Infomaniak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Infomaniak Network
logo de Infomaniak

Création 1994
Dates clés 1990 : création du club informatique
1994 : ouverture du magasin
Dès 1996 : fournisseur d'accès internet
Dès 2000 : hébergement
Fondateurs Boris Siegenthaler, Fabian Lucchi
Forme juridique société anonyme
Slogan Infomaniak | Le Cloud Éthique
Siège social Genève
Drapeau de la Suisse Suisse
Direction Marc Oehler
Activité Hébergeur web
Produits Hébergement web, Swiss Transfer
Filiales Infomaniak Entertainment
Effectif 200
Site web www.infomaniak.com

Chiffre d'affaires en augmentation CHF 26M (2020)
CHF 21M (2019)

Infomaniak est une entreprise suisse, spécialisée dans l’hébergement de sites web, la diffusion de contenus audio et vidéo en streaming et la vidéo à la demande[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1990, Boris Siegenthaler crée dans le canton de Genève un club d'informatique qui propose à ses membres un bulletin board system[2] comme premier outil de communication informatique.

En 1994, Boris propose à Fabian Lucchi, membre du club, d'ouvrir le magasin Siegenthaler & Lucchi afin de répondre à la demande croissante des membres et des connaissances du club qui souhaitent acquérir un ordinateur personnel à un prix inférieur à ce que pratiquent les grandes surfaces[3],[4]. Ce magasin devient en 1996 TWS Infomaniak SA[5].

En 2003, Infomaniak est le premier hébergeur de Suisse romande avec 2 000 sites hébergés[6]. En , il est leader de la diffusion de radio en ligne en Suisse romande et en France en [7],[8].

En 2010, la filiale « Infomaniak Entertainment SA » est créée et se spécialise dans le développement de système de gestion de billetterie, staff et accréditation[9],[10].

En 2011, Infomaniak Network SA gère plus de 100 000 domaines et met en place une solution de stockage de média audio et vidéo soutenue par une nouvelle interface d’administration[2].

En 2014, la société met en service son troisième centre de données (data center) en Suisse, tout comme les deux premiers, avec un système de refroidissement sans climatisation et des technologies respectueuses de l’environnement[2], alors considéré comme « le plus écologique de Suisse »[11].

En , Infomaniak gère plus de 200 000 noms de domaines[12].

En , l'hébergeur suisse lance une plateforme PaaS sur la base de Jelastic. Cette solution permet par exemple de cloner et déployer n’importe quelle application ou image Docker[13].

En , la société propose un service gratuit de transfert de fichiers appelé SwissTransfer[14], présenté comme une alternative au populaire WeTransfer.

En , Infomaniak lance kDrive[15], un service de stockage collaboratif[16]. Depuis , l'hébergeur suisse propose également une solution de visioconférence appelée kMeet[17], profitant de l'engouement mondial pour la visioconférence dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et l'accroissement du télétravail.

Produits et Services[modifier | modifier le code]

Swiss Transfer[modifier | modifier le code]

SwissTransfer
Description de l'image Logo infomaniak bleu.svg.

Informations
Développé par Infomaniak Network SA
Première version Voir et modifier les données sur Wikidata
Langues Français, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol
Type Site de transfert de fichiers
Licence Propriétaire
Site web www.swisstransfer.com

SwissTransfer est un service de transfert qui permet de partager des fichiers volumineux en ligne gratuitement[18],[19]. Il est lancé en février 2019 par Infomaniak Network SA[20]. Ce service a été conçu à l’origine pour tester l’infrastructure de kDrive[21].

Le service ne nécessite aucune inscription préalable, et permet de partager jusqu’à 50 Go de données[22] qui seront disponibles au téléchargement pendant 30 jours. L’outil permet de faire 500 transferts par jour[23]. Il est possible de contrôler le nombre de téléchargements autorisés et la date d’expiration des fichiers. L’accès aux données peut être protégé par un mot de passe et chiffré de bout en bout. SwissTransfer a été développé et les données sont stockées sur des serveurs suisses[24]. D’autre part, le service garantit la confidentialité, les données ne sont pas analysées. Le financement du service est uniquement assuré par les produits payants.

Services commerciaux équivalents[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chefs d'entreprise: entre travail et sommeil, un équilibre difficile à trouver », http://www.migrosmagazine.ch,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c « La success story d'un geek romand », Focus PME,‎ (lire en ligne)
  3. « 50 success stories de PME romandes », http://www.bilan.ch,‎ (lire en ligne)
  4. « Infomaniak Network SA », http://www.hebergeurs-suisse.ch,‎ (lire en ligne)
  5. « Infomaniak Network SA », http://zefix.ch,‎ (lire en ligne)
  6. « Menaces et protections de l'E-Commerce par Xavier Monnet et Sergio Coelho », http://www.authsecu.com,‎ (lire en ligne)
  7. « Infomaniak Network », https://remixjobs.com,‎ (lire en ligne)
  8. « Infomaniak », http://www.guide-hebergement-web.com,‎ (lire en ligne)
  9. « Infomaniak Entertainment SA », https://www.kompany.ch,‎ (lire en ligne)
  10. « infomaniak Entertainment SA », http://www.moneyhouse.ch,‎ (lire en ligne)
  11. « Infomaniak: 14% d'augmentation du chiffre d'affaires en 2014 », http://www.cominmag.ch,‎ (lire en ligne)
  12. David Legrand, « Let's Encrypt disponible chez Infomaniak : comment activer un certificat SSL/TLS gratuit », sur Next INpact,
  13. « Infomaniak lance une plateforme PaaS », sur ictjournal.ch,
  14. « Swiss Transfer d’Infomaniak, une alternative parfaite à WeTransfer », sur letemps.ch,
  15. TOOLinux, « kDrive : ce qu’il faut savoir sur le cloud suisse d’Infomaniak » (consulté le )
  16. « Irréductibles Suisses face aux GAFA », sur bilan.ch,
  17. « Infomaniak lance une solution de vidéoconférence gratuite », sur all news.ch,
  18. (de) « Swisstransfers: Die Schweizer Alternativ zu Wetransfer & Co. », sur Blick, (consulté le )
  19. Sylvain Pichot, « Swiss Tranfer, envoyez des fichiers de 25 Go gratuitement », sur Le Monde Numérique, (consulté le )
  20. Xavier Studer, « Transférez gratuitement des fichiers jusqu’à 20 Go avec SwissTransfer ! » (consulté le )
  21. Rebecca Garcia, « Irréductibles Suisses face aux GAFA », sur Bilan, (consulté le )
  22. JustGeek, « Swiss Transfer : Une vraie alternative à WeTransfer ? » (consulté le )
  23. BDM Tools, « Swiss Transfer » (consulté le )
  24. Anouch Seydtaghia, « Swiss Transfer d’Infomaniak, une alternative parfaite à WeTransfer », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )