Les Pyramides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Pyramides
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Division territoriale française
Région française
Arrondissement français
Département français
Commune
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Patrimonialité
Histoire
Origine du nom

Les Pyramides est un quartier constitué d'un grand ensemble à Évry-Courcouronnes, en Essonne, en France.

L'ensemble de bâtiments est labellisé « Patrimoine du XXe siècle » depuis le [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le quartier est situé sur le territoire de la commune déléguée d'Évry. Il est entouré par la route nationale 7 à l'est, le boulevard de l'Europe au sud et le boulevard des Champs-Élysées à l'ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Projet lancé en 1971 pour initialement sept mille logements, il fut ramené à deux mille cinq cents logements sur trois cent mille mètres carrés pour un coût global de 792 000 000 francs. Sur un plan approximativement carré, construit autour d’un plan d’eau artificiel cerné par une place, et entouré par le vaste parc des Loges, avec une terrasse par appartement et des allées piétonnes, disposant d’écoles maternelles et élémentaires, d’un collège et de commerces, il devait permettre de renouer avec l’esprit village. Les immeubles au plan pyramidal sont un empilement de module pré-construits implantés sur des poteaux et des dalles. La plupart furent imaginés par des architectes de renom, Michel Andrault et Pierre Parat, Michel Macary ou Paul Sirvin[2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui classé zone urbaine sensible[3] et zone franche urbaine[4], il concentre dix mille habitants sur cinquante-trois hectares, habitants pour 52 % des logements sociaux. Un taux de chômage de 19,1 % en 1999, 24,7 % de non-diplômés entraînent un revenu annuel médian par ménage particulièrement faible de 8 564 euros et la non-imposition de 57,4 % des ménages en 2004. En 1999, le quartier concentre 45,1 % d’habitants de moins de vingt-cinq ans.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lucarne magique[modifier | modifier le code]

Représentation graphique de « la lucarne magique »
(48° 38′ 10″ N, 2° 25′ 42″ E)

En , un « jeu de la fenêtre » devient l'objet d'un engouement sur les médias sociaux et reçoit une couverture médiatique importante. Il consiste à tirer et faire rentrer un ballon de football dans la fenêtre du local à poubelle de l'immeuble sis 24 rue Jules-Vallès depuis le trottoir d'en face. Désormais surnommée « la lucarne magique », « la lucarne enchantée » ou bien « la fenêtre d'Évry », l'origine de ce défi remonte à une vidéo postée en dans laquelle un habitant nommé Djibril, surnommé Gay « l’ancien », interpellé par des cris, intervient et réussit à rentrer le ballon du premier coup[5],[6],[7],[8].

Personnalités liées au quartier[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]