Israfil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Ange Israfil, Muhammad ibn Muhammad Shakir Ruzmah-'i Nathani
Israfil dans la calligraphie islamique

  Israfil (en arabe : إِسْـرَافِـيْـل , Isrāfīl ; ou Israfel ou Rafā'īl) est l'ange qui souffle dans la trompette pour signaler al-Qiyamah (le Jour du Jugement)[1],[2]. Bien que sans nom dans le Coran, il est l'un des quatre archanges islamiques, avec Mīkā'īl, Jibrā'īl et Azrā'īl.

On pense qu'Israfil sonnera de la trompette d'un rocher sacré à Jérusalem pour annoncer le jour de la résurrection. Il est généralement considéré comme le pendant de l'archange judéo-chrétien Raphaël[3],[4] [réf. nécessaire].

Dans la tradition religieuse[modifier | modifier le code]

Bien que le nom Israfil n'apparaisse pas dans le Coran, on mentionne à plusieurs reprises un ange-trompette sans nom supposé identifier cette figure : Sourate 39 Verset 68 وَنُفِخَ فِى ٱلصُّورِ فَصَعِقَ مَن فِى ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَمَن فِى ٱلْأَرْضِ إِلَّا مَن شَآءَ ٱللَّهُ ثُمَّ نُفِخَ فِيهِ أُخْرَىٰ فَإِذَا هُمْ قِيَامٌ يَنظُرُونَ

39:68 - Et on soufflera dans la Trompe (le Cor), et voilà que tous ceux qui seront dans les cieux et ceux qui seront sur la terre seront foudroyés (inconscients), sauf ceux qu’Allah voudra [épargner]. Puis on y soufflera, et les voilà (qu’ils se mettront) debout à regarder.

Dans la tradition islamique, on dit qu'il a été envoyé avec les trois autres archanges islamiques pour ramasser la poussière des quatre coins de la terre, bien que seul Azrael ait réussi cette mission[5]. C'est à partir de cette poussière qu'Adam a été formé[6].

Israfil a été associé à un certain nombre d'autres noms angéliques n'appartenant pas à l'Islam, y compris Uriel[3], Sariel[7] et Raphaël[4].

Certaines sources indiquent que, Israfil, créé au commencement des temps, possède quatre ailes, et est si grand qu'il peut atteindre de la terre aux piliers du ciel. Un Bel ange qui est un maître de la musique, Israfil chante des louanges à Dieu dans mille langues différentes, dont le souffle est utilisé pour insuffler la vie à une multitude d'anges qui ajoutent aux chants eux-mêmes. En raison de sa belle voix, il est aussi le Muezzin des gens du ciel.

Selon les traditions sunnites rapportées par l'imam Al-Suyuti, le Ghawth ou Qutb, est quelqu'un qui a un cœur qui ressemble à celui de l'archange Israfil, ce qui signifie la hauteur de cet ange. Les suivants en rang sont les saints connus sous le nom de Umdah ou Awtad, parmi lesquels les plus hauts ont leur cœur ressemblant à celui de l'ange Michael, et le reste des saints de rang inférieur ayant le cœur de Jibreel ou Gabriel, et celui prophètes précédents avant Muhammad. On pense que la terre a toujours l'un des Qutb[8].

Israfil est mentionné dans un hadith comme l'ange le plus proche de Dieu, dépeint comme un ange à quatre ailes, qui sert d'intermédiaire entre les commandements de Dieu et les autres archanges.[9]

Quelques rapports supposent qu'Israfil avait rendu visite à Muhammad avant Gabriel[10].

Dans l'occultisme du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Israfil apparaît dans la tradition cabalistique ainsi que dans l'occultisme du XIXe siècle. Il a été référencé dans le titre du Liber Israfel d'Aleister Crowley (anciennement Liber Anubis), un rituel qui, dans sa forme originale, a été écrit et utilisé par les membres de l'Aube Dorée. Il s'agit d'un rituel conçu pour invoquer le dieu égyptien, Thoth[11], la divinité de la sagesse, de l'écriture et de la magie qui occupe une place importante dans l'Hermetica attribuée à Hermès Trismégiste sur laquelle s'appuient les praticiens modernes de l'alchimie et de la magie cérémonielle.

Dans l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

  • Israfil est le sujet et le titre d'un poème d'Edgar Allan Poe, utilisé pour l'effet exotique du nom :

Dans le ciel un esprit habite

Dont les cordes du cœur sont un luth ;

Aucun ne chante aussi sauvagement que l'ange Israfel, Et les étoiles vertigineuses (comme le disent les légendes)

De sa voix, toute muette.
  • Inspiré par ce qui précède, Israfel est le titre de la biographie de Poe de Hervey Allen en 1926.
  • Israfil est mentionné dans la deuxième symphonie de Lou Harrison, Elegiac, dans les premier et troisième mouvements (chacun intitulé "Tears of the Angel Israfel"). Harrison écrit qu'Israfil est l'ange de la musique et qu'il «se tient les pieds et la tête au soleil. Il sonnera la dernière trompette. Six fois par jour, il regarde en enfer et est tellement convulsé de chagrin que ses larmes inonderaient la terre si Allah n'arrêtait pas leur flot »[12].
  • Israfil apparaît comme un personnage dans le livre Heavenly Discourse de CES Wood .
  • Israfil est un personnage de la série de livres de Remy Chandler - en particulier le livre A Kiss Before the Apocalypse - de Thomas E. Sniegoski . Dans cette série, il joue le rôle de l'Ange de la mort.
  • Israfel apparaît dans le poème de Marian Osborne, "The Song of Israfel".
  • Israfil est mentionné dans le poème de Kazi Nazrul Islam "Bidrohi"[13] :
  • Israfel est nommé et vu dans le manga et l'animé Neon Genesis Evangelion. Il cherche à retrouver Lilith pour provoquer un Troisième Impact.

Modèle:Verse translation আমি ইস্রাফিলের শিঙ্গার, মহা হুঙ্কার

Je suis le puissant rugissement du clairon d'Israfil.

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

 

  1. Burnham, Sophy. 2011. A Book of Angels: Reflections on Angels Past and Present, and True Stories of How They Touch Our Lives. Penguin. (ISBN 978-1-101-48647-4).
  2. Richard Webster, Encyclopedia of angels, Woodbury, he will blow the trumpet when the day comes to the end Minn., 1st, , 97 p. (ISBN 9780738714622, lire en ligne)
  3. a et b "Gabriel." Jewish Encyclopedia.
  4. a et b "Israfil" (revised). Encyclopædia Britannica. [1998] 2020.
  5. Weil, Gustav. 1863. "Adam." Pp. 19 in The Bible, the Koran, and the Talmud or Biblical Legends of the Mussulmans. via Internet Sacred Text Archive.
  6. Noegel, Scott B., and Brannon M. Wheeler. 2010. The A to Z of Prophets in Islam and Judaism. Scarecrow Press. (ISBN 978-1-461-71895-6). p. 13.
  7. "Death, Angel of", Jewish Encyclopedia
  8. See Jalaluddeen Al-Suyuti's compilation on the proofs of Qutb, Awtad and Abdals.
  9. Burge, Stephen. 2015. Angels in Islam: Jalal al-Din al-Suyuti's al-Haba'ik fi akhbar al-mala'ik. Routledge. (ISBN 978-1-136-50473-0). p. 92.
  10. Kraemer, Joel L. 1993. Israel Oriental Studies, Band 13. Brill. (ISBN 9789004099012). p. 219.
  11. Crowley, A., and A. Bennet. Liber Israfel. via Internet Sacred Text Archive.
  12. Jacobs, « Lou Harrison's "Elegiac" Symphony » [archive du ], WGBH (consulté le )
  13. Kazi Nazrul Islam, Sanchita

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]