Louis Frémaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frémaux.
Louis Frémaux
Louis Frémaux (1975).jpg
Louis Frémaux (Le Cap, 1975).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
BloisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maîtres

Louis Frémaux (Aire-sur-la-LysBlois), est un chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Frémaux vient d'une famille d'artiste : son père est peintre et sa mère professeur de musique[1]. Il étudie la musique, d'abord à Denain puis au conservatoire de Valenciennes, mais ses études sont interrompues par la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle sa famille fait exode en Vendée. À la fin de la guerre, il s'engage dans l'armée de Terre (Promotion « Victoire-Coëtquidan-1945 ») et part pour l'Indochine en 1945-1946, comme officier affecté à une unité de la Légion étrangère. En 1947, il entre au conservatoire de Paris où il étudie avec Louis Fourestier et Jacques Chailley. Il termine en 1952 avec un premier prix de direction d'orchestre[1],[2].

Après avoir été rappelé comme officier pour servir en Algérie, Louis Frémaux dirige l'Orchestre national de l'Opéra de Monte-Carlo à la demande du Prince Rainier. Pendant dix ans (entre 1956 et 1965), il participe à la construction de la réputation de l'Orchestre de Monte-Carlo et y dirige les premières d'opéras et enregistre beaucoup[2], notamment avec Samson François au piano, le concerto pour piano no 1 en mi mineur, op. 11, de Frédéric Chopin (pour EMI/La Voix de son Maître).

De 1969 à 1971, il est le premier directeur musical lors de la création de l'Orchestre philharmonique Rhône-Alpes[1], futur Orchestre national de Lyon[2]. Il quitte ce poste pour le Royaume-Uni où, de 1969 à 1978, il dirige l'Orchestre symphonique de la Cité de Birmingham (CBSO) et en est le directeur musical. Il porte l'orchestre au plus haut niveau, fait connaître la musique française et enregistre plusieurs disques, dont certains avec le CBSO chorus dont il a provoqué la création.

De 1979 à 1982, il dirige l'Orchestre symphonique de Sydney[3],[4],[5].

Il meurt à Blois à l'âge de 95 ans[6].

Créations[modifier | modifier le code]

Discographie (sélection)[modifier | modifier le code]

Louis Frémaux a enregistré pour EMI, Deutsche Grammophon, Erato et CBS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Harding 1981.
  2. a b c et d Pâris 2015, p. 299.
  3. (en) Fred R. Blanks, « Reports: Australia », The Musical Times, vol. 118, no 1616,‎ , p. 845–846 (DOI 10.2307/961014, lire en ligne).
  4. (en) Fred R. Blanks, « Reports: Sydney », The Musical Times, vol. 122, no 1660,‎ , p. 405 (DOI 10.2307/961014, lire en ligne)
  5. [vidéo] Vidéo d'un concert Beethoven avec l'orchestre symphonique de Sydney en 1981 sur YouTube
  6. Marie-Aude Roux, « Le chef d’orchestre Louis Frémaux est mort à 95 ans », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J. Harding, Louis Frémaux a man for all music, Summer,
  • Alain Pâris (dir.), Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1985, 1989, 1995, 2004), 5e éd. (1re éd. 1982), 1278 p. (ISBN 2-221-08064-5, OCLC 901287624, lire en ligne), p. 299.

Liens externes[modifier | modifier le code]