Justine Lévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lévy.
Justine Lévy
Description de cette image, également commentée ci-après

Justine Lévy au Salon du livre de Paris en 2004

Nom de naissance Justine-Juliette Lévy
Naissance (43 ans)
Paris, France)
Activité principale

Justine Lévy, née le [1] dans le 16e arrondissement de Paris[2],[3], est une femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Justine Lévy est la fille de l'écrivain Bernard-Henri Lévy et d'Isabelle Doutreluigne, première épouse de son père, mannequin de profession[4].

Elle poursuit des études de philosophie puis travaille pendant neuf ans comme lectrice chez Calmann-Lévy puis aux éditions Pauvert. Elle travaille aujourd'hui comme éditrice pour les éditions Stock.

En 1995, elle épouse Raphaël Enthoven, le fils de Jean-Paul Enthoven, éditeur et meilleur ami de son père. Elle dit avoir été sévèrement affectée dans son enfance par les différends conjugaux chez ses parents, par ses rapports difficiles avec une mère fantasque — « à l'ouest », selon son expression —, mais rassurée par son père qui « arrange toujours tout ». Elle se décrit « accro », intoxiquée aux médicaments psychotropes, aux amphétamines et drogues dures, et a été envoyée en désintoxication par son père[5],[6].

En 2000, son mari et le mannequin Carla Bruni, qui vit alors avec son beau-père Jean-Paul Enthoven, entament une liaison. Raphaël divorce et s'installe avec Carla, ce qui plonge Justine Lévy dans un état d'anéantissement profond dont elle se sort au bout de quelques années[7]. Elle relatera cette expérience dans un livre autobiographique, Rien de grave, où elle se montre peu conciliante à l'égard de sa « rivale », Carla Bruni[8],[9]. Ce best-seller[10],[11],[12] paru en 2004 lui vaut les éloges du monde de la littérature, et un succès public[13].

En 2010, elle est membre du jury du prix Françoise-Sagan.

Justine Lévy a une fille, Suzanne, et un fils, Lucien, avec l’acteur Patrick Mille (Chico avec Édouard Baer sur Canal+).

Écriture[modifier | modifier le code]

Justine Lévy dédicace son livre Rien de grave au Salon du livre de Paris Porte de Versailles en 2004.

Pour son premier roman Le Rendez-vous, Justine Lévy traitait de ses rapports difficiles avec sa mère : en l'attendant à un rendez-vous, la fille se remémore les souvenirs agréables et pénibles sur sa mère. Tout le roman est donc construit sous forme de flash-backs. Le Rendez-vous sort en 1995 et obtient un succès mitigé[14]. Il est néanmoins traduit en anglais et édité aux États-Unis en 1997, dans toute l'Europe et en Corée. Elle gagne pour ce livre le prix Contre-point de littérature française[15].

Son deuxième roman Rien de grave publié chez Stock en 2004 raconte la peine d'une jeune femme que son mari quitte pour une autre. Ce récit est en réalité une autofiction[16]. Le roman obtient un réel succès (110 000 exemplaires vendus en moins d’un mois) [10],[17],[18],[19]. Le livre est traduit en anglais, en allemand et en espagnol. Elle reçoit le prix littéraire Le Vaudeville et le Grand Prix Littéraire de l'Héroïne Marie France en 2004.

Le roman de Justine Lévy Rien de grave a été édité aux États-Unis en . Pour son lancement, Justine Lévy a été présentée à la société littéraire de la ville de New York et elle a été interviewée à la télévision américaine lors de l'émission le Charlie Rose show[20].

Son troisième roman, Mauvaise fille, est sorti en . Justine Lévy y revient, cette fois sous l'angle d'un récit chronologique, sur les relations avec sa mère, et plus particulièrement sur la maladie et la mort de sa mère — qui sont mises en parallèle avec la grossesse et la maternité de la fille. Il est sélectionné pour le prix Goncourt[21]. Ce roman a été adapté au cinéma par Patrick Mille, le compagnon de Justine Lévy, en 2012. Dans ce film, Izïa Higelin tient le rôle de Justine Lévy, et Carole Bouquet, celui de sa mère.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Filiation sur Wikifrat (fraternelle.org) Fraternelle : l’encyclopédie biographique de l’Homo erectus
  2. Justine-Juliette Lévy est son nom de naissance.
  3. Année 1972 de la biographie de Bernard-Henri Lévy, Bernard-henri-levy.com, Consulté le 9 novembre 2009
  4. Isabelle Doutreluigne, Bernard-henri-levy.com, 24 novembre 2012
  5. Confession d'une enfant du siècle, Parutions.com,
  6. Benjamin Locoge, Justine Lévy, le mal de mère, Paris Match, 20 septembre 2009
  7. Biographie de Justine Lévy, Evene.fr
  8. Quand Justine Lévy parle de sa rivale, NouvelObs, 21 décembre 2007
  9. Interview de Justine Lévy à propos de son deuxième livre, CritiquesLibres.com, 13 avril 2004
  10. a et b Justine Lévy, la fille de BHL, a fait d’un chagrin d’amour people, un roman quasi autobiographique, 20 minutes, 30 mars 2004
  11. Interview de Christiane Charette sur Justine Lévy, auteure et lectrice, Radio-Canada, 1 mai 2007
  12. A la rencontre des auteurs : La douleur de la mort du désir, Hachette-Livres, avril 2004
  13. Les prix attribués à Justine Lévy, Prix-litteraires.net
  14. Petite biographie sur Justine Lévy, Club des rats de biblio-net
  15. Prix littéraires, Le Monde, 26 janvier 1996
  16. Justine Lévy: Graphothérapie, Le Nouvel Observateur, 18 mars 2004
  17. Josyane Savigneau au secours... d’un best-seller, Action-CRItique-MEDias (Acrimed), 22 mai 2004
  18. Chronique du Sarkozysme : Nicolas Sarkozy aime Carla Bruni, La République des Lettres, 17 décembre 2007
  19. Sarkozy : sans première Dame, mais avec une dame de cœur, Midi Libre, 18 décembre 2007
  20. (en) It’s A Chattefight As Novelist Levy Nips Carla Bruni, The New York Observer, 3 octobre 2005
  21. Liste des ouvrages sélectionnés, Academie-goncourt.fr
  22. a, b et c « Justine Lévy, brillante », sur lepoint.fr,‎ 17 septembre 2009, modifié le 25 septembre 2009 (consulté le 29 mai 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :