INS Vikrant (R11)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir INS Vikrant et HMS Hercules.
INS Vikrant
image illustrative de l’article INS Vikrant (R11)
Le Vikrant vers 1984.
Autres noms HMS Hercules (1944-1957)
Type Porte-avions léger
Histoire
A servi dans Naval Ensign of India.svg Marine indienne
Commanditaire Royal Navy
Chantier naval Vickers-Armstrong (Walker)
Achevé à Harland and Wolff, Belfast
Quille posée
Lancement
Armé
Statut Ferraillé en 2014–2015
Équipage
Équipage 1 075 en temps normal
1 340 en temps de guerre
Caractéristiques techniques
Longueur 213,3 m hors tout (pont d’envol)
Maître-bau 39 m hors tout (pont d’envol)
Tirant d'eau 7,3 m
Déplacement 14 224 t (lège)
Propulsion Turbines à vapeur Parsons à simple réduction, 4 chaudières Admiralty à 3 corps timbrées à 400 psi (2,76 MPa), 2 lignes d'arbres
Puissance 40 000 ch (30 MW)
Vitesse 23 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage aucun
Armement 16 canons Bofors de 40 mm (nombre plus tard réduit à 8)
Rayon d'action 12,000 milles nautiques (22,000 km) à 14 nœuds (26 km/h)
Aéronefs Hawker Sea Hawk
Westland Sea King
HAL Chetak
Sea Harrier
Breguet Alizé Br.1050
Carrière
Indicatif R11

L'INS Vikrant (R11) est un porte-avions léger indien, sixième et dernier de la classe Majestic britannique, qui fut le premier porte-avions de la Marine indienne, en service de 1961 à 1997. Ce porte-avions a originellement été commandé par la Royal Navy en 1942 sous le nom HMS Hercules (49), mais sa construction fut suspendue en 1946. Acheté par l’Inde en 1957, il dut être achevé (en version modernisée) avant qu’il n’entre en service dans sa marine en 1961. Désarmé en 1997, il devient navire musée à Bombay jusqu’à sa fermeture en 2012 pour des raisons de sécurité. Après plusieurs tentatives de préservation infructueuses, le Vikrant est finalement ferraillé entre fin 2014 et 2015.

Historique[modifier | modifier le code]

Construction pour la Royal Navy (1942–1957)[modifier | modifier le code]

Le HMS Hercules en 1954.

Le HMS Hercules (R49) fut commandé en 1942 par la Royal Navy. Il est le sixième et dernier navire porte-avions de la classe Majestic, et de type CATOBAR CV. Sa quille fut posée le 12 novembre 1943 aux chantiers Vickers-Armstrong sur le fleuve Tyne. Le navire fut lancé le 22 septembre 1945. Mais, à cause de la fin de la Seconde Guerre mondiale, la construction fut arrêtée en mai 1946, la Royal Navy n’ayant plus besoin du navire. Comme les autres, il fut toutefois conservé en vue d’une utilisation éventuelle future.

Achèvement et service dans la Marine indienne (1957–1997)[modifier | modifier le code]

En Inde, bien que la constitution d’une force aéronavale ait été décidée dès l’indépendance en 1947, le manque de fonds du côté indien, le déclenchement de la guerre de Corée du côté du Royaume-Uni, empêchèrent jusqu’en 1955 un accord entre l’amiral Mountbatten et le premier ministre Jawaharlal Nehru sur la vente du HMS Hercules. En janvier 1957, le navire inachevé fut acheté par l’Inde qui le rebaptisa INS Vikrant (R11), nom qui signifie « courageux » en sanscrit[1]. En avril 1957, il fut remorqué jusqu’à Belfast aux chantiers Harland and Wolff. Outre la fin de la construction, des modifications sur les plans originaux et une modernisation y eurent lieu : modification de l’îlot, adjonction d’un pont oblique, d’une catapulte, d’un miroir aux alouettes, remplacement de l’électronique, tropicalisation, etc. Cela exaspéra déjà l’URSS[2], qui vit d’un mauvais œil l’Inde devenir une puissance aéronavale.

Un Alizé décollant du Vikrant durant la guerre indo-pakistanaise.

Commissionné à Bombay le 16 février 1961, le bâtiment de 19 500 tonnes[3] mettait en œuvre des chasseurs Hawker Sea Hawk et des Breguet Alizé de lutte anti-sous-marine (ASM), ces derniers étant utilisés en missions de reconnaissance durant l’invasion de Goa (Portugal) en décembre 1961 puis dans des missions ASM lors de la troisième guerre indo-pakistanaise de 1971[4]. Handicapé durant ce conflit par une vitesse de 14 nœuds (au lieu de 23) en raison d’une avarie sur les chaudières, le bâtiment fut considéré suffisamment dangereux par la marine du Pakistan qui dépêcha son seul sous-marin, le PNS Ghazi, pour miner la base navale indienne de Visakhapatnam sur le golfe du Bengale afin de couler le Vikrant. Cette opération fut sans succès[5]. Le porte-avions subit une seconde modernisation entre 1979 et janvier 1982 (changement des chaudières, installation de nouveaux radars, de systèmes de communication, de canons antiaérien, etc.). Une ultime modernisation eût lieu entre décembre 1982 et février 1983 (suppression de la catapulte et des brins d’arrêt et adjonction d’un tremplin pour accommoder les vingt-trois Sea Harrier FRS.51 de reconnaissance et d’attaque achetés en 1983, qui remplacèrent les Hawker Sea Hawk, réorganisation du pont d’envol afin de mettre en œuvre des Sea King).

Malgré ces modernisations, le bâtiment prit rarement la mer à cause de son état. En 1986, l’Inde acheta au Royaume-Uni le porte-avions HMS Hermes de classe Centaur, de type STOBAR CV. Ce dernier a été commissionné le 12 mai 1987 sous le nom d’INS Viraat (R22). Le Vikrant, alors de type STOVL CV, servant de moins en moins, fut finalement désarmé le 31 janvier 1997.

Désarmement, navire-musée et ferraillage (1997–2014)[modifier | modifier le code]

L’îlot du Vikrant en 2012.

Il était prévu de le transformer en navire musée à Bombay, mais un manque de financement empêcha la transformation. Il resta amarré dans cette ville, n’étant alors ouvert à la visite qu’en de rares occasions[6],[7]. Il était alors le seul porte-avions britannique de l’époque de la Seconde Guerre mondiale préservé pour être navire musée.

Finalement, en août 2013, le Vice-amiral Shekhar Sinha, chef de la Western Naval Command, annonça que le ministère de la Défense enverrait le Vikrant au ferraillage car il devenait « très difficile à entretenir » et qu’aucune offre privée n’avait été faite pour le transformer en musée[8]. Le 3 décembre 2013 le gouvernement indien mit le navire aux enchères, à cause de difficultés d’entretien[9]. Les dernières tentatives de rachat pour le sauver furent refusées, notamment pour les motifs que le navire était « totalement dangereux » et « impropre à la préservation en tant que musée »[10]. Le navire fut vendu à un chantier naval de démolition de navires de Darukhana à Bombay fin janvier 2014 où il subit des préparatifs pour le ferraillage[11],[12]. Un litige d’intérêt public (PIL, Public-Interest Litigation) concernant la vente et la démolition du Vikrant fut déposé puis examiné par la Cour Suprême, elle le rejeta le 14 août, ouvrant la voie à la démolition. Le Vikrant dut rester échoué au chantier naval en attendant la décision de la Cour Suprême puis, après cette décision, les autorisations finales du Mumbai Port Trust[13].

Le 12 novembre, la Cour Suprême donna son approbation finale au ferraillage du navire. Celui-ci débuta le 22 novembre et devrait se terminer mi-2015[14].

Engagement[modifier | modifier le code]

Groupe aérien[modifier | modifier le code]

Il y avait quatre escadrilles à bord :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Harmeet Singh, « India unveils home-built aircraft carrier, INS Vikrant », CNN, New Delhi,‎ (lire en ligne).
  2. Selon le vice-amiral Ram Dass Katari (en), A Sailor Remembers, Vikas, New-Delhi, 1982
  3. Pour 213,3 mètres de long et 39 mètres de large
  4. Bien que le Pakistan affirme en 1965 avoir coulé le Vikrant qui était en cale sèche
  5. Le PNS Ghazi est perdu durant cette opération le 3 décembre 1971 selon Mihir K. Roy, War in the Indian Ocean, Spantech & Lancer, Hartford, 1995 (ISBN 978-1-897829-11-0)
  6. (en) « R 11 Vikrant », GlobalSecurity.org (consulté le 10 mai 2010)
  7. (en) Chittaranjan Tembhekar, « No takers for INS Vikrant's museum plan », The Times of India,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Yogesh Naik, « Vikrant museum to be scrapped as Navy readies new carrier », Mumbai Mirror,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Govt to auction decommissioned aircraft carrier INS Vikrant », First Post India, (consulté le 4 décembre 2013)
  10. (en) « Warship INS Vikrant heads for Alang death », sur Times of India, (consulté le 28 février 2014).
  11. (en) Omar Rashid, « What’s in store for INS Vikrant? », sur The Hindu, (consulté le 31 juillet 2014).
  12. Nargish Sunavala / Mumbai February 3, 2014, « Not museum but scrapyard for INS Vikrant », http://timesofindia.indiatimes.com, (consulté le 4 février 2014)
  13. « SC junks PIL, work on scrapping INS Vikrant to begin next month », IndianExpress.com (consulté le 7 septembre 2014)
  14. « India's first aircraft carrier slips into history », Times of India,‎ (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :