Jean Cabannes (physicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Cabannes et Cabannes.
Jean Cabannes
Naissance
Marseille (France)
Décès (à 74 ans)
Saint-Cyr-sur-Mer (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Domaines Optique ondulatoire
Diplôme École normale supérieure

Jean Cabannes, né le à Marseille et mort le à Saint-Cyr-sur-Mer, est un physicien français spécialisé en optique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études au lycée de Nice, il entre à l'École normale supérieure en 1906, la même année que Georges Bruhat. Il est reçu au concours d'agrégation de physique en 1911.

De 1910 à 1914, Jean Cabannes est préparateur à la faculté des sciences de l'université de Marseille et rejoint le laboratoire de Charles Fabry où il prépare une thèse pour le doctorat ès sciences sur la diffusion de la lumière par les molécules atmosphériques. Durant la Première Guerre mondiale, il est, avec Émile Borel, affecté en Champagne à la section de repérage par le son utilisant le système inventé par Pierre Weiss et Aimé Cotton.

En 1919, il retourne à Marseille afin d'achever sa thèse, qu'il soutient en 1921. Elle porte sur la vérification expérimentale de la loi de Rayleigh et s'intitule « Sur la diffusion de la lumière par les molécules des gaz transparents ».

Il est nommé en 1920 maître de conférences de physique à la faculté des sciences de l'université de Montpellier, où il étudie la diffusion Raman, obtient le titre de professeur sans chaire en 1924 puis la chaire de physique le 25 octobre 1925. Nommé maître de conférences de physique, attaché à la chaire d'enseignement de la physique de Charles Fabry, à la faculté des sciences de l'université de Paris en 1937, il y obtient le titre de professeur sans chaire en 1938 puis succède à Aimé Cotton comme professeur titulaire de physique générale et directeur du laboratoire des recherches physiques. Il succède à Paul Montel comme doyen de 1946 à 1949. Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1949.

Il épouse en 1921 la nièce de Charles Fabry, la fille d'Eugène Fabry. Il aura quatre enfants, dont en particulier le mathématicien Henri Cabannes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il reçut le prix Félix Robin de la Société française de physique en 1924 et fut, en 1951, le premier lauréat du prix des trois physiciens, fondé par l'ENS pour honorer la mémoire d'Henri Abraham, Eugène Bloch et Georges Bruhat[1].

Commandeur de la Légion d'honneur[2] en 1952.

Postérité[modifier | modifier le code]

On a donné son nom à un cratère de la face cachée de la Lune, le cratère Cabannes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]