Kim Thúy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kim Thúy
Kim Thuy.jpg
Kim Thúy au Festival America, à Vincennes,
septembre 2010.
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Kim Thúy, née Kim Thúy Ly Thanh le à Saïgon, est une écrivaine vieto-canadienne. Elle vit et travaille à Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 10 ans, Kim Thúy fuit son Viêtnam natal avec ses parents et ses deux frères, comme boat-people dans la cale d'un bateau. La famille rejoint un camp de réfugiés en Malaisie. En 1978, elle s'installe à Granby dans la région de la Montérégie au Québec, sans encore parler français. Elle réalise un double cursus universitaire à l'Université de Montréal. En 1990, elle obtient un diplôme en linguistique et traduction, puis un second en droit en 1993[1].

Kim Thúy est alors avocate pendant plusieurs années, dont trois à Saïgon, avant de démarrer une nouvelle carrière dans la restauration. Elle continue parallèlement à mener des activités de traductrice, interprète, couturière et chroniqueuse culinaire pour la radio et la télévision[2].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

En 2009, son premier roman Ru, inspiré de son propre parcours de réfugiée vietnamienne, est édité aux Éditions Libre expression[3]. Traduit dans plus de vingt-cinq langues, le livre devient un best-seller au Québec et en France. L'auteure est lauréate de nombreux prix littéraires tel le prix du Gouverneur général 2010, le grand prix RTL-Lire 2010 au Salon du livre de Paris ou le Prix du grand public au Salon du livre de Montréal[4].

En septembre 2011, Kim Thúy cosigne avec Pascal Janovjak, auteur Franco-suisse établi en Palestine et rencontré à Monaco, l'ouvrage À toi, un recueil de correspondances et de récits croisés entre les deux enfants de l'exil, adeptes du nomadisme[1].

Avec le roman Mãn publié en 2013, Kim Thúy poursuit l’exploration de sa double identité et sa relation à la cuisine. Mãn, c'est cette jeune Vietnamienne, mariée par sa mère à un restaurateur plus âgé et distant. Exilée à Montréal, elle s'initie aux subtilités de la cuisine[5].

En 2016, l'auteure s'attache au quotidien de Vi, la plus jeune sœur d'une famille de trois grands frères[6]. Dans ce nouveau roman d'apprentissage entre Saïgon et Montréal, de Suzhou à Boston, Kim Thúy questionne une nouvelle fois le déracinement et la construction personnelle loin des prédispositions et de la culture d'origine[7],[8].

En 2017, Kim Thúy édite l'ouvrage culinaire Le secret des Vietnamiennes aux Éditions Trécarré, un livre de recettes dédié aux recettes traditionnelles et secrets de préparation transmis entre les femmes d’une famille vietnamienne, d’une génération à l'autre[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les œuvres de Kim Thúy sont publiées en France aux Éditions Liana Levi et au Québec aux Éditions Libre expression.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les nombreuses vies de Kim Thuy », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « From lawyer to novelist: an alumna's amazing journey  », par Sylvain-Jacques Desjardins, sur nouvelles.umontreal.ca, 9 février 2010
  3. Jérôme Garcin, « De Saïgon à Montréal : Guerre et Paix », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  4. « Kim Thúy : auteure | Libre Expression », sur www.editions-libreexpression.com (consulté le 16 février 2018)
  5. Jean-Claude Raspienceas, « La saveur des mots et le goût de l'amour », La Croix,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  6. Josée Lapointe, « Kim Thúy : d'ombre et de lumière », La Presse,‎ (lire en ligne)
  7. Francoise Dargent, « Itinéraire d'une fille minuscule », Le figaro,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  8. « Il est comment le nouveau Kim Thuy ? », Elle,‎ , p. 58
  9. Rodger Brulotte, « Le secret des Vietnamiennes par l’auteure, Kim Thúy », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]