La Bastille (Beuzeville-la-Bastille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Bastille
Image illustrative de l'article La Bastille (Beuzeville-la-Bastille)
La vieille bastille sur une carte postale.
Période ou style Médiéval
Type Tour forte
Début construction XIVe siècle
Destination initiale Tour de guet
Destination actuelle Détruit
Coordonnées 49° 21′ 32″ nord, 1° 22′ 10″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Normandie
Département Manche
Commune Beuzeville-la-Bastille

Géolocalisation sur la carte : Manche

(Voir situation sur carte : Manche)
La Bastille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Bastille

La Bastille est une ancienne tour forte, du XIVe siècle[2], dont les vestiges se dressent sur la commune de Beuzeville-la-Bastille, en Cotentin, dans le département de la Manche en région Normandie.

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges de La Bastille sont situés dans le département français de la Manche sur la commune Beuzeville-la-Bastille, près du château de Plain-Marais, au bord de la rive sud de la Douve, sur un îlot, au passage du gué.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle servait à protéger le passage à gué du fleuve. On ignore la date à laquelle elle fut érigée : en 1330[3], dans le cadre du plan de défense des côtes ; ou en 1374[3], lors du siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte. L'ouvrage aurait été attesté dès 1361 et construit par Charles le Mauvais[4]. Le 16 octobre 1374, à Saint-Lô, « ordre donné par les commissaires du roi en Basse-Normandie de lever les deux tiers des fouages pendant un an, pour défendre Pont-l'Abbé et la bastide de Beuzeville, et chasser les ennemis du pays »[5].

En 1376, dans un acte[6], Jean de Vienne prend la Bastille de Beuzeville. Peu après le seigneur de la Ferté y place dix hommes d'armes. En 1449, elle est reprise aux Anglais[7]. Une petite garnison la défend après la guerre de Cent-Ans[3].

Au début de la Révolution, elle est encore debout et on y monte la garde en 1792[8] et on fait du feu dans la cheminée. Elle est détruite en 1928.

Description[modifier | modifier le code]

C'était une sorte de grosse tour de plan carré d'un peu moins de 7 mètres de côté qui était entourée par une petite cour à murailles basses formant une croix grecque. Elle a été construite sur des pilotis de chêne, que l'on a observés lors de la construction du pont[9]. Dans l'appartement où se trouvait la cheminée, au midi, on voyait les rainures qui servaient à passer les chaînes du pont-levis. Du même côté, on voyait les restes de maçonnerie d'une pile de pont, car une partie de la rivière passait de ce côté, d'où sa position sur un îlot. Elle avait environ 10 mètres de hauteur, un toit en plate-forme, protégé par un parapet. Ces ouvertures étaient carrées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. « Édifice Fortifié dit la Bastille », notice no IA00001122, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. a, b et c Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France 1987, p. 150.
  4. Adigard des Gautries et Lechanteur cite une mention de 1374 : « la bastide de Beuseville assise nouvellement devant […] Saint Sauveur ».
  5. Monuments historiques: Text, Volume 1, par Jules Tardif, p. 404, cartons des rois - Charles V.
  6. Cité par Dom Le Noir, dans un livre intitulé "La Normandie, pays d'États".
  7. Histoire du connétable de Richemont.
  8. Mémoires de la Société impériale académique de Cherbourg, 1867, p. 305.
  9. Bulletin monumental, Volume 20 par Société française d'archéologie, p. 585.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703).
  • Société impériale académique de Cherbourg, Mémoires, impr. Ch de Feuardent, Cherbourg, 1867.

Articles connexes[modifier | modifier le code]