Jacques Chagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacques Chagnon
Illustration.
Fonctions
45e président de l'Assemblée nationale du Québec
En fonction depuis le
(7 ans, 5 mois et 12 jours)
Prédécesseur Yvon Vallières
Ministre de la Sécurité publique

(1 an, 9 mois et 20 jours)
Premier ministre Jean Charest
Gouvernement Charest
Prédécesseur Serge Ménard
Successeur Jacques P. Dupuis
Député de Westmount–Saint-Louis
En fonction depuis le
(24 ans et 5 jours)
Élection 02 décembre 1985
Réélection 30 novembre 1998
14 avril 2003
26 mars 2007
8 décembre 2008
4 septembre 2012
7 avril 2014
Législature 35e, 36e, 37e, 38e, 39e, 40e et 41e
Prédécesseur Nouvelle circonscription
Député de Saint-Louis

(8 ans, 9 mois et 10 jours)
Élection 2 décembre 1985
Réélection 25 septembre 1989
Législature 33e et 34e
Prédécesseur Harry Blank
Successeur Circonscription abolie
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Montréal (Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université Concordia

Jacques Chagnon
Président de l'Assemblée nationale du Québec

Jacques Chagnon, né le à Montréal, est un homme politique québécois. Il est député de Westmount—Saint-Louis à l'Assemblée nationale du Québec, dont il est également le président depuis 2011[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2018

Il est élu à l'Assemblée nationale pour la première fois lors de l'élection générale québécoise de 1985. Il est alors député de Saint-Louis, circonscription qui prend le nom de Westmount–Saint-Louis en 1994.

Dans le gouvernement Daniel Johnson, il est ministre de l'Éducation du au .

Dans le gouvernement Jean Charest, il est le ministre de la Sécurité publique du au . Il a notamment fait face à la crise de Kanesatake à la suite de l'expulsion violente du chef mohawk James Gabriel. Il est finalement destitué de son rôle de ministre mais continue toujours de siéger comme libéral. De 2007 à 2011, il est deuxième vice-président de l'Assemblée nationale. Pendant cette période, il participe à de nombreuses délégations comme celle de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie. Depuis le , il exerce la fonction de président de l'Assemblée nationale.

Le 31 octobre 2017, il s'offusque publiquement dans un discours au Parlement que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ait arrêté le député Guy Ouellette sans que des accusations n'aient été portées six jours plus tard. « Qu'on accuse ou qu'on s'excuse. Sinon, cette Assemblée devra prendre les moyens pour défendre les fondements mêmes de son existence[2]. »

Le 4 mai 2018, il admet qu’il «paie la traite» chaque fois qu'il part en mission. «Mais on n’est pas dans l’orgie du 12e siècle dans la Toscane avec la famille Médicis», a rétorqué le député libéral de Westmount-Saint-Louis [3].

Le 15 juin 2018, il annonce son retrait de la vie politique après 33 années de service à titre de député[4].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jacques Chagnon accède à la présidence de l'Assemblée nationale », Radio-Canada,‎ (lire en ligne)
  2. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Le député Guy Ouellette dénonce un « coup monté » de l'UPAC », sur Radio-Canada.ca (consulté le 1er novembre 2017)
  3. Zone Politique - journaldequebec.com, « Jacques Chagnon reconnaît qu’il «paie la traite» aux députés », sur journaldequebec.com (consulté le 4 mai 2018)
  4. « Jacques Chagnon tire sa révérence », Le Quotidien,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • « Jacques Chagnon », sur www.assnat.qc.ca, Assemblée nationale du Québec, (consulté le 5 avril 2011).