L'Hystérique de l'étrange lucarne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Hystérique de l'étrange lucarne
Épisode de Doctor Who
Murphy TV 1951.JPG
Téléviseur des années 1950

Titre original The Idiot's Lantern
Numéro d'épisode Saison 2 (2de série)
Épisode 7
Réalisation Euros Lyn
Scénario Mark Gatiss
Production Phil Collinson
Durée 45 minutes
Diffusion Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni :
27 mai 2006 sur BBC1
Drapeau de la France France :
18 janvier 2007 sur France 4
Personnages Docteur :
10e (David Tennant)
Compagnon :
Rose Tyler (Billie Piper)
Epoque 1953
Chronologie
Précédent Le Règne des Cybermen, deuxième partie La Planète du Diable, première partie Suivant
Liste des épisodes

L'Hystérique de l'étrange lucarne est le 7e épisode de la saison 2 de la deuxième série de la série télévisée britannique Doctor Who. Il a été diffusé pour la première fois le 27 mai 2006 sur BBC One et a réuni 6,76 millions de téléspectateurs[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Rose arrivent à Londres en 1953. Plusieurs personnes ont la télévision grâce un marchand très généreux. Alors que plusieurs personnes se font enlever par la police, le Docteur comprend que la télévision n'a rien de bon...

Distribution[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Docteur a l'intention d'emmener Rose à un concert d'Elvis Presley à New York, mais le TARDIS se pose à Londres en 1953, la veille du couronnement de la reine Élisabeth II. Le duo est intrigué lorsqu'il voit un homme, le visage dissimulé sous une couverture, emmené par la police. Le Docteur et Rose se rendent chez la famille Connolly, dont la grand-mère est atteinte d'un mal étrange : elle n'a plus de visage. Son petit-fils Tommy observe que les problèmes ont commencé depuis que les gens du quartier achètent des téléviseurs bon marché dans la boutique de Monsieur Magpie. La police les interrompt et s'empare de la grand-mère ; le Docteur se lance à sa poursuite et découvre d'autres victimes tandis que Rose part enquêter dans le magasin de Magpie. Là, elle découvre à l'intérieur d'une télévision une entité se nommant elle-même « la Puissance électrique » ou « le Courant », qui, exécutée par son peuple d'origine, « se nourrit de l'activité électrique du cerveau » des personnes auxquelles elle s'attaque et cherche à retrouver une forme physique. Les millions de personnes qui vont suivre le couronnement devant leur télévision sont donc en danger. Rose ne peut se sauver et le Courant lui prend son visage.

Alors que le Docteur, découvert, parle avec l'inspecteur principal Bishop, un des hommes de ce dernier amène Rose, qui « errait dans la rue ». Cette nouvelle met le Docteur dans une colère noire. Lui et l'inspecteur vont chercher l'aide de Tommy, qui découvre entre temps que son père a dénoncé tous ses voisins et même sa belle-mère. Ils se rendent ensemble au magasin de Magpie. Le Courant leur dévoile ses plans et essaye ensuite de les vider de leur énergie, mais elle est mise en échec (sauf pour l'inspecteur) par le Docteur qui se sert de son tournevis sonique pour interrompre le processus. Le Courant bat en retraite dans le téléviseur portable construit par Magpie et se dirige vers l'Alexandra Palace, un centre de transmission. Pendant ce temps, le Docteur construit un dispositif visant à l'emprisonner puis se lance à sa poursuite. Magpie réussit à brancher le Courant sur l'antenne de transmission, lui permettant de commencer à absorber l'énergie des téléspectateurs. Grâce à l'aide de Tommy, le Docteur parvient à l'enfermer dans une cassette Betamax. Les victimes retrouvent leur visage, Rose et le Docteur se joignent aux gens qui fêtent le couronnement d'Elisabeth II.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Bishop dit qu'il rique d'avoir des problèmes avec Torchwood.
  • On pourra revoir le sigle de "Magpie Television" dans différents objets aussi bien dans Doctor Who que dans ses séries dérivées.
  • Le site de la BBC mis en ligne durant l'époque de diffusion de l'épisode, un mini-jeu basé sur l'épisode consistant à rechercher des messages du Cable à travers différentes retransmissions télévisées.
  • Dans une scène coupée, le Docteur disait avoir des problèmes avec les émetteurs, en référence à l'épisode de 1981 « Logopolis »

Références culturelles[modifier | modifier le code]

La télévision est au cœur de cet épisode, comme l'indique son titre : The Idiot's Lanterne (la lanterne aux idiots), qui est l'expression dont se servait le père du scénariste Gareth Roberts pour décrire cet objet[2]. L'Hystérique de l'étrange lucarne se base sur une anecdote réelle, l'impulsion que le couronnement d'Élisabeth II a donné à la vente de téléviseurs[3]. Cependant, à l'époque, un téléviseur semblable à ceux que proposaient Magpie £5 était vendu £70[4].
La phrase « Are you sitting comfortably? Then I'll begin » (en français : « Êtes-vous installé confortablement ? Bien, nous pouvons commencer ») a été popularisée entre 1950 et 1982 par une émission pour enfants de BBC Radio, Listen with Mother[5]. Une des autres phrases prononcées par le Courant, « Goodnight children, everywhere » (« Bonsoir les enfants, où que vous soyez ») était la phrase fétiche du présentateur Derek McCulloch dans Children's Hour[6]. Muffin the Mule est l'un des programmes télévisés que regardent les Connolly. Enfin, plusieurs innovations télévisuelles sont évoquées : la télévision en couleur, la télévision portable et le magnétoscope.

Quelques références musicales émaillent aussi l'épisode. Originellement, Rose et le Docteur devaient se rendre à un concert d'Elvis Presley au Ed Sullivan Show. Alors que Tommy lui dit qu'ils ne pourront jamais retrouver Magpie, le Docteur déclare : « Il n'est jamais trop tard. Quelqu'un a dit ça un jour... C'est Kylie je crois », en référence à la chanson Never Too Late de Kylie Minogue.

Rose prétend que le drapeau anglais est nommé « Union Jack » uniquement en mer et qu'il faut utiliser l'expression « drapeau de l'Union » dans les autres cas, ce qui est incorrect[7].

Le nom de "Florizel Street", la rue où les Connolly vivent, était le nom de travail de la série Coronation Street même si l'idée de départ situait l'histoire dans la "Powell Street" en référence aux "Powell Estate" où Rose vit avec sa mère.

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

L'idée originale de l'épisode telle que le producteur Russell T Davies la concevait était l'histoire d'un extra-terrestre atterrissant dans les années 50, capable de jouer une chanson qui efface la tête de ceux qui l'écoute. Pour développer le scénario il décide de faire appel au scénariste et acteur Mark Gatiss, connu pour être le créateur de la série Le Club des Gentlemen, et qui avait écrit durant la saison précédente le scénario de « Des morts inassouvis. » Gatiss étant passionné par l'histoire de la télévision (un aspect qu'il développera dans « An Adventure in Time and Space ») il décide plutôt que l'extra-terrestre prenne possession des gens à travers les signaux télévisés et prend le pic de vente des téléviseurs lors du couronnement d'Élisabeth II comme point de départ de son épisode. Il prend pour modèle de son méchant, Sylvia Peters, la speakerine emblématique de la BBC de 1947 à 1958.

Gatiss s'inspire d'une série télé anglaise célèbre dans les années 50 The Quatermass Experiment, qui a inspiré de nombreux épisodes de la série classique de Doctor Who. C'est d'ailleurs en tournant un rôle pour un remake de cette série qu'il croise David Tennant lui apprenant qu'il a été choisit pour être le nouveau Docteur. A l'origine dans son scénario, Rose devait rendre visite à sa tante, présentatrice d'une émission de télévision des années 50, mais l'idée fut trouvée trop compliquée pour Russell T Davies. Davies demandera aussi à ce que Magpie soit moins une figure maléfique et plus une personne ordinaire manipulé par une force mauvaise. D'autre chose furent changé, comme le grand père de Tommy qui devint une grand mère, une scène de poursuite en Vespa dans les couloirs du métro et l'explosion de la boutique de Magpie qui furent supprimés du scénario.

L'épisode devait s'intituler “The One-Eyed Monster” ("le monstre a un oeil") mais fut intitulé "The Idiot's Lanterne" sur une suggestion de Gareth Roberts.

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Cet épisode fut tourné lors du quatrième bloc de tournage de la deuxième saison en même temps que « Londres 2012 ». Le réalisateur engagé pour ces épisodes fut Euros Lyn qui avait déjà filmé les épisodes « Un Loup-garou royal » et « La Cheminée du temps » plus tôt dans la saison.

Le tournage de l'épisode débuta le 23 janvier 2006 à l'Alexandra Palace de Londres. Il fut filmé les scènes où Maureen Lipman joue le Cable ainsi que des plans d'extérieurs. Puis le tournage se déplaça sur Cardiff et sa région dans plusieurs lieux de tournages[10] :

  • Florentia Street, pour les scènes d'extérieur de Florizel Street (filmées les 7, 8, 9 et 16 février 2006.)
  • Blenheim Road pour les scènes d'extérieur de la boutique de Magpie (filmées le 10 février 2006.)
  • Les scènes dans l'appartement des Connolly et dans la boutique de Magpie furent tournées au studio Unit Q2 à Cardiff, le studio principal servant aux épisodes de la série (filmées les 13, 14, 15, 22 et 26 février 2006.)
  • La Cardiff Royal Infirmary pour la scène dans l'Alexandra Palace (filmée le 17 février 2006.)
  • L'héliport de Cardiff pour la scène de combat sur l'antenne (filmée le 18 février 2006.)
  • Les Docks de Newport à Cardiff pour les scènes à l'intérieur du QG de Bishop (filmées les 20 et 21 février 2006.)

TARDISode[modifier | modifier le code]

Durant la saison 2 les épisodes de Doctor Who étaient accompagnés de « TARDISodes » disponibles sur le net ou via téléphone portable, ce sont des mini-épisodes d'environ 60 secondes. N'ayant pas rencontré le succès escompté, ils ont été arrêtés à la fin de la saison 2. Ceux-ci furent scénarisés par Gareth Roberts. Le TARDISode de cet épisode montre la grand mère Connolly se faisant avaler par le Cable. Il fut tourné à Unit Q2 dans les décors de la série le 16 février 2006.

Diffusion et critiques[modifier | modifier le code]

6,76 millions de téléspectateurs ont regardé l'épisode lors de sa première diffusion sur BBC One le 27 mai 2006. Il réalise la sixième meilleure audience de la chaîne pour la semaine du 22 au 28 mai 2006, derrière quatre épisodes d'EastEnders et un épisode de New Tricks, et la meilleure audience du jour toutes chaînes confondues, mais est aussi paradoxalement un des épisodes de la saison 2 de Doctor Who qui a rassemblé le moins de téléspectateurs[11] L'épisode obtint un indice de satisfaction de 84%[12].

Toutefois les critiques sont mitigées. Stephen Brook de The Guardian n'a pas apprécié l'épisode. Il a critiqué entre autres la private joke constituant à appeler la rue où vivent les familles attaquées « Florizel Street », alors qu'il s'agit du nom original de Coronation Street (une autre série de la BBC), le « sermon » de Tommy sur le fascisme, et un scénario assez peu développé[13]. Sur IGN, Ahsan Haque écrit que cet épisode est loin de compter parmi les meilleurs de Doctor Who et lui décerne la mention « Passable », même s'il relève que certaines anecdotes sont intéressantes[14]. Ian Berriman du magazine SFX donnera la note de 4 sur 5 même s'il trouve que le sujet de l'épisode est "assez négligeable." Il note qu'il s'agit là d'un épisode "divertissant" et salut la réalisation d'Euros Lyn. Il apprécie l'intrigue secondaire autour de la famille Connolly[15]. Sur le site de Digital Spy Dek Hogan se montre tout aussi déçu de cet épisode qu'il avait apprécié le précédant scénarisé par Mark Gatiss, « Des morts inassouvis. » Il trouve que l'épisode est plus un pastiche d'épisode Doctor Who qu'un véritable épisode, estimant que la performance de Maureen Lipman est raté, que la menace n'est pas assez bien traité et que l'intrigue secondaire avec Tommy est ennuyante[16].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Weekly Top 30 Programmes, BBC1, w/e 28 May 2006.
  2. Andrew Pixley (2006). "The Idiot's Lantern". Doctor Who Special Edition #14 — The Doctor Who Companion: Series Two: 62–69.
  3. 1953, la télévision crée l'événement historique en direct.
  4. (en) Your Place & Mine, BBC Home.
  5. (en) BBC children's classics could return on commercial radio station, The Guardian.
  6. (en) The Idiot's Lanters : Fact File, BBC.
  7. (en) The history and meaning of the Union Jack or Union Flag.
  8. (en) Big Finish, 1.1 I, Davros - Innocence.
  9. (en) Cast & Crew de Fury from Deep sur le site de la BBC.
  10. (en) « The Idiot's Lantern - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 20 janvier 2014)
  11. www.barb.co.uk weekly report
  12. « The Idiot's Lantern », Doctor Who Magazine, Tunbridge Wells (Kent), Panini Comics, no 14 – Special Edition « The Dr Who companion Series • Two »,‎ 9 novembre 2006
  13. (en) Doctor Who and the Invasion of the Self Indulgent, The Guardian, 30 mai 2006.
  14. (en) Doctor Who: "The Idiot's Lantern" Review, IGN, 13 novembre 2006.
  15. Ian Berriman, « Doctor Who 2.7 The Idiot's Lantern », SFX,‎ 28 mai 2006 (consulté le 29 avril 2012)
  16. Dek Hogan, « Unwire The Doctor », Digital Spy,‎ 28 mai 2006 (consulté le 29 avril 2012)