Henri Vaquez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis Henri Vaquez)
Aller à : navigation, rechercher
Henri Vaquez
Description de l'image Louis H. Vaquez.jpg.
Naissance
Paris (France)
Décès (à 75 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines cardiologie
Institutions Faculté de Médecine de Paris, Académie de médecine
Renommé pour polyglobulie, arythmie cardiaque, tensiomètre, hypertension artérielle

Louis Henri Vaquez, né le dans le 3e arrondissement de Paris[1], ville où il est mort le en son domicile dans le 17e arrondissement[2], est un médecin, cardiologue, physiologiste et professeur de clinique thérapeutique à la Faculté de Médecine de Paris. Il est l’un des fondateurs de la cardiologie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1890, Henri Vaquez a obtenu son doctorat en médecine, et en 1898, est devenu professeur agrégé.

En 1918, il fut nommé professeur de médecine clinique et a élu un membre de l'Académie de médecine. Il a collaboré avec le cardiologue Pierre Potain (1825-1901) qui a eu une influence importante dans sa carrière médicale.

Henri Vaquez est connu pour son travail dans le domaine de l'hématologie et de sa recherche sur les maladies cardiaques. En 1892, il a été le premier à décrire la Maladie de Vaquez est une hémopathie myélo-proliférative caractérisée par une polyglobulie et une augmentation du volume globulaire total.

Il a été parmi les premiers médecins à reconnaître la corrélation du syndrome d'Adams-Stokes [3] à l'implication du faisceau de His[4] provoquant un battement discordantes des oreillette (anatomie)s par rapport à celle des ventricules.

Il a également effectué des recherches sur l'arythmie cardiaque et l'hypertension artérielle.

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

tensiomètre Spengler type Vaquez Laubry

Au début des années 1900,  Henri Vaquez et Charles Laubry s'associent à Emile Spengler dans le but de mettre au point un nouvel appareil de mesure de la pression artérielle. En 1907, après des mois de recherche, ils parviennent à développer le premier tensiomètre moderne, le « Vaquez  », permettant au diagnostic médical d'entrer dans l'ère de la modernité.

Henri Vaquez a été le fondateur et le rédacteur de la revue Archives des maladies du cœur, vaisseaux et sang.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • De la Thrombose cachectique, G. Steinheil (Paris), 1890, disponible sur Gallica.
  • «Sur une forme spéciale de cyanose s’accompagnant d’hyperglobulie excessive et persistante», in: Comptes rendus de la Société de biologie, Paris, 1892, 44: 384-388.
  • Exposé des titres et travaux du Dr Vaquez, [Concours pour l'agrégation, section de pathologie interne et de médecine légale, janvier 1898], G. Steinheil (Paris), 1898, Texte intégral.
  • Hygiène des maladies du cœur, [préface du professeur Potain], Masson et Cie (Paris), 1899,disponible sur Gallica.
  • Les Arythmies, [Leçons recueillies par le Dr Ch. Esmein], J.-B. Baillière et fils (Paris), 1911, disponible sur Gallica.
  • Comment se constitue une lésion valvulaire du cœur, impr. de la "Semaine médicale" (Paris), 1914, disponible sur Gallica.
  • Titres et travaux scientifiques, J.-B. Baillière et fils (Paris), 1919, Texte intégral.
  • Maladies du cœur, J.-B. Baillière et fils, 1921.
En collaboration
  • avec Emile Bordet: «De la valeur comparée de l'orthodiagraphie et de la percussion du cœur, dans le rétrécissement mitral pur»,in: La Semaine médicale (Paris), 1909, disponible sur Gallica.
  • avec Emile Bordet: Le cœur et l'aorte, études de radiologie clinique, J.-B. Baillière et fils (Paris), 1913, disponible sur Gallica.
  • avec Charles-Edouard Aubertin (1876-1950): Le Traitement des anémies, J.-B. Baillière et fils (Paris), 1914, disponible sur Gallica.
  • avec Édouard Donzelot (1884-1960):Les Troubles du rythme cardiaque, J.-B. Baillière et fils, 1926.

Divers[modifier | modifier le code]

Le peintre Édouard Vuillard (1868-1940) l'a représenté au cours d'une visite au lit d'un patient dans un tableau daté de 1921[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Hartmann: «Nécrologie. Décès de M. Vaquez», in: Bulletin de l'Académie nationale de médecine, Masson (Paris), 1936, 115-3, 15, p. 563-4, disponible sur Gallica.
  • A. Clerc: «Notice nécrologique sur M. Henri Vaquez (1860-1936)»,in: Bulletin de l'Académie nationale de médecine, Masson (Paris), 1936, 115-3, 19, p. 685-95, disponible sur Gallica.
  • Jacques-Louis Binet: «Édouard Vuillard et Henri Vaquez», [communication à l'Académie des Beaux-Arts], Texte intégral.
  • Jean-Jacques Monsuez: «Louis-Henri Vaquez», in: Archives des maladies du coœur et des vaisseaux,Vol 14 - N° 169

P. 28-30 - juin 2008, Doi : AMCVP-06-2008-00-169-1261-694X-101019-200807946.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris 3e, acte de naissance no 1837, année 1860 (page 29/31)
  2. Archives de Paris 17e, acte de décès no 979, année 1936 (page 1/31)
  3. accident neurologique qui est le résultat d'une diminution soudaine de l'irrigation sanguine du cerveau, se caractérisant par une perte de connaissance et une bradycardie
  4. faisceau de cellules musculaires cardiaques spécialisées dans la conduction électrique
  5. Le tableau de Vuillard sur le site de l'académie de médecine

Liens externes[modifier | modifier le code]