Joseph Vebret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vebret.
Joseph Vebret
Description de l'image PhotoJV.jpg.
Naissance
Chamalières, France
Activité principale
Écrivain, Critique littéraire, Directeur éditorial du Salon Littéraire
Distinctions
Prix d'automne 1998 de la SDGL
Auteur
Langue d’écriture Français

Joseph Vebret, né le à Chamalières (Puy-de-Dôme), est un écrivain français. Il dirige depuis juin 2012 le Salon littéraire, à la fois magazine en ligne et réseau social consacré aux livres.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’un père auvergnat enseignant et d’une mère moyen-orientale francophone, Joseph Vebret est issu d’une rencontre improbable en 1956 dans un taxi collectif entre Beyrouth et Alep.

Fils unique, nourri de deux cultures, son enfance et une partie de son adolescence se déroulent dans une atmosphère particulière, celle des communautés expatriées, des centres de l’Alliance française, des ambassades et des consulats.

Après quelques années à Lagos, au Nigéria, il entame sa scolarité à Téhéran, puis à Bizerte et à l’Institut français d’Athènes. De retour en France en 1972, il fait ses études au Lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand et décroche un baccalauréat D en 1976. La suite sera plus chaotique. Inscrit à la Faculté de médecine, il passe plus de temps dans les cafés, à lire et à écrire, que sur les bancs des amphithéâtres. En 1979, après une longue hospitalisation, il entame des études de Droit puis intègre Sciences Po Paris (1982-1984). Dans le même temps, il pige pour des supports locaux et nationaux.

De 1984 à 1990, il est journaliste spécialisé dans les médias (Stratégies, puis rédacteur en chef-adjoint de Médias et enfin rédacteur en chef de L’Echo de la presse). Début 1991, il rejoint le cabinet du ministre de la Communication en qualité de conseiller technique chargé des questions de presse écrite et de publicité (Catherine Tasca puis Georges Kiejman). En 1993, il prend la rédaction en chef de la revue trimestrielle Médiaspouvoirs (jusqu'en 2001), tout en collaborant à divers journaux, dont Le Point. En mars 1995, suite au dérapage d'un animateur à l'antenne, il est nommé chargé de mission auprès du président de Fun Radio, chargé des questions déontologiques, des relations extérieures et de la création de la fondation d'entreprise dont il sera le directeur général. Dans le même temps, activités éditoriales pour Éditions 1. En 1998, il fonde un cabinet de lobbying et de conseil en communication corporate.

En septembre 1998 paraît son premier roman Le Souffre-plaisir (Jean Picollec éditeur), qui obtiendra le prix d’automne 1998 de la Société des gens de lettres (Thyde Monnier).

En janvier 2002, il décide d'arrêter toute activité salariée pour ne se consacrer qu’à l’écriture. Il se partage alors à temps plein entre l’édition, en qualité de directeur de collection (documents d’actualité et essais littéraires pour plusieurs éditeurs parisiens, notamment L'Archipel), et l’écriture. Outre des anthologies, il publie en février 2005, une pièce de théâtre, En absence (Éditions l’Archange Minotaure), sélectionnée pour le grand prix de littérature dramatique 2006, qui sera créé et jouée par Alain Carré en avril 2008 au Théâtre du Crève-Cœur à Genève et en septembre 2008 au Palais des beaux-Arts de Bruxelles.

En octobre 2006, il lance Le magazine des Livres, bimestriel dont il assure la direction éditoriale (Groupe Lafont-Presse) et qui se veut "éclectique, passionné, ouvert, à l’écoute des livres, tous domaines confondus, et des écrivains, tous styles confondus." Fonctionnant comme une revue, le magazine fait appel à des écrivains confirmés ou en devenir et au photographe Louis Monier.

Depuis 2008 Joseph Vebret s'intéresse plus particulièrement à l'histoire littéraire. Il publie Friandises littéraires (Écriture), dans l’esprit des recueils de mélanges, en 220 entrées surprenantes, décalées, insolites, inattendues et singulières sur la littérature (qui sera suivi en 2010 des Coquineries littéraires, dans le même esprit). En 2009, il entame une collaboration avec les éditions Librio et publie simultanément son second roman, Car la nuit sera blanche et noire (Jean Picollec éditeur) et ses carnets de lecture des années 2004-2008, Fragments désordonnés (en Suisse uniquement, Éditions de l'Hèbe). En juillet 2010, paraissent ses Causeries littéraires (Préface de Michel Chaillou, Jean Picollec éditeur), quarante entretiens avec des écrivains, réalisés notamment pour Le magazine des Livres entre 2004 et janvier 2010, et en juin 2011, d'autres causeries, consacrées à Louis-Ferdinand Céline ("Céline, l'infréquentable ?", préface de Jean-Marie Rouart de l'Académie française, Jean Picollec éditeur).

