Kathleen Long

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kathleen (Ida) Long née à Brentford (Suffolk) le 7 juillet 1896 et décédée à Cambridge le 20 mars 1968 était une pianiste anglaise et une pédagogue. Elle fut aussi soliste et de musique de chambre. Elle se produisit en Europe, en Amérique du Nord ainsi qu'en Afrique du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kathleen Long fut une enfant prodige et apparu en public dès l'âge de huit ans. Elle joua pour la première fois à Londres, salle Aeolian le 1915. De 1910 à 1916 elle étudia avec Herbert Sharpe au Royal College of Music de Londres, où elle enseigna de 1920 à 1964.

Son répertoire préféré comprenait Mozart, Haydn, Scarlatti, Bach et Schumann. Mais il était plus vaste et large, allant du Fitzwilliam Virginal Book aux compositeurs contemporains, y compris les œuvres françaises, britanniques, scandinaves et allemandes.

Elle a joué avec les violoncellistes Pablo Casals (1946), James Whitehead, et Guilhermina Suggia, les violonistes Albert Sammons (1886-1957), Adila Fachiri, Eda Kersey et Antonia Brosa (dont elle fut le partenaire de 1948 à 1966[1]), l'altiste Rebecca Clarke (1886-1979), mais aussi avec le flûtiste français René Le Roy (1898-1985).

Elle joua Mozart sous la direction de Eduard van Beinum (1948) et la Ballade de Fauré[2] avec Charles Munch et Jean Martinon (1954).

En 1920 est fonde le The English Ensemble un quatuor avec piano et joue avec le Quatuor Français Loewenguth - notamment Schumann et Franck - et Quatuor Schweelincx en Hollande.

En 1950, elle fut décorée par le gouvernement français des Palmes Académiques pour avoir défendu la musique française et notamment pour avoir enregistré Gabriel Fauré. Elle fut élevée Commander of the Order of the British Empire pour sa défense de la musique anglaise en 1957, ayant créé de nombreux concertos pour piano de compositeurs britanniques.

Kathleen Long a enregistré de nombreux disques dans les années 1940 et 50 et était dotée d'un solide sens de l'humour[3].

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Bach, Concerto brandebourgeois no 5, Bwv 1050 (avec Frederick Grinke, violon, Gareth Morris, flûte, Boyd Neel String Orchestra, Dir. Boyd Neel, Decca, 1949)
  • Bach, Partita Bwv 825 (Decca, vers 1950)
  • Bach, Sonates pour flûte (avec René Leroy[4])
  • Brahms, Trio avec piano op. 8 (avec Eda Kersey, violon, James Whitehead, violoncelle, Decca)
  • Chabrier, Idylle & Bourrée fantasque (Decca LK 4043, juillet 1951)
  • Chabrier, Pièces pittoresques (Decca)
  • Debussy, Préludes, Livre II, L 123 (Decca, vers 1941[5])
  • Delius, Sonatina (avec Albert Sammons, Decca, 1944)
  • Delius, Sonates no 1 & 3 pour violon et piano (avec Albert Sammons, Decca, 1944 - Dutton CDBP 9768 Sonate no 3)
  • Fauré, Ballade, op. 19 (1944, Boyd Neel Orchestra, Dir. Boyd Neel - Dutton CDBP 9714)
  • Fauré, Ballade, op. 19 (1954, London Philharmonic Orchestra, Dir. Jean Martinon - Decca LXT 2963)
  • Fauré, Barcarolle 1, op. 26 & 2, op. 41 (Decca M574-5, 1945)
  • Fauré, Impromptu no 2, op. 31 (Decca)
  • Fauré, Thème et variations, op. 73 (Decca, 1943)
  • Fauré, Nocturnes no 6 (Decca M574-5, 1944)
  • Fauré, Nocturnes no 2, 4, 5, 7, 8 & 13 (Decca LXT 2963, 1954)
  • Françaix, Concertino pour clavier et orchestre (London Philharmonic Orchestra, Dir. Jean Martinon, Decca LXT 2963)
  • Grieg, Pièces Lyriques, op. 54 (Decca, vers 1943)
  • Haendel, Sonate no 3 pour flûte, Hwv 363b (avec René Leroy, 1929)
  • Haydn, Sonates Hob.XVI/20, 31, 40, 46 (Decca LXT5144, septembre 1955[6])
  • Haydn, Sonates Hob. XVI, 42 & 43 (BBC)
  • Leigh, Concertino pour piano & orchestre à cordes (années 1940, Dutton CDBP 9714)
  • Mozart, Concerto pour piano no 12, Kv. 414 (Boyd Neel Orchestra, Dir. Boyd Neel, vers 1940 - Decca)
  • Mozart, Concerto pour piano no 14, Kv. 449 (Boyd Neel Orchestra, Dir. Boyd Neel, 1935 - Decca K784-46[7])
  • Mozart, Concerto pour piano no 15, Kv. 450 (Boyd Neel Orchestra, Dir. Boyd Neel, 1944) - Dutton CDBP 9714
  • Mozart, Concerto pour piano no 24, Kv. 491 (Orchestre du Concertgebouw, Dir. van Beinum, 1948 - Decca AK2075-8 / ACL 168[8]) - Music & Arts MACD 1054
  • Mozart, Concerto pour piano no 25, Kv. 503 (Boyd Neel Orchestra, Dir. Boyd Neel, 1938 - Decca, X229-32[9])
  • Mozart, Quintette avec piano Kv. 452 (avec Leon Goossens, hautbois, Frederick Thurston, clarinette, Aubrey Brain, cor, et J. Alexandra, basson - National Gramophonic Society, 1929)
  • Mozart, Trio avec piano (avec Rebecca Clarke, alto et Frederick Thornton, clarinette - National Gramophonic Society, vers 1931)
  • Mozart, Trio avec piano Kv. 548 (avec Eda Kersey, Violon & James Whitehead, violoncelle - Decca)
  • Mozart, Sonate Kv. 576 (National Gramophonic Society, février 1929)
  • Mozart, Sonate Kv. 282 (Musicraft set, 1938)
  • Mozart, Sonate Kv. 283 (Musicraft set, 1938)
  • Paradies, Toccata (Decca M517, vers 1942[10])
  • Ravel, Tombeau de Couperin (Decca LK 4043, juillet 1951[11])
  • Ravel, Sonatine (Decca, vers 1927)
  • Scarlatti, Sonates, K 45, 47, 62, 69, 84, 98, 137, 193, 201, 235, 247, 366, 447, 455, 457, 492, 532 (Decca M581, LM4541 & LX3073, 1944, 1947, 1950 à 52)
  • Schubert, Sonate, D 568/op. 122 (Decca)
  • Schubert, Sonate, op. 164 (Decca)
  • Schubert, Sonate pour violon et piano (avec Albert Sammons, Decca)
  • Schumann, Scène d'enfant op. 15 (Decca)
  • Schumann, Novelettes op. 21 no 2 & 8 (Decca LK 4023, 1950)
  • Schumann, Sonate, op. 22 (Decca LK 4023, 1948)
  • Schumann, Romanze, op. 28 no 2 (Decca LK 4023, 1950)

Références[modifier | modifier le code]

Partiellement traduit de la version anglaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]