Élections parlementaires polonaises de 2005

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2001 Drapeau de la Pologne 2007 Suivant
Élections parlementaires polonaises de 2005
Voir et modifier les données sur Wikidata
Participation
40,57 %
Kaczynski Jaroslaw 1 067.JPG PiS – Jarosław Kaczyński
Voix 3 185 714
26,99 %
 +17,5
Sénateurs élus 49  +49
Députés élus 155  +111
Donald Tusk 3.jpg PO – Donald Tusk
Voix 2 849 259
24,14 %
 +11,5
Sénateurs élus 34  +32
Députés élus 133  +68
ALepper na stacji benzynowej.jpg SRP – Andrzej Lepper
Voix 1 347 355
11,41 %
 +1,2
Sénateurs élus 3  +1
Députés élus 56  +3
Wojciech olejniczak.jpg SLD – Wojciech Olejniczak
Voix 1 335 257
11,31 %
 −29,7
Sénateurs élus 0  −75
Députés élus 55  −161
20070907 sejm rp 100B5340.jpg LPR – Roman Giertych
Voix 940 762
7,97 %
 +0,1
Sénateurs élus 7  +5
Députés élus 34  −4
Waldemar Pawlak candidate 2010 D crop.jpg PSL – Waldemar Pawlak
Voix 821 656
6,96 %
 −2
Sénateurs élus 2  −2
Députés élus 25  −17
Gouvernement
Sortant Élu
Belka II
SLD-UP-SDPL
Marcinkiewicz
PiS
Législature élue
Ve

Les élections législatives polonaises de 2005 (Wybory parlamentarne w Polsce w 2005 roku, en polonais) se sont tenues le , afin d'élire les quatre cent soixante députés de la cinquième législature de la Diète et les cent sénateurs de la sixième législature du Sénat.

Le scrutin a été remporté, à la majorité relative, par le parti conservateur Droit et justice (PiS), et les partis de droite et de centre droit dans l'ensemble.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives du 23 septembre 2001, l'Alliance de la gauche démocratique (SLD), formation sociale-démocrate fondée en 1999 sur la base d'une coalition créée en 1991 par d'anciens communistes, avait raté de peu la majorité absolue à la Diète, avec 41 % des voix et 216 députés sur 460. Afin de se placer au pouvoir, elle avait formé une coalition gouvernementale avec le Parti paysan polonais (PSL), plus vieux parti du pays et titulaire de 42 parlementaires, grâce à ses 9 % des voix.

La droite, désormais représentée par la Plate-forme civique (PO) et Droit et justice (PiS), avait totalement chuté par rapport aux 261 élus obtenus, en 1997, par l'Alliance électorale Solidarité (AWS) et l'Union pour la liberté (UW), deux partis totalement discrédités et n'ayant pas atteint les 5 % nécessaires. La PO, deuxième parti du pays, devait se contenter de 12,7 % des suffrages et 65 sièges, tandis que le PiS, arrivé quatrième, rassemblait 9,5 % des voix et 44 élus. En troisième position, l'Autodéfense de la République de Pologne (SRP) réalisait le meilleur résultat pour une formation populiste, avec 10,2 % des voix et 53 députés. Enfin, une formation nettement classée à l'extrême droite, la Ligue des familles polonaises (LPR), avait réussi une forte percée avec 7,9 % des suffrages, soit 38 parlementaires à la Diète.

Investi président du Conseil des ministres le 19 octobre, le social-démocrate Leszek Miller remet sa démission environ deux ans et demi plus tard, le , soit au lendemain de l'adhésion de la Pologne à l'Union européenne. La SLD, alors frappée par les scandales de corruption, le remplace par Marek Belka, qui n'obtient la confiance des députés que lors de sa seconde tentative.

Les élections européennes du 13 juin 2004 confirment l'effondrement de la SLD, qui n'obtient que 9,4 % des voix, arrivant ainsi en cinquième position, derrière la PO, la LPR, le PiS et la SRP, tandis que la Social-démocratie de Pologne (SDPL), dissidence de l'Alliance dont elle soutient le gouvernement, réussit son entrée au Parlement européen avec 5,3 % des voix. Avec les 6,3 % du PSL, la coalition au pouvoir ne réunit donc que 21 % des suffrages.

Ayant décidé de rejoindre le Parti démocrate (PD), Belka remet sa démission, refusée par le président de la République, Aleksander Kwaśniewski, le .

Forces et chefs de file[modifier | modifier le code]

Force politique Idéologie Chef de file Score en 2001
Alliance de la gauche démocratique (SLD)
Sojusz Lewicy Demokratycznej
Centre gauche
Social-démocratie, social-libéralisme, troisième voie
Wojciech Olejniczak 41 % des voix
216 députés
75 sénateurs
Plate-forme civique (PO)
Platforma Obywatelska
Centre droit
Libéral-conservatisme, démocratie chrétienne
Jan Rokita 12,7 % des voix
65 députés
2 sénateurs
Autodéfense de la République de Pologne (SRP)
Samoobrona Rzeczpospolitej Polskiej
Gauche
Étatisme, agrarisme, populisme, nationalisme
Andrzej Lepper 10,2 % des voix
53 députés
2 sénateurs
Droit et justice (PiS)
Prawo i Sprawiedliwość
Droite
Conservatisme, nationalisme, euroscepticisme
Jarosław Kaczyński 9,5 % des voix
44 députés
0 sénateurs
Parti paysan polonais (PSL)
Polskie Stronnictwo Ludowe
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, agrarisme
Waldemar Pawlak 9 % des voix
42 députés
4 sénateurs
Ligue des familles polonaises (LPR)
Liga Polskich Rodzin
Extrême droite
Conservatisme national, social, catholicisme, populisme
Roman Giertych 7,9 % des voix
38 députés
2 sénateurs

