Liliane Wouters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wouters.
image illustrant un écrivain image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un écrivain belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Liliane Wouters
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Liliane Wouters, née le à Ixelles (Belgique) et morte le , est une poétesse, auteur dramatique, traductrice, anthologiste et essayiste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son premier recueil de poésie, La Marche forcée, paraît en 1954 en Belgique, et reçoit un bon accueil, confirmé pour les œuvres suivantes de poésie[1],[2]. C'est après avoir fait la connaissance d'Albert-André Lheureux et de son théâtre de l'Esprit Frappeur qu'elle occupe une place au théâtre. Son attachement à la région de Flandre, ses études sur les béguines et leurs textes mystiques, ont également retenu l'attention[2],[3].

Elle est membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et de l'Académie européenne de poésie.

Liliane Wouters est morte le 28 février 2016[4].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Marche forcée, poésie, Bruxelles, Éditions des Artistes, Georges Houyoux, 1954[2].
  • Le Bois sec, poésie, Paris, Gallimard, 1960[2].
  • Belles heures de Flandre, adaptation de poèmes (Poésie flamande du Moyen Âge), Paris, Pierre Seghers, 1961 (rééd. Bruxelles, Éditions Les Éperonniers, coll. « Passé-Présent, 1997).
  • Oscarine ou les tournesols, théâtre, création du Rideau de Bruxelles, 1964.
  • Guido Gezelle, essai et adaptation de poèmes, Paris, Pierre Seghers, coll. «Poètes d'aujourd'hui», 1965.
  • Le Gel, poésie, Paris, Pierre Seghers, 1966[2].
  • La Porte, théâtre, création Festival du Jeune Théâtre, Liège, 1967.
  • Bréviaire des Pays-Bas, adaptation de poèmes (Poésie flamande du Moyen Âge), Paris, Éditions Universitaires, 1973.
  • Reynart le Goupil, adaptation du poème du moyen néerlandais, Bruxelles, Éditions La Renaissance du Livre, 1974.
  • Panorama de la poésie française de Belgique, anthologie, Bruxelles, Éditions Jacques Antoine, 1976.
  • Vies et morts de Mademoiselle Shakespeare, théâtre, création Théâtre de l'Esprit Frappeur, Bruxelles, 1979.
  • Terre d'écarts, anthologie, en collaboration avec André Miguel, Paris, Éditions Universitaires, 1980.
  • La Célestine, adaptation (d'après Fernando de Rojas), théâtre, Théâtre Royal du Parc, Bruxelles, 1981.
  • Le monument (un acte du spectacle collectif Le 151e), théâtre, Maison de la Culture de Mons, 1981.
  • La mort de Cléopâtre (un acte du spectacle collectif Cléopâtre), théâtre, Théâtre de l'Esprit Frappeur, Bruxelles, 1982.
  • Autour d'une dame de qualité, pièce en un acte, théâtre, création Atelier d'écriture, Neufchâteau, 1983.
  • La salle des profs, théâtre, création Maison de la Culture de Mons, Théâtre de l'Esprit Frappeur, Bruxelles, Éditions Jacques Antoine, 1983 (rééd. Bruxelles, Éditions Labor).
La salle des profs a été mis en scène par Roland Thibeau. La pièce connut un immense succès.
  • L'Aloès, poésie, Paris, Luneau-Ascot, 1983[2].
  • Parenthèse, poésie, Le Verbe et l'Empreinte, Saint-Laurent-du-Pont (France), 1984.
  • Ça rime et ça rame, anthologie pour les jeunes, Bruxelles, Éditions Labor, 1985.
  • L'Équateur, théâtre, création Théâtre de l'Esprit frappeur (Botanique), 1986.
  • L'Équateur, suivi de Vies et Morts de Mademoiselle Shakespeare, théâtre, Bruxelles, Éditions Jacques Antoine, 1986.
  • Charlotte ou la nuit mexicaine, théâtre, Bruxelles, Éditions Les Éperonniers, 1989.
  • Journal du scribe, poésie, Bruxelles, Les Éperonniers, 1990.
  • Le jour du Narval, théâtre, Bruxelles, Éditions Les Éperonniers, 1991.
  • La poésie francophone de Belgique, avec Alain Bosquet, anthologie, 4 tomes, Bruxelles, Éditions de l'ARLLFB, 1992.
  • Tous les chemins conduisent à la mer, poésie, Bruxelles, Les Eperonniers, coll. «Passé Présent», 1997.
  • Un compagnon pour toutes les saisons, traduction, Guido Gezelle, Autres Temps, Marseille, 1999.
  • Le Billet de Pascal, poésie, Luxembourg, Éditions Phi, 2000.
  • Le siècle des femmes, avec Yves Namur, anthologie, Bruxelles, Éditions Les Éperonniers, 2000.
  • Changer d'écorce, poésie, Tournai, La Renaissance du Livre, 2001.
  • Poètes aujourd'hui : un panorama de la poésie francophone de Belgique (avec Yves Namur), anthologie, Châtelineau/Saint-Hippolyte, Le Taillis pré/Le Noroît, 2007.
  • Paysages flamands avec nonnes, mémoires, Paris, Gallimard, 2007[6]
  • Le Livre du Soufi, poésie, Châtelineau, Le Taillis Pré, 2009.
  • Derniers feux sur terre, Le Taillis Pré, 2014.
  • Trois visages de l'écrit, Espace Nord, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Frickx et Raymond Trousson, Lettres françaises de Belgique: La poésie, De Boeck Supérieur, , 607 p. (lire en ligne), p. 314
  2. a, b, c, d, e et f Hubert Juin, « Poésie. La voix pudique de Liliane Wouters », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Jeanine Moulin, « Belgique, une poésie à trois voies : de Marcel Thiry à Marcel Lecomte », dans Poésie 1945-1960: les mots, la voix : Colloque du "Centre de recherches sur la poésie française" de la Sorbonne, Presses Paris Sorbonne, (lire en ligne), p. 176
  4. Jean-Claude Vantroyen, « L’écrivaine Liliane Wouters est décédée », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  5. Jacques Darras, « Liliane Wouters. Le poème reprend terre », Esprit,‎ (DOI 10.3917/espri.1512.0112)
  6. Lucien Noullez, « Recensions. Liliane Wouters, Paysage flamand avec Nonnes », Études mois=mars3, vol. 408,‎ , p. 412-429 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]