La Calisto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Callisto.

La Calisto

Description de cette image, également commentée ci-après

Diane et Callisto par Le Titien

Genre Dramma per musica
Nbre d'actes 3 actes et un prologue
Musique Francesco Cavalli
Livret Giovanni Faustini
Langue
originale
Italien
Sources
littéraires
Les Métamorphoses d'Ovide
Création
Teatro Sant'Apollinare, Venise

Représentations notables

Personnages

  • Calisto (soprano)
  • Diana (soprano)
  • Endimione (contralto)
  • Giove (basse)
  • Giunone (soprano)
  • Il Destino (soprano)
  • L'Eternità (soprano)
  • Linfea (soprano)
  • La Natura (contralto)
  • Mercurio (ténor)
  • Pane (contralto)
  • Satirino (soprano)
  • Sylvano (basse)

La Calisto est un dramma per musica en un prologue et trois actes de Francesco Cavalli sur un livret de Giovanni Faustini d'après Les Métamorphoses d'Ovide.

Genèse[modifier | modifier le code]

Le livret a été publié en 1651 par Giuliani et Batti.

Création[modifier | modifier le code]

La première représentation eut lieu à Venise le au Teatro Sant'Apollinare. À cette époque, ce théâtre était équipé d'une machinerie de scène complexe afin d'impressionner le public avec des effets spéciaux. La première représentation n'eut pourtant pas beaucoup de succès, et la série de onze représentations du 28 novembre au 31 décembre 1651 ne totalisa que 1 200 spectateurs, alors que le théâtre pouvait en accueillir 400.

Giovanni Faustini mourut pendant celle-ci, le 19 décembre 1651[1].

Recréation de Glyndebourne[modifier | modifier le code]

Il fallut attendre la première moitié du XXe siècle pour que l'opéra rencontre le succès qu'on lui connaît. La « réalisation » (comme il nommait lui-même ses représentations) de La Calisto par Raymond Leppard pour le Festival de Glyndebourne en 1970 contribua fortement à l'engouement actuel pour l'opéra baroque.

Distribution de Glyndebourne[modifier | modifier le code]

  • Calisto (soprano) : Ileana Cotrubas
  • Diana (soprano) : Janet Baker
  • Endimione (contralto) : James Bowman
  • Giove (basse) : Ugo Trama
  • Giunone (soprano) : Teresa Kubiak
  • Il Destino (soprano) : Teresa Cahill
  • L'Eternità (soprano) : Enid Hartle
  • Linfea (soprano) : Hugues Cuenod
  • La Natura (contralto) : Marjorie Biggar
  • Mercurio (ténor) : Peter Gottlieb
  • Pane (contralto) : Federico Davia
  • Satirino (soprano) : Janet Hugues
  • Sylvano (basse) : Owen Brannigan

Argument[modifier | modifier le code]

L'histoire est basée sur le mythe de Callisto dans Les Métamorphoses d'Ovide.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Jane Glover a étudié l'utilisation du mythe de Callisto dans l'opéra vénitien du XVIIe siècle ainsi que les complications (absentes de l'histoire de base) que le librettiste devait greffer pour contenter le public[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Piotr Kaminski, Mille et un opéras, p. 235
  2. Jane Glover, The Peak Period of Venetian Public Opera: The 1650s

Sources[modifier | modifier le code]