La môme Moineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Môme (homonymie).
Ne pas confondre avec « La môme Piaf », premier nom de scène d'Édith Piaf
La môme Moineau
La môme moineau.jpg
La môme Moineau dans son yacht en 1950
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lucienne Suzanne DhotelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint

Lucienne Suzanne Dhotelle, dite la môme Moineau, est une chanteuse française des années 1920, née à Reims le 15 janvier 1908, morte à l'hôpital américain de Paris, le 18 janvier 1968.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle était la fille d'un marchand ambulant, Lucien Gaston Dhotelle, natif de Saint-Quentin, et d'Henriette Vreurick Mottais, qui demeuraient alors 12, rue des Moulins à Reims. Vendeuse de fleurs, à Paris, dans les boîtes de nuit de Montmartre et de Montparnasse, elle fut remarquée par le couturier Paul Poiret, en 1925, alors qu'elle chantait dans la rue, devant le Fouquet's, et devint une chanteuse à succès, qui n'avait pas peur de montrer ses fesses. Vedette de Broadway, elle fit la connaissance à New York du richissime Felix Benitez Rexach, ingénieur et homme d'affaires portoricain, qui l'épousa en 1929. Ce fut la fin de sa carrière de chanteuse.

Devenue milliardaire, et l'une des femmes les plus riches du monde, elle était propriétaire d’un yacht somptueux, d'un avion privé (un DC3), des villas « Carmen » à Maisons-Laffitte et « Bagatelle » à Cannes. Habituée des casinos de la Côte d’Azur, le vol de ses fabuleux bijoux à l'« hôtel de la Vieille Fontaine » à Maisons-Laffitte, défraya la chronique. Roger Borniche en tira un roman policier, L'Affaire de la Môme Moineau, publié chez Grasset en 1986.

La môme Moineau repose auprès de son mari Felix au vieux cimetière de San Juan à Porto Rico, dans une tombe de style temple grec en marbre noir.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sans un, disque 78 tours Gramophone K.16439 Jean Lenoir, 1926
  • La Java de minuit, disque 78 tours Gramophone K.7439, 1932
  • L'Accordéon ; La Java de minuit, disque 78 tours Eldorado L.2008 enregistré en octobre 1933
  • Entre Saint-Ouen et Clignancourt, 1936

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]