En juin 2012, Joseph Vebret met fin à sa collaboration au Magazine des Livres et lance, avec l'appui de CCM Benchmark Group, un site internet, Le Salon Littéraire, à la fois magazine et réseau social consacré aux livres. Depuis janvier 2015, le site réunit en moyenne 380 000 visiteurs par mois (source Google Analytics).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans

  • 1998 : Le Souffre-plaisir, Jean Picollec éditeur. Prix d’automne 1998 de la Société des gens de lettres (Thyde Monnier)
  • 2009 : Car la nuit sera blanche et noire, Jean Picollec éditeur. Éditions de l'Hèbe pour l'édition suisse.
  • 2012 : Menteries, Jean Picollec éditeur.

Nouvelles

  • 2006 : Fantômes du Jazz, Anthologie de nouvelles, "Un bœuf au paradis", avec Eli Flory, 22 histoires fantastiques présentées par Alain Pozzuoli, Les Belles Lettres

Anthologies

  • 2004 : Les Perles de la République : bêtises, lapsus et autres amabilités politiques, L'Archipel
  • 2004 : Noir comme l’humour : sentences, maximes et autres propos mortels, L'Archipel
  • 2006 : Pensées inspirantes de femmes célèbres, Presses du Châtelet
  • 2006 : L’Amour de l'écriture, Éditions l'Archange Minotaure
  • 2007 : À en perdre la tête : 400 répliques et bons mots pour rire…, L'Archipel
  • 2008 : Friandises littéraires, Écriture (J'ai Lu, 2012)
  • 2009 : Le manuel des mamans, L'Archipel
  • 2009 : Anthologie érotique. De Louise Labé à Pierre Louÿs, Librio / inédit n°926
  • 2010 : Journal de Jules Renard. Morceaux choisis, Librio n°981
  • 2010 : Coquineries littéraires, Écriture
  • 2015 : De l'amour, Archipoche

Théâtre

  • 2005 : En absence, Éditions l'Archange Minotaure. Création par Alain Carré au Théâtre du Crève-Cœur à Genève en avril 2008 (Livre audio, Autrement dit, 2013)

Essais et documents

  • 2006 : EPHEMERIS, 1000 ans d'histoire au jour le jour, collectif, coordination, Éditions l'Archipel (réédition mise à jour fin 2007)
  • 2009 : Fragments désordonnés. Carnets de lecture 2004-2008, Éditions de l'Hèbe (Charmey, Suisse)
  • 2009 : Madame Bovary. L'œuvre de Flaubert condamnée, Librio document/inédit n°910
  • 2009 : Les Fleurs du Mal. L'œuvre de Baudelaire condamnée, Librio document/inédit n°911
  • 2009 : Chronologie de la littérature, Librio mémo/inédit n°936
  • 2010 : Cent romans d’amour incontournables, Librio / inédit n°942
  • 2010 : Cent romans érotiques incontournables, Librio / inédit n°943
  • 2010 : Causeries littéraires. Quarante écrivains en liberté (préface de Michel Chaillou), Jean Picollec éditeur
  • 2010 : Le procès de Boris Vian. J'irai cracher sur vos tombes, une œuvre condamnée, Librio document/inédit n°977
  • 2010 : Le procès d'Oscar Wilde. L'homosexualité condamnée, Librio document/inédit n°978
  • 2010 : Le dictionnaire des Provocateurs (avec Thierry Ardisson et Cyril Drouet), Plon
  • 2011 : Céline, l'infréquentable ? (préface de Jean-Marie Rouart de l'Académie française), Jean Picollec éditeur
  • 2012 : Le comte Léon, bâtard infernal de Napoléon, Éditions du Moment, coll. "Moments d'histoire"
  • 2013 : Écrivains, photographies de Louis Monier, Eyrolles
  • 2013 : Les amours orageuses de Napoléon, Éditions du Moment, coll. "Moments d'histoire"

Liens externes[modifier | modifier le code]