Jan Łukasiewicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Łukasiewicz.
Jan Łukasiewicz
Description de cette image, également commentée ci-après
Jan Łukasiewicz en 1935.
Naissance
Lwów
Décès (à 77 ans)
Dublin
Nationalité polonaise
Domaines logicien, mathématicien, philosophe

Jan Łukasiewicz, né le à Lwów, mort le à Dublin, est un philosophe et logicien polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant en philosophie et en mathématiques à l’université Jean Casimir de Lwów, Łukasiewicz obtient le titre de docteur en 1902 avec une thèse, dirigée par Kazimierz Twardowski, qui se mérite les félicitations du jury ; il est habilité à diriger des recherches en 1906. Après avoir enseigné en tant que « privatdozent », Łukasiewicz se voit nommé professeur extraordinaire à Lwów en 1911.

Pendant la Première Guerre mondiale, qui réaffirme l’existence de la histoire de la Pologne (rayée de la carte pendant plus de cent ans), l’université de Varsovie rouvre ses portes à l’enseignement en polonais et accueille les philosophes et logiciens de Lwów dont les travaux, individuels et collectifs, forment ce qu’on appelera l'école de Lvov-Varsovie, qui comprend aussi, entre autres noms illustres, Stanisław Leśniewski et Alfred Tarski.

Łukasiewicz devient ministre de l'éducation en 1919, puis professeur à l'université de Varsovie (de 1920 à 1939) ; il en est le recteur à deux reprises.

Après la Seconde Guerre mondiale, Łukasiewicz traverse la Belgique et s'installe à Dublin, devenant professeur de logique mathématique à l'Académie royale d'Irlande.

Travaux[modifier | modifier le code]

Dans O zasadzie sprzecznos'ci u Arystotelesa [Du principe de contradiction chez Aristote] (1910), Łukasiewicz en révèle trois guises (ontologique, logique et psychologique) et défend l'idée que ce principe n'est pas un premier principe, mais demande une preuve. Cette preuve, il tente en vain de l'obtenir à partir de la définition du jugement vrai et de celle du jugement faux. Il en conclut que ce principe n'a pas de valeur logique, mais seulement éthico-pratique, en ce sens que nous devons le croire, car il permet de lutter contre les erreurs et le mensonge. Cet ouvrage précurseur, traduit intégralement en allemand en 1993 et partiellement en français en 2000, indique la direction des recherches futures de son auteur, à savoir l'élaboration de la logique non aristotélicienne. Ce n'est cependant pas dans la voie de la mise en question du principe de contradiction qu'il s'orientera, mais plutôt de celle du tiers exclu, en rapport avec le problème du déterminisme.

Łukasiewicz invente en 1924 la notation préfixée, dite « polonaise » en son honneur[1].

Il a étudié les axiomatisations de la logique. Mais il est principalement l'initiateur des logiques à plusieurs valeurs, dans lesquelles il a donné une interprétation de la logique modale.

Publications[modifier | modifier le code]

Quelques titres[modifier | modifier le code]

  • (en) « A system of modal logic », dans Journal of Computing Systems, 1, 1953, p. 111-149
  • (en) (avec Jan Wolenski) « On the liar paradox, logical consequence, truth and induction », dans Modern Logic 4 (1994), p. 394-400.
  • (pl) « O zasadzie sprzeczności u Arystotelesa »
    • Du principe de contradiction chez Aristote, trad. fr. de Dorota Sikora, préface de Roger Pouivet, Paris, L'Éclat, 2000 (ISBN 2-84162-036-0).
    • (de) Über den Satz des Widerspruchs bei Aristoteles, Hildesheim, Olms, 1993.
  • La syllogistique d'Aristote, trad. fr. de Françoise Caujolle-Zaslawsky, Paris, Armand Colin, 1972. (Philosophies pour l'âge de la science ; 9) - rééd. J. Vrin, Paris, 2010.
  • « Contribution à l'histoire de la logique des propositions », trad. fr. de Jean Largeault dans Jean Largeault (éd.), Logique mathématique, Paris, Armand Colin, 1972.

Œuvres complètes[modifier | modifier le code]

  • (en) Collected works of Jan Lukasiewicz, Ashgate Publishing Ltd. :
    • Jan Srzednicki et Grzegorz Malinowski, (éd.), I : Mathematical logic
    • Jan Srzednicki et Jan Woleński (éd.), II : History of logic
    • Jan Srzednicki et Jan Woleński (éd.), III : Methodology of science and general philosophy

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

  • Écrits logiques et philosophiques, trad. fr. de Sébastien Richard, Katia Vandenborre et Fabien Schang, Paris, Vrin, 2013, 336 p. (ISBN 978-2-7116-2457-7).
  • (en) L. Borkowski (éd.), Selected works, North-Holland, Amsterdam, 1970.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La syllogistique de Łukasiewicz, vol. 15, cahier 2, de Philosophia Scientiae, 2011 — Liste partielle :
  • A. Mostowski, « L'œuvre scientifique de Jan Łukasiewicz dans le domaine de la logique mathématique », dans Fundamenta mathematicae 44 (1957), p. 1-11. — Avec une liste de publications de Łukasiewicz.
  • Roman Murawski (pl), The philosophy of mathematics and logic in the 1920s and 1930s in Poland — Avec une liste de publications, p. 214.
  • Frederick Seddon, Aristotle and Łukasiewicz on the principle of contradiction, dans Modern Logic, 1996 (ISBN 1-884905-04-8)
  • Mieszko Tałasiewicz, Jan Łukasiewicz — The quest for the form of science, dans Wladyslaw Krajewski (éd.), Polish Philosophers of Science and Nature in the 20th Century, Amsterdam–New York, Rodopi, 2001, p. 27–35 (ISBN 90-420-1497-0).
  • Jan Wolenski (éd.), Philosophical logic in Poland, Kluwer, 1994 (ISBN 0-7923-2293-2).

Liste d'études[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jan Łukasiewicz, « O znaczeniu i potrzebach logiki matematycznej », Nauka polska, vol. 10,‎ , p. 604-620. C'est en 1924 qu'il en a eu l'idée, mais il ne l'a couchée sur papier qu'en 1929.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]