L'État de siège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir État de siège (homonymie).
image illustrant une pièce de théâtre
Cet article est une ébauche concernant une pièce de théâtre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'État de siège est une pièce de théâtre écrite par Albert Camus en 1948. Elle traite de la peur, plus exactement de la mise en place d'un régime totalitaire par l'instrumentalisation de la peur.

Présentation[modifier | modifier le code]

Malgré son sujet grave, L'État de siège est une pièce légère car les traits des personnages sont exagérés, voire tournés en dérision. Elle pose la question suivante : que se passe-t-il quand la peste, personnifiée sous les traits d'un jeune opportuniste, prend le pouvoir dans un pays où rien ne bouge ?

Écrite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la pièce dénonce le fonctionnement des régimes totalitaires en démontant le mécanisme de soumission de la peur. Albert Camus pense à la dictature d'Hitler, mais surtout à celle de Franco qui ne prendra fin qu'en 1975. En effet, la pièce se passe en Andalousie, à Cadix — les références de Camus furent souvent le théâtre espagnol de l'Âge d'or (il a adapté certaines pièces de Calderón)[1].

Le discours de Camus est universel. Il veut avant tout prévenir contre un éventuel retour de ce type de régime. Il aborde ainsi les thèmes de la résistance, de la révolte et de la liberté comme garde-fou contre la manipulation, la résignation, la soumission, la passivité… Repousser ce danger suppose des concessions politiques, sociales, ou même — semble-il — privées.

La pièce n'a pas été très bien accueillie au départ par la critique, qui s'attendait à une adaptation du roman La Peste. Camus en était pourtant fier, d'autant qu'il a pu considérer cette œuvre comme « un des écrits qui [lui] ressemble le plus[2] ». Il déclarait à son propos :

« Mon but avoué était d'arracher le théâtre aux spéculations psychologiques et de faire retentir sur nos scènes murmurantes les grands cris qui courbent ou libèrent aujourd'hui des foules d'hommes[1]. »

Représentations[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La pièce est créée le au Théâtre Marigny par la compagnie Renaud-Barrault sous la direction de Simone Volterra.

Distribution à la création[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

La pièce est reprise en 2017 à l'Espace Cardin par la troupe du Théâtre de la Ville dans la mise en scène d'Emmanuel Demarcy-Mota[1].

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]