Ligue des familles polonaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligue des familles polonaises
(pl) Liga Polskich Rodzin
Image illustrative de l'article Ligue des familles polonaises
Logotype officiel.
Présentation
Président Witold Bałażak
Fondation
Siège ul. Hoża 9, 00-528 Varsovie
Idéologie National-conservatisme
Nationalisme
Droite chrétienne
Euroscepticisme
Couleurs Bleu
Site web lpr.pl

La Ligue des familles polonaises (en polonais : Liga Polskich Rodzin, abrégé en LPR) est un parti politique polonais d'd'extrême droite, fondé le 30 mai 2001 par Roman Giertych.

Il fait partie de 2004 à 2009 du groupe Indépendance/Démocratie (IND/DEM) au Parlement européen, avec dix députés.

Dès 2001, il a obtenu 8 % des voix au Sejm (Diète) polonais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fondateur de la LPR est Roman Giertych. Son père, Maciej Giertych est un député du même parti. Son grand-père était également un député de la IIe République, avant la Seconde Guerre mondiale, en tant que membre de Démocratie nationale (Parti national-démocrate (en polonais, Narodowa Demokracja, un parti proche des intérêts de la Russie tsariste. Diplômé de l'université Adam-Mickiewicz de Poznań, il commença par travailler avec des Démocrates nationalistes polonais et certains pensent que ce parti est affilié avec le père Tadeusz Rydzyk, directeur de la radio catholique intégriste Radio Maryja, qui remporte un vif succès parmi les personnes âgées, même si elle est souvent critiquée par les autorités catholiques polonaises. Mais malgré leur proximité idéologique, il est aujourd'hui admis que la LPR n'a pas été fondée par Rydzyk, qui a pris ses distances avec la LPR depuis son entrée au gouvernement. Peu après l'élection de 2001, une scission a provoqué le départ d'un groupe de députés pour fonder un autre parti, Porozumienie Polskie (Cercle Polonais) avec comme dirigeant Jan Lopuszanski.

En 2001, l'organisation de jeunesse d'inspiration nationaliste Młodzież Wszechpolska (la jeunesse de Toute-Pologne ), créée en 1922 puis dissoute après la guerre, est refondée et associée à la Ligue des familles polonaises dont elle représentait officiellement le mouvement de jeunesse.

Début novembre 2002, la Ligue conquiert 800 des 30 000 communes de Pologne.

En juin 2004, la LPR a obtenu 16 % des voix, ce qui a lui a permis d'obtenir 15 des 54 sièges polonais au Parlement européen, le taux d'abstention de cette élection atteignant des records parmi les dix nouveaux entrants.

Le 25 septembre 2005, la Ligue remporte près de 8 % des 40 % de suffrages exprimés, et obtient ainsi 34 des 460 sièges à la Diète. Le même jour, elle comptabilise 7 des 100 sièges du Sénat.

Lors de l'élection présidentielle de 2005, le 4 septembre, Maciej Giertych renonce à se présenter pour soutenir Lech Kaczyński.

Le 10 novembre 2005 la LPR a voté la confiance à la Diète aux conservateurs du parti Droit et justice pour soutenir le gouvernement de Kazimierz Marcinkiewicz.

Le , le gouvernement polonais voit l'entrée en fonction de plusieurs ministres proches de l'extrême-droite : Roman Giertych, dirigeant de la Ligue des familles polonaises, est à la tête de l'Éducation. Ce dernier compte renforcer dans les manuels scolaires le sentiment de valeur chrétiennes en Pologne, mais se refuse toutefois à intégrer le catéchisme comme matière du "matura", le Baccalauréat polonais.

Le nouveau gouvernement dont fait partie la Ligue, s'applique également à « démarxiser » l'administration polonaise. C'est la continuité de la loi dite "de lustration" votée par le gouvernement de gauche en 1997. Ainsi, le ministère de l'Éducation tenu par Roman Giertych s'est vu fortement purgé par ce dernier. De même, le même sort a été réservé à l'ancien président de la Diète en 2004, et à la ministre des finances, Zyta Gilowska en juin 2006.

La LPR n'est plus active sur l'échiquier politique depuis les élections législatives de 2011. Pour l'élection présidentielle de 2015 elle apporte son soutien au candidat modéré Adam Jarubas, présenté par le Parti paysan polonais (PSL)[1], qui ne recueille que 1,6 % des suffrages exprimés.

Personnalités du parti[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Parlementaires et ministres[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Diète[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges
2001 1 025 148 7,9 6e
38 / 460
2005 940 762 8,0 5e
34 / 460
2007 209 171 1,3 6e
0 / 460

Sénat[modifier | modifier le code]

Année Sièges
2001
2 / 100
2005
7 / 100
2007
0 / 100

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Année % % Rang Sièges Groupe
2004 969 689 15,9 2e
10 / 54
IND/DEM
2009 83 754 1,1 8e
0 / 50

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]