Cour des Voraces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cour des Voraces
Image illustrative de l'article Cour des Voraces
Les escaliers à volées libres de la Cour des Voraces
Situation
Coordonnées 45° 46′ 19″ nord, 4° 50′ 05″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Les Pentes (1er arr.)
Morphologie
Type Cour d'immeuble - Traboule
Histoire
Création 1re moitié XIXe
Monuments Escaliers à volées libres
Protection ISMH, 28/08/1990
ZPPAUP des Pentes
Site du centre historique
Patrimoine mondial de l'UNESCO

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Cour des Voraces

La Cour des Voraces est une cour d'immeuble lyonnais, célèbre pour son monumental escalier de façade de six étages (escalier à volées libres). C'est une impressionnante traboule qui permet de passer du 9 de la place Colbert au 14 de la montée de Saint-Sébastien ou au 29 rue Imbert-Colomès.

Située sur les pentes de la Croix-Rousse, la Cour des Voraces est un symbole lyonnais. Construite vers 1840[1], c'est un bel exemple d’une architecture populaire dite « canuse », liée à l'industrie de la soie qui a profondément marqué le quartier. Mais c'est également un lieu qui symbolise quelques grands moments de l'histoire lyonnaise.

La révolte des Canuts[modifier | modifier le code]

Une plaque commémorative indique que « Dans la cour des Voraces, ruche du travail de la soie, les canuts luttaient pour leurs conditions de vie et leur dignité ».

La cour des Voraces tient certainement son nom d'un groupe d'ouvriers canuts nommés les Voraces, qui s'illustrèrent par leurs insurrections républicaines de 1848 et 1849.

On raconte[2] que la Cour des Voraces (également appelée « Maison de la République ») a servi de refuge aux ouvriers canuts lors de leurs révoltes[3]. Cette cour devint célèbre, dit-on, par une bataille qui opposa les canuts aux soldats de l'armée régulière[réf. nécessaire]. Compte tenu de la date de construction, il peut s'agir de combats ayant eu lieu lors de la seconde insurrection des Voraces[4] en 1849.

Une autre hypothèse est évoquée : l’immeuble aurait abrité la loge d’une organisation mutualiste de Canuts : le Devoir mutuel. Le mot « Dévoirant » - c’est-à-dire les membres du Devoir mutuel -, déformé, a fini par donner le mot « Voraces ». Il se dit aussi que le mot "voraces" est issu du fait que ces canuts luttaient contre la diminution du volume du pot de vin. En effet le pot de vin devenait de plus en plus petit, mais le prix restait inchangé. (cf. Les Voraces (Lyon))

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les traboules lyonnaises, lieux sombres et secrets (peu connus des étrangers) dont la configuration favorisait les activités clandestines, ont permis aux réseaux de résistance d’échapper à la surveillance de l'occupant allemand. La Cour des Voraces est souvent évoquée comme symbole de cette résistance[5].

Plus récemment[modifier | modifier le code]

En 1995, l'association Habitat et Humanisme dirigée par le père Bernard Devers rachète le lieu et lance des travaux de réhabilitation de la cour qui devient alors un symbole de l'habitat social[3], et les gones du quartier retrouvent les joies du « débaroulage » (dégringolade en parler lyonnais et franco-provençal).

La Cour des Voraces (sol de la cour et les deux escaliers) est classée comme monument historique[6].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par la station de métro Croix-Paquet.

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Delfante et Jean Pelletier, Atlas historique du grand Lyon.
  2. On manque de textes permettant de faire la part entre la légende et la réalité http://canutdelacroixrousse.blogspot.com/2008/01/humeur_06.html
  3. a et b Catherine Lagrange, « La cour des Voraces conserve son mystère », Le Parisien, nil (consulté le 22 février 2008).
  4. Il n'y a pas eu de combats lors de l'insurrection de 1848.
  5. Sur les chemins de la Résistance à Lyon, Ministère de la Défense
  6. Les immeubles protégés, monuments historiques et sites de Lyon

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :