Inkerman (Sébastopol)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Inkerman.

Inkerman
Інкерман
Инкерман
Blason de Inkerman Інкерман Инкерман
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de l'Ukraine Ukraine (revendication)
Municipalité Sevastopol-flag.gif Sébastopol
Code postal 99703 — 99709
Démographie
Population 11 884 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 44° 36′ nord, 33° 36′ est
Altitude 50 m
Divers
Anciens Noms Belokamensk (1976-1991)
Indicatif Téléphonique 692
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Crimée

Voir sur la carte administrative de Crimée
City locator 14.svg
Inkerman
Інкерман
Инкерман

Inkerman (en ukrainien : Інкерман ; en russe : Инкерман) est une ville de Crimée placée sous la juridiction de Sébastopol. Sa population, majoritairement russophone, s'élevait à 11 884 habitants en 2011.

Pendant la Guerre de Crimée, la bataille d'Inkerman se déroula près de la ville le . Son nom vient du turc et signifie « forteresse caverneuse ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Inkerman se trouve au sud-ouest de la péninsule de Crimée, au bord de la Tchorna et au fond de la baie de Sébastopol. Inkerman fait partie du raïon de Balaklava.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monastère d'Inkerman vers 1900
Monastère d'Inkerman en 2009

Le site d'Inkerman est habité depuis une époque très ancienne, et une forteresse qui se nommait Kalamita a été construite au VIe siècle par les Grecs du Pont-Euxin. Selon la légende, le premier monastère fut aménagé dans des cavernes par le pape Clément, déporté là par l'empereur romain. Au VIIIe s, les opposants des iconoclastes, qui avaient dû fuir l'Empire byzantin, aménagèrent un monastère orthodoxe dans les grottes qui dominaient la baie. Vers 1850, un monastère orthodoxe russe y fut construit ; il fut détruit pendant la période soviétique, mais a été restauré et remis en activité.

La forteresse bâtie sur le plateau de Monastyrskaïa Skala (littéralement « la falaise du monastère ») fut mentionnée par les cartes marines génoises des XIVe et XVe siècles. Auparavant le prince Alexios de Mangoup avait restauré la forteresse pour défendre le port de sa principauté qui recevait des Mongols et des Tatars esclaves, bétail, cuir et laine, fruits de leurs attaques prédatrices dans la principauté de Kiev — ou Rus' de Kiev, pour les universitaires — la Pologne et la Lituanie.

Les Génois se rendirent maîtres de la région au XIVe siècle et établirent des comptoirs. La forteresse fut occupée du XVIe siècle jusqu'au XVIIIe siècle par les Turcs, qui la renommèrent Inkerman. Ils l'abandonnèrent en raison des raids des Cosaques, lorsque la région fut conquise par la Russie. Une petite agglomération subsista cependant au pied de la falaise. La bataille d'Inkerman entre les alliés franco-anglais et les Russes se tint près de la ville, pendant la guerre de Crimée, le 5 novembre 1854.

Au cours de la période soviétique, un grand dépôt de munitions de la Flotte de la mer Noire se trouvait à l'intérieur des falaises rocheuses d'Inkerman. Le dépôt de munitions fut abandonné en 1970, après une explosion qui endommagea les installations, sans provoquer toutefois l'explosion de toutes les munitions entreposées là. Dans les années 1990, la population des alentours récupérait des explosifs pour les revendre, ce qui entraîna un certain nombre d'accidents et de décès. En 2000, le corps des ingénieurs de l'armée ukrainienne commença à récupérer et détruire les munitions[1].

En 1957, Inkerman — tout comme Balaklava — perdit son autonomie administrative et fut incorporée dans la ville de Sébastopol. Son statut de ville lui fut rendu en 1976, mais pas son nom. En effet, de 1976 à 1991, Inkerman s'appela Bilokamiansk (en ukrainien : Білокам'янськ) ou Bielokamensk (en russe : Белокаменск), ce qui signifie littéralement « Ville de pierre blanche », par allusion à la pierre blanche tendre extraite des carrières de calcaire des environs et qui est couramment utilisée pour la construction. En 1991, avec l'indépendance de l'Ukraine, la ville retrouva son ancien nom d'Inkerman, mais resta sous la juridiction de Sébastopol, donc séparée de la république autonome de Crimée.

Inkerman est devenue un modeste faubourg de Sébastopol, à laquelle elle est reliée par ferry. L'un des plus grands centres de production de vin de Crimée, sous l'appellation « Inkerman » est situé ici depuis 1961. Les vignobles se trouvent dans les environs de Sebastopol et dans le sud de la Crimée. Le vieillissement du vin se fait dans des caves aménagées dans le calcaire qui s'étendent sur 55 000 m2. Elles constituent une attraction touristique. Un sentier de randonnée qui traverse les montagnes de Crimée commence juste à l'est de la ville.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[2] :

Évolution démographique
1989 2005 2006 2007
12 44211 05211 26311 478
2008 2009 2010 2011
11 67311 79311 86211 884

Transports[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la ligne de chemin de fer Simferopol – Sebastopol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Land Mine Monitor, 2005 [1]
  2. (en) World Gazetteer [2](uk) Office des statistiques d'Ukraine : Статистичний збірник « Чисельність наявного населення України на 1 січня 2008 року » [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2008 »]. [3] ; Статистичний збірник « Чисельність наявного населення України на 1 січня 2010 року » [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2010 »]. [4] ; Статистичний збірник « Чисельність наявного населення України на 1 січня 2011 року » [Manuel statistique « Nombre d'habitants de l'Ukraine au 1er janvier 2011 »]. [5]

Liens externes[modifier | modifier le code]