Marienbad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mariánské Lázně)

Marienbad
Mariánské Lázně
Marienbad
Colonnade et fontaine chantante
Blason de Marienbad Drapeau de Marienbad
 
Administration
Pays Drapeau de la Tchéquie Tchéquie
Région Flag of Karlovy Vary Region.svg Karlovy Vary
District Cheb
Région historique Bohême
Maire Luděk Nosek
Code postal 353 30
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 12 795 hab. (2020)
Densité 247 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 53″ nord, 12° 42′ 04″ est
Altitude 578 m
Superficie 5 181 ha = 51,81 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
Voir sur la carte administrative de Tchéquie
City locator 14.svg
Marienbad
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
Voir sur la carte topographique de Tchéquie
City locator 14.svg
Marienbad
Liens
Site web www.marianskelazne.cz/en

Marienbad (en français[1],[2],[3] et en allemand) ou Mariánské Lázně (en tchèque) est une ville et une station thermale du district de Cheb, dans la région de Karlovy Vary, en Tchéquie. Sa population s'élevait à 12 795 habitants en 2020[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Marienbad est située à 25 km au sud-est de Cheb, à 29 km à l'est de Waldsassen (Allemagne), à 33 km au sud-sud-ouest de Karlovy Vary et à 125 km à l'ouest de Prague[5].

La commune est limitée par Lázně Kynžvart au nord, par Prameny au nord-est, par Mnichov, Zádub-Závišín et Vlkovice à l'est, par Chodová Planá au sud, et par Trstěnice, Drmoul, Velká Hleďsebe, Valy et Lázně Kynžvart à l'ouest[6].

Elle est située à 600 mètres d'altitude au milieu de la forêt de Slavkov[7].

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[8] :

Évolution démographique
1869 1880 1890 1900 1910 1921 1930
2 5824 0754 9426 4249 12310 18311 794
1950 1961 1970 1980 1991 2001 2014
9 26112 88213 55914 93015 38214 74113 289
2015 2016 2017 2018 2019 2020 -
13 28313 22413 04212 97012 80012 795-

Histoire et thermalisme[modifier | modifier le code]

Marienbad en 1815.

Les sources de Marienbad sont mentionnées pour la première fois en 1528 dans une lettre du roi Ferdinand mais ne sont exploitées que depuis 1808. Ces terres appartenaient au monastère de Teplá. Le paysagiste Václav Skalník transforme alors 700 ha de marais en jardin anglais, auquel sont ajoutés des squares, parcs, statues, fontaines, ainsi que des complexes balnéaires, un casino et la Kolonada, qui comprend des pylônes métalliques influencés par le travail de Gustave Eiffel et de riches ornements. L'arrivée du chemin de fer lui permet de concurrencer Carlsbad comme cité thermale et de recevoir 40 000 curistes par an[7].

Les vertus des eaux de Mariánské Lázně sont connues depuis le XIVe siècle ; en 1813, elle devient station thermale publique. On compte au total une quarantaine de sources qui sont toutes froides et de compositions chimiques différentes, mais qui contiennent toutes du gaz carbonique. On y traite en premier lieu les maladies des reins et des voies urinaires, puis les troubles du métabolisme, les maladies des voies respiratoires et celles de la peau.

La Première Guerre mondiale met fin à cette période faste. Sous le régime communiste, les spas sont nationalisés et sont réservés aux « travailleurs méritants » et aux hiérarques du régime. Ils sont re-privatisés dans les années 1990[7].

Transports[modifier | modifier le code]

La ville est dotée d'un réseau d'autobus et de trolleybus, exploité par la compagnie Městská dopravy Mariánské Lázně.

Marienbad et les arts[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'UNESCO a inscrit le Mariánské Lázně sur la liste indicative du patrimoine mondial dans la série « Grandes villes d'eaux d'Europe » (en anglais : Great spas of Europe)[10].

Visiteurs célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Czech Republic - Découvrez les stations balnéaires tchèques et leurs célèbres visiteurs ! », sur czechtourism.com (consulté le 16 août 2020).
  2. « En images: les 15 plus belles villes thermales classiques d'Europe », Le Vif/L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. « Marie Muchova prend les commandes de l’office du tourisme tchèque », Le quotidien du tourisme,‎ (lire en ligne)
  4. (cs) Population des communes de la République tchèque au 1er janvier 2020.
  5. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  6. D'après geoportal.gov.cz.
  7. a b c et d Jean-Louis Tremblais, « De Pilsen à Marienbad, vie de bohême et histoires d'eaux », Le Figaro Magazine, semaine du 25 septembre 2015, p. 76-87.
  8. Český statistický úřad, Historický lexikon obcí České republiky 1869–2005, vol. I, Prague, Český statistický úřad, 2006, pp. 342-343 ; de 1869 à 1910, les recensements organisés par l'Empire d'Autriche-Hongrie sont officiellement datés du 31 décembre de l'année indiquée. — À partir de 2012, population des communes de la Tchéquie au 1er janvier, sur le site de l'Office tchèque de statistique (Český statistický úřad).
  9. Mariánské Lázně est jumelée avec Marcoussis, après un pacte d'amitié internationale depuis 1995 qui a abouti à un serment de jumelage en dont la signature officielle a eu lieu le .
  10. « Great Spas of Europe », UNESCO (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :