Linda Lapointe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Linda Lapointe
Illustration.
Linda Lapointe en 2008.
Fonctions
Députée à la Chambre des communes

(4 ans et 2 jours)
Élection 19 octobre 2015
Circonscription Rivière-des-Mille-Îles
Législature 42e
Groupe politique Parti libéral du Canada
Prédécesseur Laurin Liu
Successeur Luc Desilets
Députée à l'Assemblée nationale du Québec

(1 an, 8 mois et 12 jours)
Élection 26 mars 2007
Circonscription Groulx
Législature 38e
Groupe politique Action démocratique du Québec
Prédécesseur Pierre Descoteaux
Successeur René Gauvreau
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Laval, Québec, Canada
Parti politique Parti libéral du Canada (2014-2019)
Parti libéral du Québec (2012)
Action démocratique du Québec (2007-2009)
Diplômée de Université de Montréal
Profession Femme d'affaires

Linda Lapointe, née le à Laval, est une femme d'affaires et femme politique québécoise. Elle a été députée à l'Assemblée nationale du Québec de 2007 à 2008. Elle a été députée d' au libérale de la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles à la Chambre des communes du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Linda Lapointe obtient en 1979 un Diplôme d'études collégiales en sciences de la santé au Cégep Ahuntsic. Elle a été membre de l'équipe de ski alpin de cette institution en 1978 et en 1979[1]. En 1986, elle complète un baccalauréat en administration des affaires option finance de l'Université de Montréal. Elle a travaillé depuis son adolescence dans l'épicerie que son père a ouverte à Boisbriand en 1969 et qui est devenue un supermarché Provigo en 1980. Elle a été gérante de services et responsable de la comptabilité dans l'entreprise familiale de 1980 à 1988, puis est devenue directrice du magasin de 1988 à 1997 et enfin propriétaire et directrice de Provigo Lapointe et Fille de 1997 jusqu'à ce qu'elle vende l'entreprise en 2006[1],[2].

Implication communautaire[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière de gestionnaire, elle a été trésorière et membre du Conseil d'administration de l'Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ) de 2002 à 2006. Cette dernière l'a nommée à son Temple de la renommée en 2013[2]. Dans sa communauté, elle a été présidente du Regroupement des gens d’affaires de Boisbriand de 2009 à 2015[3]. Depuis l'âge de 26 ans, elle s'implique activement dans son milieu, notamment à titre d'organisatrice du Déjeuner de partage.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Linda Lapointe a débuté en politique municipale, étant candidate aux élections municipales de 2005 à Boisbriand pour le Ralliement des citoyens[1]. Lors de l'élection générale de 2007, Linda Lapointe est devenue députée de Groulx à l'Assemblée nationale du Québec sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. De mai à , elle a été whip adjointe de l’opposition officielle[1]. Elle a également été vice-présidente de la Commission des finances publiques.

Elle est défaite par le péquiste René Gauvreau à l'élection générale québécoise de 2008[4]. En 2009, elle appuie Gilles Taillon lors de la course à la direction de l'Action démocratique du Québec[5].

Linda Lapointe est candidate pour le Parti libéral du Québec, toujours dans la circonscription de Groulx, lors des élections générales de 2012[6] et termine au troisième rang.

Députée de la 42e Législature du Canada[modifier | modifier le code]

En 2014, Linda Lapointe annonce son intention d'être candidate du Parti libéral du Canada pour les élections prévues l'année suivante[7]. Elle obtient l'investiture dans Rivière-des-Mille-Îles en [8], et le suivant, elle est élue lors des élections fédérales.

Membre de comités[modifier | modifier le code]

Elle siège sur deux comités parlementaires de la Chambre des communes : le Comité permanent des langues officielles du Canada et le Comité permanent du commerce international.

En tant que membre du comité des langues officielles, elle est amenée à étudier les programmes du gouvernement du Canada visant à favoriser l’immigration francophone dans les communautés en situation minoritaire du Canada, à élaborer de la nouvelle Feuille de route des langues officielles du Canada 2018-2023 en partenariat avec la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, à étudier le fonctionnement du bureau de la traduction du Canada et son outil de traduction automatique (Portage), à étudier le service bilingue de la compagnie aérienne Air Canada, ainsi qu'à étudier l'accès à la justice dans les deux langues et bien d’autres dossiers. 

En tant que membre du comité du commerce international, elle est amenée, conjointement avec les autres députés-membres, à orienter ainsi que diriger des études et des rapports sur les questions commerciales de la politique étrangère canadienne. L’Accord sur le bois d’œuvre résineux entre le Canada et les États-Unis, l’Accord de partenariat transpacifique, l’Accord économique et commercial global avec l’Europe (AECG) sont des dossiers dont elle a traité dans le cadre de ses fonctions.

Projet de loi C-236[modifier | modifier le code]

Elle a déposé un projet de loi privé agissant dans le dossier des frais d’interchange, soit le projet de loi C-236, Loi modifiant la Loi sur les réseaux de cartes de paiement (frais d’acceptation d’une carte de crédit)[9]. Elle a déposé son projet de loi le à la Chambre des communes, mais ce projet de loi a été retiré du feuilleton en [10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Linda Lapointe est mère de quatre enfants[11].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Linda Lapointe — Site de l'Assemblée nationale du Québec
  2. a et b Honoré au Temple de la renommée A.D.A. 2013, sur le site de l'Association des détaillants en alimentation du Québec.
  3. Page de Linda Lapointe, sur le site du Parti libéral du Canada.
  4. Valérie Maynard, « Groulx: vive déception chez Linda Lapointe », Nordinfo, (consulté le 5 janvier 2020)
  5. Tommy Chouinard, « Deux candidats pressentis appuient Gilles Taillon », La Presse, (consulté le 5 janvier 2020)
  6. « Trois ex-adéquistes chez les libéraux », sur La Presse, (consulté le 5 janvier 2020).
  7. Reine Côté, « PLC: Linda Lapointe dans l’arène fédérale », Nord Info et Voix des Mille-Iles,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2016)
  8. Reine Côté, « Rivière-des-Mille-Îles: Linda Lapointe remporte l’investiture du PLC », Nord Info, (consulté le 5 janvier 2020)
  9. « C-236 Loi modifiant la Loi sur les réseaux de cartes de paiement (frais d’acceptation d’une carte de crédit) », sur Parlement du Canada (consulté le 5 janvier 2020)
  10. « Débats de la Chambre des communes, Volume 148 numéro 330 - Compte rendu officiel (Hansard) - Le mardi 2 octobre 2018 », sur Parlement du Canada (consulté le 5 janvier 2020)
  11. Alain Bouchard, « Durs lendemains de défaite adéquiste », Le Soleil, (consulté le 5 janvier 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]