrale puis directeur de la police judiciaire de Lille. Par la suite, il devient commissaire divisionnaire de la police nationale en Afrique (service de coopération technique internationale de police). Il termine sa carrière comme contrôleur général de la police nationale[1]. Il prend sa retraite en 1993.

Thèses d'Aimé-Blanc sur différentes affaires criminelles[modifier | modifier le code]

Enlèvement de Mehdi Ben Barka[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1965, l'opposant marocain Mehdi Ben Barka est arrêté et enlevé par deux policiers français Louis Souchon, inspecteur principal et chef du groupe stupéfiant et son adjoint l'inspecteur Roger Voitot devant la brasserie Lipp. Le bureau de Souchon était contigu à celui d'Aimé-Blanc.

Lucien Aimé-Blanc est interrogé par le juge Ramaël en avril 2006, il a révélé dans son livre L'Indic et le commissaire que les autorités française savait que l'opposant Mehdi Ben Barka faisait l'objet de menaces. Le commissaire pour accréditer ses dires avait exhumé de vieilles retranscriptions d'écoute téléphonique faîtes entre le 21 octobre et le 23 octobre 1965, soit six jours avant l’enlèvement de Ben Barka. Ses écoutes ont été commandé par le ministère de l'Intérieur français. On y entend le projet d’enlèvement expliqué entre les différents protagonistes à la résidence Niel, leur lieu de rendez-vous[2].

Assassinat de Pierre Goldman[modifier | modifier le code]

Pierre Goldman était un militant révolutionnaire accusé d'être l'auteur de plusieurs braquages crapuleux. Lors de son procès devant la cour d'assises de Paris en 1974, il reconnait avoir commis trois braquages à main armée : une pharmacie, une usine de haute couture et un agent des allocations familiales. Il niera toujours en revanche avoir participé au braquage meurtrier de la pharmacie du Boulevard Richard Lenoir. Il est condamné à la réclusion à perpétuité, mais le jugement est annulé par la Cour de cassation. Au terme d'un second procès devant la cour d'assises de la Somme, il sera reconnu innocent des meurtres du boulevard Richard Lenoir et condamné à trois ans de prison pour les trois autres braquages. Par le jeu des remises de peine, il est libéré quelques mois plus tard.

Peu avant sa mort, Goldman qui a des relations avec certains militants de l'ETA travaille à la création d'un groupe armé censé s'opposer aux Groupes antiterroristes de libération (GAL). Lors de son incarcération, il avait fait la connaissance de Charlie Bauer, militant révolutionnaire et braqueur lui aussi. Il tente de l’enrôler et espère, par son intermédiaire, contacter Jacques Mesrine. Aucun des deux ne donnera suite, le projet de Goldman leur paraissant peu sérieux. Il est assassiné par trois hommes armés le 20 septembre 1979 dans le 13e arrondissement de Paris, le commissaire Lucien Aimé-Blanc a déclaré dans une interview à Libération, et dans un livre intitulé L'Indic et le Commissaire que Pierre Goldman avait été assassiné par un commando au service des GAL mené par Jean-Pierre Maïone-Libaude malgré la revendication d'un groupe mystérieux nommé « Honneur de la police »[3].

Assassinat de Henri Curiel[modifier | modifier le code]

Henri Curiel, militant tiers-mondiste, ancien « porteur de valises » du FLN, a été assassiné le 4 mai 1978, rue Rollin, à Paris. Comme Pierre Goldman, il aurait pu être la victime d'un commando mené par Jean-Pierre Maïone-Libaude[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Chasse à l'homme : La Vérité sur la mort de Mesrine, avec Jean-Michel Caradec'h, Plon, 2002, ISBN 978-2259197069

Sources[modifier | modifier le code]

  1. http://www.naissance-mort.com/-lucien-aime-blanc
  2. http://www.bakchich.info/+Lucien-Aime-Blanc-entendu-par-la,00164+.html
  3. a et b Lucien Aimé-Blanc et Jean-Michel Caradec'h, L'Indic et le commissaire, 2006, Plon, 246 pages