Infomaniak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Infomaniak Network
Image illustrative de l'article Infomaniak

Création 1994
Dates clés 1990 : création du club informatique
1994 : ouverture du magasin
Dès 1996 : fournisseur d'accès internet
Dès 2000 : hébergement
Fondateurs Boris Siegenthaler (CEO), Fabian Lucchi (CFO)
Forme juridique société anonyme
Slogan Infomaniak, partenaire de votre succès
Siège social Genève
Drapeau de Suisse Suisse
Activité Hébergeur web
Filiales Infomaniak Entertainment
Site web www.infomaniak.com

Chiffre d’affaires 18 millions de francs suisses (2015)[1]

Infomaniak est une entreprise suisse, spécialisée dans l’hébergement de sites web, la diffusion de contenus audio et vidéo en streaming et la vidéo à la demande[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1990, Boris Siegenthaler crée dans le canton de Genève un club d'informatique qui propose à ses membres un bulletin board system[3] comme premier outil de communication informatique.

En 1994, Boris propose à Fabian Lucchi, membre du club, d'ouvrir le magasin Siegenthaler & Lucchi afin de répondre à la demande croissante des membres et des connaissances du club qui souhaitent acquérir un ordinateur à un prix inférieur que dans les grandes surfaces[4],[5]. Le magasin commence également à héberger gratuitement des sites Internet sur le nom de domaine du magasin, infomaniak.com. Cette même année, les cofondateurs d’Infomaniak achètent un modem et commandent une ligne de 64 kbs, devenant ainsi le 3e point de connexion dans le canton de Genève, après le CERN et l'université.

En janvier 1995, le magasin commence à proposer un accès gratuit à Internet à tous les clients du magasin jusqu'à ce qu'Iprolink le propose quelques mois après.

En 1996, le magasin Siegenthaler & Lucchi devient TWS Infomaniak SA[6] et l’entreprise se spécialise dès lors dans la vente d’accès internet à bas prix, tout en hébergeant les sites Internet des premières personnes intéressées par cette tendance naissante.

Le 1er janvier 1998, le monopole juridique des PTT (Swisscom depuis le 1er octobre 1997) en matière de télécommunications prend fin et de nouveaux fournisseurs (dont Sunrise) se mettent à proposer un accès Internet à des tarifs concurrentiels[7]. TWS Infomaniak SA devient Infomaniak Network SA et l’entreprise se spécialise alors exclusivement dans l’hébergement de sites Internet pour les particuliers et les PME. Parallèlement, Infomaniak développe une technologie de streaming audio pour basic.ch, la première webradio de Suisse[8].

En 2003, Infomaniak devient le premier hébergeur de Suisse romande avec plus de 3 000 sites hébergés[9], puis leader de la diffusion de radio online en Suisse romande et en France en juillet 2005[10],[11].

En 2007, Infomaniak met en place une charte environnementale[12],[13],[14]. Depuis cette même date, les employés sont affiliés à une caisse de prévoyance éthique et durable[12],[15] et l'entreprise reverse 1 % de son chiffre d’affaires sur les nouveaux contrats à des associations à but non lucratif, actives dans la protection de la nature ou de l’homme[16].

En 2010, la filiale Infomaniak Entertainment SA est créée et se spécialise dans le développement de système de gestion de billetterie, staff et accréditation[17],[18].

En 2011, Infomaniak Network SA gère plus de 100 000 domaines et met en place une solution de stockage de média audio et vidéo soutenue par une nouvelle interface d’administration[3].


En 2014, Infomaniak met en service son troisième Datacenter (basé en Suisse, tout comme les deux premiers) avec un système de refroidissement sans climatisation et des technologies respectueuses de l’environnement[3], alors considéré comme « le plus écologique de Suisse »[19] ; cette installation vaudra à l'entreprise de remporter, en 2015, le Prix cantonal du développement durable du canton de Genève[20]. La même année, l'entreprise est certifiée ISO 14001 et ISO 50001[21].

En novembre 2015, l’entreprise amorce le remplacement des disques durs de l’ensemble de ses serveurs par des disques SSD professionnels[22].

En janvier 2016, Infomaniak gère plus de 200 000 noms de domaines et devient l’un des premiers hébergeurs à proposer les certificats SSL gratuits de Let’s Encrypt à l’ensemble de ses clients[23].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Jacobsen, « L'hébergeur Infomaniak poursuit sa croissance tout en faisant de l'écologie une priorité », genie.ch,‎ (lire en ligne)
  2. « Chefs d'entreprise: entre travail et sommeil, un équilibre difficile à trouver », http://www.migrosmagazine.ch,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c « La success story d'un geek romand », Focus PME,‎ (lire en ligne)
  4. « 50 success stories de PME romandes », http://www.bilan.ch,‎ (lire en ligne)
  5. « Infomaniak Network SA », http://www.hebergeurs-suisse.ch,‎ (lire en ligne)
  6. « Infomaniak Network SA », http://zefix.ch,‎ (lire en ligne)
  7. « Historique - le marché des télécommunications en Suisse », sur admin.ch (consulté le 8 juin 2016)
  8. « Basic.ch, le succès sans argent », http://www.largeur.com,‎ (lire en ligne)
  9. « Menaces et protections de l'E-Commerce par Xavier Monnet et Sergio Coelho », http://www.authsecu.com,‎ (lire en ligne)
  10. « Infomaniak Network », https://remixjobs.com,‎ (lire en ligne)
  11. « Infomaniak », http://www.guide-hebergement-web.com,‎ (lire en ligne)
  12. a et b « Le coût du terrorisme - Tsunami monétaire », http://www.rts.ch,‎ (lire en ligne)
  13. « L'hébergeur Infomaniak en faveur de l'environnement », http://desgeeksetdeslettres.com,‎ (lire en ligne)
  14. « Charte environnementale Infomaniak », https://news.infomaniak.com,‎ (lire en ligne)
  15. « Russie.fr s'engage dans le green IT », http://www.greenit.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Infomaniak », http://www.ecoguide-it.com,‎ (lire en ligne)
  17. « Infomaniak Entertainment SA », https://www.kompany.ch,‎ (lire en ligne)
  18. « infomaniak Entertainment SA », http://www.moneyhouse.ch,‎ (lire en ligne)
  19. « Infomaniak: 14% d'augmentation du chiffre d'affaires en 2014 », http://www.cominmag.ch,‎ (lire en ligne)
  20. « Agenda 21 - Bourse, prix et distinction : lauréats 2015 », sur ge.ch (consulté le 11 mai 2016)
  21. « Première suisse: Infomaniak équipe ses Datacenters avec des disques durs SSD », sur presseportal.ch (consulté le 11 mai 2016)
  22. « Hébergement Web SSD: performance & durabilité », sur infomaniak.com (consulté le 8 juin 2016)
  23. David Legrand, « Let's Encrypt disponible chez Infomaniak : comment activer un certificat SSL/TLS gratuit », Next Impact,‎ (lire en ligne)