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores à la Diète[modifier | modifier le code]

Parti Voix Députés
Voix  % +/- Sièges +/-  %
Droit et justice (PiS) 3 185 714 26,99 % en augmentation 17,49 155 en augmentation 111 33,7 %
Plate-forme civique (PO) 2 849 259 24,14 % en augmentation 11,46 133 en augmentation 68 28,9 %
Autodéfense de la République de Pologne (SRP) 1 347 355 11,41 % en augmentation 1,21 56 en augmentation 3 12,2 %
Alliance de la gauche démocratique (SLD) 1 335 257 11,31 % en diminution 29,73 55 en diminution 161 12,0 %
Ligue des familles polonaises (LPR) 940 762 7,97 % en augmentation 0,10 34 en diminution 4 7,4 %
Parti paysan polonais (PSL) 821 656 6,96 % en diminution 2,02 25 en diminution 17 5,4 %
Social-démocratie de Pologne (SDPL) 459 380 3,89 % en augmentation 3,89 0 en stagnation 0,0 %
Parti démocrate (PD) 289 276 2,45 % en augmentation 2,45 0 en stagnation 0,0 %
Minorité allemande (MN/WKDM) 34 469 0,29 % en diminution 0,07 2 en stagnation 0,4 %
TOTAL (participation : 40,57 %) 11 228 659 95,13 % N/A 460 en stagnation 100,0 %

Scores au Sénat[modifier | modifier le code]

Parti Sénateurs
Sièges +/-
Droit et justice (PiS) 49 en augmentation 49
Plate-forme civique (PO) 34 en augmentation 2
Ligue des familles polonaises (LPR) 7 en augmentation 5
Autodéfense de la République de Pologne (SRP) 3 en augmentation 2
Parti paysan polonais (PSL) 2 en diminution 2
Alliance de la gauche démocratique (SLD) 0 en diminution 75
Social-démocratie de Pologne (SDPL) 0 en stagnation
Parti démocrate (PD) 0 en stagnation
Indépendants 5 en augmentation 3
TOTAL (participation : 40,57 %) 100 en stagnation

Analyse[modifier | modifier le code]

Le discrédit qui frappait, depuis 2004, la SLD se traduit dans les urnes, avec un recul de presque trente points. Avec 11,3 % des voix et la quatrième position, la formation connaît le plus mauvais résultat de son histoire. Cet effondrement, similaire à celui connu quatre ans plus tôt par l'Alliance électorale Solidarité (AWS), ne profite pas réellement aux autres forces du centre gauche et du centre, la SDPL et le PD échouant à entrer à la Diète, tandis que le PSL connaît un léger repli.

La victoire revient, en effet, aux forces du centre droit et de la droite, ainsi qu'aux populistes nationalistes, dans une moindre mesure étant donnée la progression très modérée, voire le recul, de la SRP et de la LPR. En revanche, le progrès est manifeste pour la PO et surtout pour PiS, qui passe de quatrième à premier parti du pays, tout en devant se contenter d'une majorité relative. Dans l'ensemble, ce scrutin est un échec pour les formations pro-européennes et libérales, les partis nationalistes, conservateurs et étatistes remportant 46,4 % des voix et 235 députés, soit la majorité absolue.

La situation est accentuée au Sénat, où les sièges sont pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Les sociaux-démocrates, qui avaient les trois quarts des sièges de l'assemblée sortante, en sont totalement évincés, tandis que les conservateurs ratent de deux sièges la majorité absolue. C'est la première fois, depuis les élections sénatoriales libres de 1989, qu'aucun parti de gauche n'est présent à la chambre haute. Là encore, dans l'ensemble, les forces nationalistes s'imposent nettement, avec 59 sénateurs, contre 36 aux formations europhiles.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Alors que, tout au long de la campagne, Droit et justice et la Plate-forme civique avaient affirmé leur volonté de former un gouvernement de coalition, qui aurait donc disposé d'une forte majorité de 288 députés et 83 sénateurs, les deux formations sont incapables de trouver un accord. PiS choisit alors de former un gouvernement minoritaire et désigne, le 27 septembre, le député Kazimierz Marcinkiewicz, ancien président du groupe à la Diète, comme candidat aux fonctions de président du Conseil des ministres.

Ce dernier est officiellement nommé le 19 octobre par le président de la République, Aleksander Kwaśniewski. Son gouvernement, constitué de membres du parti et d'indépendants, prête serment douze jours plus tard devant le chef de l'État. Le 10 novembre, il remporte le vote de confiance à la Diète par 272 voix contre 187, grâce au soutien de la SRP, de la LPR et du PSL.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]