Isabelle Massieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isabelle Massieu
Isabelle Massieu.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
SuresnesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Jeanne Isabelle Massieu, née Jeanne Bauche à Paris le et morte à Suresnes (France) le , est une exploratrice, première femme française à être entrée au Népal[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Rien ne transparait dans ses ouvrages sur les motivations qui poussent cette femme d'une cinquantaine d'années à explorer dans les années 1890 toute l'Asie.

En 1892, elle part ainsi en touriste au Liban avec son mari l'avocat Jacques Alexandre Octave Massieu et visite l’Algérie, la Tunisie, le Maroc et la Tripolitaine. Devenue veuve, elle poursuit ses voyages et remonte le Nil, puis entre en Syrie avant de gagner le Liban. Deux ans plus tard, elle visite Ceylan, l'Inde et le Cachemire. Elle explore le Pendjab, passe à Peshawar et Srinagar et gagne le Ladakh qu'elle parcourt jusqu'au lac de Pangong à 5 700 m d'altitude.

En 1896-1897, Isabelle Massieu effectue un tour complet de l'Asie. Elle arrive à Saïgon le 6 octobre 1896 et y accompagne le gouverneur Rousseau à la cour de Norodom. Elle prend ensuite le train jusqu'à Mytho puis, en bateau, parvient à Pnom-Penh où le colonel Lyautey lui fait visiter les temples d'Angkor Vat et l'ancienne cité khmère d'Angkor Thom. Elle gagne alors Chantaboum puis Bangkok où elle peut admirer les nombreuses pagodes. En bateau, elle rejoint Singapour et Poulo Penang et atteint Rangoon à la fin novembre.

Elle prend ensuite le train jusqu'à Prome, remonte l'Iraouaddi et y visite les villes riveraines : Tagaung, Pagan, Ava, Amarapura et Mandalay puis Bhamo et Simbo en plein pays katchin. Elle entreprend alors la traversée de l'Indochine d'ouest en est le long du 20e parallèle.

À la fin du mois de décembre 1896, elle part ainsi de Mandalay pour Hué. Elle passe à Taunggyi où elle emprunte la route du Vat Xieng Thong qui n'a encore jamais été parcourue par un Français. Il s'agit d'un simple sentier serpentant à travers la jungle, entrecoupé d'importantes rivières et peuplé d'habitants hostiles et de pirates. Le 2 février 1897, elle atteint enfin Xieng Sen sur le Mékong. En radeau, elle descend alors le fleuve jusqu'à Louang Prabang.

Poursuivant l'aventure, Isabelle Massieu s'engage par la route de terre dans la jungle et malgré les tigres et les Khas pour rejoindre Vientiane où elle embarque sur un petit vapeur qui la conduit à Savannakhet. De nouveau, elle reprend la dangereuse route de l'Annam et passe à Muong Phong, Muong Ping et Aï-Lao. Par la vallée de Maï-Lan, elle atteint Quảng Trị puis Hué (21 mars 1897).

Après cette traversée intégrale de la péninsule indochinoise, elle part pour la baie d'Along et Hanoï. En avril, elle est la première Européenne à entrer dans les Territoires militaires du nord. À partir de Lào Cai, elle suit la frontière de la Chine, traverse les montagnes peuplés de Mans, de Meos et de Nungs et le 22 mai, arrive à Cao Bằng. Le maréchal Sou lui offre un banquet à Lang-Tcheou puis elle revient à Hanoï.

Isabelle Massieu visite encore Shanghai, Pékin et le Japon avant de rentrer en France par la Mongolie, la Sibérie, le Turkestan et le Caucase.

Dix ans plus tard, en juillet 1908, elle part de Paris pour l'Himalaya. Elle arrive à Bombay en pleine mousson et gagne aussitôt Simla d'où elle emprunte la route du Tibet. Sur le chemin, elle rencontre à Taranda l'explorateur suédois Sven Hedin. Elle atteint Chini à 4 000 m d'altitude mais, n'ayant pas de passeport pour le Tibet, est contrainte de faire demi-tour.

Tombe dans le cimetière Carnot à Suresnes.

Elle obtient finalement des autorisations spéciales de l'India Office pour le Népal. Elle gagne alors Raxaul et en palanquin, traverse la jungle marécageuse du Teraï au pied de la chaine de l'Himalaya. Elle franchit les cols de Sissaghouri et de Chandragiri et descend dans la vallée de Katmandou qui n'a été vue que par Gustave Le Bon en 1885 et par Sylvain Lévi en 1898. Elle visite Katmandou et ses six cents temples puis Bhatgaon et les temples de Narayana, de Dharmsala et de Nyatpola Deval ainsi que Patan et admire sur les bords de la Bagmati, les temples de Pashupati et de Changu Narayan avant de regagner Katmandou.

Repassant en Inde Isabelle Massieu gagne Darjeeling en train, puis le Sikkim. Elle organise alors une petite caravane de sept coolies dirigée par un guise-cuisinier. Elle suit la frontière orientale du Népal jusqu'au Sangali-La, passe à Tong-Lu où elle peut admirer tous les grands sommets de l'Himalaya, atteint par la vallée de la Kali-Tchou les monastères de Chumasanié et de Pemiongchi et, par la route du Tibet construite par les Britanniques en 1904, gagne Gangtok.

Son voyage de retour se fait par le Bhoutan. À Pedong, elle rencontre le missionnaire Auguste Desgodins puis, par le col de Paddoung-La, rejoint Kalimpong. Elle franchit la Tista et, traversant les vastes plantations de thé, rentre à Darjeeling.

Après la Première Guerre mondiale, Isabelle Massieu ne voyage plus mais est une personne incontournable pour tout voyageur s’intéressant à l'Orient qu'elle reçoit alors dans son salon.

Elle est faite chevalier de la Légion d'honneur le 9 mars 1906[2].

Elle est enterrée au cimetière Carnot de Suresnes[3].

Ses cinq albums de photographies sont conservés au Musée de l'homme[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Une Voyageuse française au Ladak, A travers le monde, 1896, p. 225-228
  • Comment j'ai parcouru l'Indo-Chine : Birmanie, États Shans, Siam, Tonkin, Laos, 1901, préface de Ferdinand Brunetière
  • Népal et pays himalayens, 1914

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Numa Broc, Dictionnaire des explorateurs français du XIXe siècle, T.2, Asie, CTHS, 1992, p. 317-321 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Svetlana Gorshenina, La route de Samarcande: l'Asie centrale dans l'objectif des voyageurs d'autrefois, 2000, p. 211

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ensemble de cet article à l'exception des notes est issu de l'ouvrage de Numa Broc donné en bibliographie.
  2. Base Léonore
  3. Philippe Landru, « Suresnes (92) : cimetière ancien », sur landrucimetieres.fr, (consulté le 17 septembre 2018)
  4. Les albums photographiques du musée de l'Homme

Liens externes[modifier | modifier le code]

Isabelle Massieu (Wikisource)