Luce Langevin-Dubus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luce Langevin-Dubus
Biographie
Naissance

Marissel
Décès
(à 102 ans)
Paris
Autres noms
Luce Langevin, Luce Dubus
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
André Langevin
Enfant
Michel Langevin et Aline Dajoz
Autres informations
A travaillé pour
lycée Fénelon
Domaine
Parti politique

Luce Langevin-Dubus (née le à Marissel dans l'Oise et décédée le à Paris) est une physicienne et biologiste française, agrégée de sciences physiques et de biologie, professeur au lycée Fénelon à Paris et militante communiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Luce Dubus est élève à l'École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres[1] (promotion S1920)[2]. Elle obtient ensuite deux agrégations, celle de sciences physiques et celle de biologie.

Elle épouse André Langevin, le fils du physicien français Paul Langevin. Elle sera très influencée par son beau-père pour lequel elle nourrit une grande admiration. André et Luce auront deux enfants, Michel Langevin, physicien nucléaire[3], et Aline Dajoz, angliciste.

De 1930 à 1960, elle enseigne au lycée Fénelon à Paris.

À partir de 1934, elle milite dans le Rassemblement mondial des femmes contre la guerre et le fascisme. Elle prend ensuite position contre la non-intervention lors de la Guerre d'Espagne[4]. En 1935, elle adhère au Parti communiste et participe aux grèves de 1936. Elle participe ensuite à la création de l'Université libre. Après la Libération, elle continue une vie active d'enseignante, de scientifique et de militante communiste.

Elle est par ailleurs l'auteur de nombreux articles scientifiques et politiques parus dans la revue La Pensée[5], ainsi que d'un livre sur le philosophe russe des Lumières Mikhaïl Lomonossov[6].

Elle décède à Paris en 2002 à l'âge de 102 ans[7],[8].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]