Je te mangerais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Je te mangerais
Réalisation Sophie Laloy
Scénario
Acteurs principaux
Sociétés de production ICE3
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame, romance
Durée 96 minutes
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Je te mangerais est un film français réalisé par Sophie Laloy et sorti en . La pianiste Brigitte Engerer apparaît à plusieurs reprises dans le film et en interprète les pièces classiques[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Marie vient à Lyon étudier au conservatoire. Ses parents se sont arrangés pour l’installer dans l'appartement d'une cousine éloignée, Emma. Celle-ci vit seule depuis que son père est mort et sa mère l'a laissée tomber pour s’installer à New York. La vie commune avec cette amie d'enfance qu’elle avait oubliée se révèle difficile pour elle car Emma est très possessive. Ces exigences, qu’elle supporte au début, s’avèrent de plus en plus pénibles pour Marie qui manque de contacts et d'amis. Un soir, Emma ne se contrôle plus et essaie d’avoir des relations intimes avec Marie qui en est bouleversée, au point que ses études en souffrent. Emma voudrait que Marie ne soit plus qu'à elle, dans son désir malade, elle serait prête à tout. Marie se rend bien compte qu’Emma est comme un enfant privé d'amour, mais elle est incapable de supporter une telle intimité qui détruit sa vie. Il en résulte une relation tumultueuse entre les deux étudiantes, successivement amies, amantes et ennemies ; les sentiments entre elles évoluent au rythme de la musique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La bande originale présente la particularité d'être constituée d'un nombre relativement limité d'extraits de morceaux, mais qui sont interprétés par plusieurs musiciens différents, voire à des instruments différents, ce qui est exceptionnel dans une musique de film, et présente le précieux avantage de souligner la singularité de chaque personnage, sa vision des faits, puisque même une partition identique peut être présentée au spectateur par différentes voix. Le principe même du jeu d'acteur trouve ainsi son prolongement jusque dans la constitution de la bande son, et les frontières entre comédie et musique s'en retrouvent brouillées, comme celles entre vie privée et vie artistique pour la jeune Marie, imagination et perception des réalités pour sa colocataire Emma.

D'ailleurs, le choix des œuvres obéit, peut-être inconsciemment à la même logique du fantastique, d'un univers toujours à la frontière entre une réalité tangible et une autre, de l'ordre du rêve ou de la franche fantasmagorie. Ainsi, le Carnaval de Robert Schumann offre-il un véritable défilé des propres avatars du jeune compositeur transi (les fameux Eusebius et Florestan) mais aussi de personnages fabuleux ; la Sonate de Debussy pour Alto, Flûte et Harpe joue allègrement avec des sonorités inouïes jusqu'ici de par l'originalité totale du choix des instruments ; la Pavane pour une Infante Défunte de Ravel n'est en réalité dédiée à aucune princesse décédée, mais part du « simple plaisir d'une allitération » (cf. l'auteur lui-même dans l'avant-propos de l'édition originale de la partition chez Leduc). Les Tableaux d'une Exposition de Moussorgsky sont eux composés à partir d'une série d'œuvres d'un peintre de sa connaissance, ce qui nous renvoie directement au décor principal du film, l'appartement de la mère d'Emma aux murs recouverts de tableaux tour à tour oniriques et angoissants.

Bande originale[2]
  1. Brigitte Engerer, dont toutes les prises vidéo sont tirées de l'enregistrement vidéo d'un concert donné au Parc du Château de Florans - La Roque d'Anthéron
  2. Jean-Sébastien Bach : Concerto en ré mineur d'après Marcello BWV 964, Adagio
  3. Robert Schumann : Carnaval (Préambule, Chiarana, Chopin)
  4. Modest Mussorgsky : Tableaux d'une Exposition (Com mortui in Lungua mortua)
  5. Maurice Ravel : Pavane pour une Infante Défunte
  6. Victoria Shereshevskaïa : chargée du coaching musical de Judith Davis pour le play-back, mais également du doublage de toutes les interprétations de Marie.
  7. Jean Sébastien Bach : Concerto en ré mineur d'après Marcello
  8. Frédéric Chopin : Étude Révolutionnaire en do mineur opus 10 n°12
  9. Robert Schumann : Carnaval
  10. Claude Debussy : Jardin sous la Pluie
  11. Maurice Ravel : Pavane pour une Infante Défunte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emilie Padellec, « Jeux à quatre mains », sur Critikat, (consulté le 9 avril 2017).
  2. « Bande Originale du film "Je te Mangerais" (2009) », sur Qobuz (consulté le 9 avril 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]