Kuka (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis KUKA Systems)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kuka.

Kuka Roboter GmbH
logo de Kuka (entreprise)

Création 1898/1995
Fondateurs Johann Josef Keller et Jakob Knappich
Personnages clés Manfred Gundel (CEO)
Forme juridique Société anonyme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Augsbourg
Drapeau d'Allemagne Allemagne
Actionnaires MideaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Machines et matériel d'équipement, technologie d'automatisation
Produits Robots industriels, systèmes de commande
Filiales Kuka Systems
Effectif 3 150 (Kuka Roboter - 30/09/2012)
Site web www.kuka.com

Chiffre d’affaires 1 435 Millions € (consolidé 2011)
création de l'entreprise en 1898 par Johann Josef Keller et Jakob Knappich

Kuka est une entreprise spécialisée dans les robots industriels et les prestations de production automatisées destinées aux industries. Elle est basée à Augsbourg en Allemagne. La société compte 25 filiales dont la plupart opèrent dans la distribution et les services, aux États-Unis, au Mexique, au Brésil, au Japon, en Chine, en Corée du Sud, en Inde, à Taiwan, ainsi que dans plusieurs pays d’Europe et en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1898, l’usine d’acétylène Acetylenwerk Augsburg a été fondée par Johann Josef Keller et Jakob Knappich pour la production d’éclairage domestique et municipal à faible coût, d’appareils ménagers et de phares d’automobiles. En 1905, la production s’est étendue aux équipements de soudage à l’autogène. Après la Première Guerre mondiale, Keller et Knappich ont repris la production de treuils de puissance, à commande manuelle et de sécurité au freinage automatiquement régulé, et a commencé en plus la fabrication de grandes cuves. De cette activité fut fondée en 1922 la Bayerische Kesselwagen GmbH. La Bayerische Kesselwagen GmbH était chargée du développement et de la production de superstructures pour les véhicules municipaux (machines de nettoyage des rues, des camions des eaux usées, des camions à ordures). La dénomination Kuka apparaît la même année en se rapportant au nom de la société de l’époque « Keller und Knappich Augsburg ».

Le développement et la fabrication d'équipements de soudage par points a commencé en 1936. Trois ans plus tard, la société Kuka comptait plus de 1 000 employés. Après la destruction des principaux bâtiments de la société au cours de la Seconde Guerre mondiale, Kuka a recommencé en 1945 avec la fabrication de machines de soudage et autres petits appareils. Avec des produits tels que la machine à tricoter circulaire à double cylindre et la machine à écrire portative « Princess », Kuka a investi dans de nouveaux domaines industriels. En 1956, Kuka a fabriqué un système de soudage automatique pour la fabrication de réfrigérateurs et machines à laver et fourni une ligne de soudage multipoints à Volkswagen AG. Dix ans plus tard, une machine de soudage par friction est entrée en production. En 1967, Kuka applique la méthode de soudage à l'arc. En 1971, une ligne de soudage robotisée est installée pour la fabrication de la Classe S de Daimler-Benz. Un an plus tard, la machine de soudage à l'arc magnétique est commercialisée.

Avec la production du robot « Famulus », robot industriel à 6 axes électromécanique, Kuka entre en 1973 dans la robotique et, en 1978, vient le robot IR 601/60, robot à six axes électriques et poignet angulaire. L’entreprise appartenait à cette époque au groupe Quandt et, quand la famille Quandt s’est retirée en 1980, elle est devenue une entreprise publique. En 1981, les principales activités de Kuka ont été concentrées en trois sociétés indépendantes : Kuka Schweissanlagen und Roboter , Kuka Umwelttechnik et Kuka Wehrtechnik qui a été revendue à Rheinmetall en 1999. Vers la fin de 1982, la société LSW Maschinenfabrik GmbH à Brême est devenue une filiale de Kuka.

En 1989, des robots avec moteurs sans balai est lancée. En 1993, les systèmes de soudage au laser pour la couverture de toit ont été mis au point, puis ont ensuite reçu les apports des technologies d’encollage et d'étanchéité. À la même époque, Kuka a repris les outils et le fabricant d'équipement, Schwarzenberg GmbH[pas clair], et distribué ses produits en Chine et aux États-Unis. En 1995, le service de robotique est créé à partir de la division de Kuka Schweissanlagen + Roboter.

Kuka Schweißanglagen change de nom en 2007 pour devenir Kuka Systems. En 2010, Kuka présente une cellule standardisée pour les prestations de soudage, portant le nom de Kuka FlexiCUBE.

En mai 2016, Midea, entreprise chinoise d'électroménager, annonce une offre d'acquisition sur Kuka de 5 milliards de dollars[1]. Le 8 août, Midea annonce détenir 94,55 % des actions Kuka. En décembre 2016, suite au refus des autorités américaines d'accepter cette opération, Kuka annonce la vente de ses activités américaines à Advanced Integration Technology[2].

Produits et prestations[modifier | modifier le code]

Dans le secteur de l'automatisation, Kuka Systems commercialise des prestations standards et sur mesure pour la production industrielle utilisant principalement les technologies d'assemblage et de manutention. En outre, Kuka Systems propose des prestations d’ingénierie et de conseil.

Les installations d’automatisation robotisées de Kuka Systems sont utilisées par des constructeurs automobiles comme Volkswagen[3] ainsi que les fabricants d'autres secteurs industriels.

Informations économiques[modifier | modifier le code]

En septembre 2012, Kuka Roboter compte environ 3 150 collaborateurs et son siège social est basé à Augsbourg. Ses clients se trouvent principalement dans l’industrie automobile mais aussi dans d’autres secteurs tels que la métallurgie, l’agro-alimentaire et le plastique.

Chiffre d’affaires consolidé (Kuka Roboter)

  • 413 millions d’euros (2008)
  • 330 millions d’euros (2009)
  • 435 millions d’euros (2010)
  • 616 millions d’euros (2011)

Chiffre d’affaires consolidé (Kuka AG)

  • 1286 millions d’euros (2007)
  • 1266 millions d’euros (2008)
  • 902 millions d’euros (2009)
  • 1078 millions d’euros (2010)
  • 1435 millions d’euros (2011)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels
Documentation